Econo-Ecolo

De l’air, de l’eau, du carbone, de l’azote, du compost…

Accueil > Jardin bio > Compost > De l’air, de l’eau, du carbone, de l’azote, du compost…


mercredi 21 novembre 2007, par Econo-Ecolo
Share

Les articles les plus populaires du même thème :

Le compostage est un subtil équilibre entre plusieurs composantes : l’air dans le tas, l’humidité du tas, le mélange déchets carbonés / déchets azotés et le mélange entre déchets fins et déchets grossiers. En effet, les micro-organismes nécessaires au compostage ont besoin d’air, d’eau et de nourriture pour vivre.

Toutefois, pas de panique, il suffit de connaître ces principes basiques pour obtenir un compost rapide et de qualité. Dans le cas contraire votre compost fonctionnera, mais plus lentement.

La surveillance de son compost

La surveillance de son compost est primordiale : toutes les deux semaines, prenez quelques minutes pour observer l’humidité de votre compost, sa densité (aération) et son odeur. Cette surveillance est d’autant plus importante que vous êtes dans un milieu urbain où les odeurs et les insectes peuvent incommoder vos voisins. Pour éviter d’attirer les insectes, vous pouvez soit enfouir les résidus de cuisine sous des déchets secs comme des feuilles mortes par exemple ou recouvrir votre compost de papier journal. La surveillance du compost peut être levée durant la saison hivernale ou la vitesse de compostage est largement diminuée.

Un correct mélange

Le compost doit être composé :
- de déchets carbonés (branchages, feuilles mortes…) et déchets azotés (déchets de cuisine, tontes de gazon…) Les déchets carbonés compostent très lentement lorsqu’ils ne sont pas suffisamment mélangés avec des déchets azotés. Les déchets azotés ont tendance à pourrir lorsqu’ils sont insuffisamment mélangés avec des déchets carbonés. Lorsque vous apportez vos déchets de cuisine, épandez également quelques déchets carbonés et secs (paille, sciure, feuilles…). Pour cela, il convient d’entreposer ces éléments dans un bac à côté de votre composteur. Une odeur bizarre peut être le signe d’un déséquilibre entre déchets azotés et carbonés, il convient alors de rajouter un peu de feuilles, sciure ou paille.

- de déchets humides (déchets de cuisine, tontes de gazon…) et de déchets secs (carton, sciures…) L’eau permet de faire vivre le processus de compostage, mais trop d’eau entraînent un tassement et un étouffement du compost.

- de déchets grossiers (branchages…) et de déchets fins (sciures, épluchures…) Les déchets grossiers facilitent l’aération, mais compostent plus lentement.

L’aération

L’aération est primordiale car l’oxygène est nécessaire au travail des micro-organismes oeuvrant à la décomposition des déchets. Par ailleurs, en l’absence d’oxygène, d’autres micro-organismes interviennent et rejettent du méthane, puissant gaz à effet de serre, et provoquent des mauvaises odeurs.

L’air doit occuper au moins 50 % du volume du tas. Le compost doit être brassé toutes les deux semaines, sauf en hiver, afin d’aérer les déchets organiques et éviter le pourrissement. Un retournement total du tas ne doit être effectué qu’une fois par an. En effet un brassage trop important peu nuire au processus de décomposition.

Un aérateur ou une fourche sont les outils nécessaires à la correcte aération de votre tas. Pour faciliter l’aération, vous pouvez planter des piquets dans votre compost que vous retirerez an bout de quelques jours afin de laisser libres les orifices.

L’humidité

Le taux d’humidité doit être de 50 à 70 % de la masse fraîche.

Vérifiez l’humidité de votre compost régulièrement :
- il ne doit être ni trop humide : risque de pourrissement,
- ni trop sec : le compost ne fonctionnera pas. Pour vérifier son humidité, il convient de prélever au centre de votre tas, une poignée de compost. Lorsque vous le prenez en main et que vous resserrez la main dessus, votre compost doit former une boule compact. Si la boule s’effrite, votre compost est trop sec, si de l’eau perle entre vos doigts, votre compost est trop humide. Le compost doit être humide comme une éponge tordue. Si vous constatez une sorte pourriture blanche, c’est un signe de manque d’humidité.

S’il n’est pas assez humide, rajoutez un arrosoir d’eau de pluie, ou laissez votre bac ouvert ou encore rajouter l’eau de cuisson de vos légumes après l’avoir laissé refroidir. Il faut éviter d’utiliser l’eau du robinet (ou en la laissant reposer 24 h) car elle pourrait réduire la vie microbienne de votre compost en raison des produits désinfectants qu’elle contient.

Si le compost est trop humide, il convient alors de l’étaler quelques heures dehors, au soleil si possible, ou alors de le mélanger avec des déchets secs (feuilles mortes) ou de la terre ou du compost sec. Un excès d’humidité provoque une diminution de la quantité d’air et nuit à l’aération.

La dimension des déchets

Pour faciliter le compostage, il convient d’utiliser des déchets de petite taille : vous pouvez ainsi broyer les branchages ou les feuilles avec un broyeur ou une tondeuse (dans ce dernier cas, attention aux projections). Toutefois, les petites particules nuisent à la circulation de l’air. Il convient donc de mélanger les déchets de petite dimension et de plus grande dimension, les déchets ligneux, comme la paille, sont alors à privilégier.

La température

Contrairement au compostage industriel où la température du compost peut s’élever très fortement, le compostage à domicile peut se faire sans élévation notable de la température. La température d’un composteur domestique est de 30 à 35°C. Cette température permet une hygiénisation du matériel organique végétal, mais pas animal. La température n’est donc pas particulièrement à surveiller. Par contre, cette température faible interdit de mettre des mouchoirs sales ou des végétaux malades dans son compost.

Cliquez ici pour acheter un composteur à tambour

D’autres articles :
- Achetez ou composez votre compost
- Le lombricompostage
- Le composteur : adieu au gaspillage
- Faites pipi, mais pas caca dans votre compost
- Le guide du compostage réussi
- Les bons ingrédients de votre compost
- Un compost prêt à l’emploi
- De l’air, de l’eau, du carbone, de l’azote, du compost…
- Première leçon de compostage : comment débuter un compost
- Compost, composteur et matériel nécessaire au compostage
- Composteur : ensemble sauvons la planète
- Le composteur
- Nous sommes tous des Composteurs
- Mon histoire d’amour avec mon compost

Pour en savoir plus : Le précédent article du dossier sur le compostage

<< article précédent article suivant >>



Commentez cet article


Forum Venez échanger sur le forum
Cet article vous a plu ? Vous pensez qu'il peut intéresser les lecteurs de votre site ou de votre blog ?
Faites un lien vers cet article pour enrichir votre contenu.




Proposez un article

Restez informé(e) gratuitement :
 
Actualités écologiques et économiques
Actualités écologiques et économiques Actualités écologiques et économiques

Coaching vert
Recevez un email régulier de conseils écolo
 







Accueil | Sites à visiter | Espace rédacteur | Mentions légales | Qui sommes nous | Boutique | Contact
Copyright 2006-2011 Econo-Ecolo - tous droits réservés