Econo-Ecolo

Les produits bio

Accueil > Produits écolo > Les produits bio
mercredi 30 avril 2008, par dany67
1 commentaire
Share

Les articles les plus populaires du même thème :

Que d’avis, de coups de gueules, que d’infos sur le bio. On s’y perd, on s’y noie, et pourtant c’est si simple. Le bio, ou plutôt la mode bio est devenue un casse tête, une polémique, une guéguerre sympathique entre ceux qui s’en foutent et ceux qui y croient sans vraiment savoir pourquoi.

C’est assez singulier de constater comment notre société de consommation sait transformer sans réels fondements, sans réels arguments, une évidence naturelle en polémique, surtout lorsqu’il s’agit de gros sous. Le bio est un excellent sujet de dissertation et sans être expert en la matière, je vais essayer d’apporter ma modeste pierre à ce débat, en me basant sur des évidences.

La terre a depuis toujours nourrie les hommes et lorsque la nourriture venait à manquer, c’était la famine, la mort. Notre source d’énergie, de vie, est produite par celle qui est en quelques sortes, notre maison à tous, notre terre. Celle qui est notre base, notre fondement, notre unique repère. Même si dans nos « univers » apprivoisés et aseptisés nous avons très récemment eu tendance à l’oublier, force est de constater que depuis des millénaires, les choses n’ont pas changé. Pour notre survie, nous consommons de la viande, de l’eau, des légumes et des produits dérivés de la même et unique usine, dame nature. L’air que nous respirons, est « produit » et régénéré par la mer, les algues, les arbres et les plantes en général. Que nous le voulions ou pas, nous dépendons de ce caillou vert sur lequel nous habitons.

Il aura fallu les médias, le commerce, la production productive, intensive et rémunératrice, l’ignorance et l’irresponsabilité engendrée par l’assistanat et la désinformation abrutissante de nos sociétés modernes, pour nous faire croire que les poissons sont carrés, que les légumes poussent dans les congélateurs à côté des escalopes de poulet et que l’eau coule du robinet. Que l’air frais entre par les bouches d’aération et que d’hypothétiques vaches pondent des briques de lait ! Qu’après les potagers oubliés de nos grands-parents et arrière-grands-parents, ce sont les super marchés qui sont maintenant nos temples nourriciers et salutaires. Bref, nous avons oublié en un peu moins de cinquante ans l’essentiel, bios, la vie. La vie, cet élément naturel qui nous entoure et qui commande ce microcosme qu’est notre planète terre. La vie qui est le cinquième élément (voir l’avis « les jardins oasis » sur ciao). Avec le label bio, nous retrouvons simplement la garantie d’un produit naturel, élaboré dans le respect de la nature et surtout, à mon sens de celui du consommateur qui n’est pas un blaireau, mais simplement un habitant de la planète terre qui a le droit de consommer des produits conformes à son rang. Je ne souhaite pas entrer ici dans les débats du genre, c’est quoi le bio, ça veut rien dire, car je considère qu’un produit dit bio a au moins l’avantage d’avoir été élevé et élaborer de manière dite naturelle, avec tout ce que cela sous-entend. Le point important, est qu’un produit bio soit indemne d’autres produits du genre adjuvants de synthèse, colorants, conservateurs, lécithines de quoi que ce soit ou tout autre composant qui même s’il est indiqué sur l’emballage, fait que nous avons parfois l’impression de bouffer de la merde car totalement ignorant ou pire, intolérants à ce même produit. Choisir des produits bios, c’est la volonté de manger « sain », mais c’est surtout un pied de nez à certains produits de consommation courante d’origines et de compositions douteuses. Bien sûr, il faut faire confiance à ce label dont l’obtention reste heureusement sujette à des contrôles très stricts. Des cas d’abus et de mensonges ont déjà été relevés et c’est fort dommage.

Quelques arguments courants.

C’est plus cher ! - Oui, en général. La qualité a toujours un prix, cela dit, il n’est pas nécessaire de surenchérire. Comparez les prix avec des produits similaires et faites jouer la concurrence. Précisons qu’un produit bio est généralement plus goûteux, plus nourrissant et plus complet qu’un produit élaboré de manière plus artificielle et industrielle mais moins cher.

Ca ne veut rien dire ! - En général, un concombre ou une tomate poussent en pleine terre, sous un soleil généreux, mûrissent doucement en assimilant à leur rythme les éléments qui constitueront leurs qualités nutritives et non dans une cage de verre, à un mètre du sol dans une balle de laine de roche avec une perfusion d’engrais chimique et d’insecticide. Ca fait déjà une certaine différence, non ?

C’est une arnaque ! - Dans la mesure où le produit est vendu au juste prix, avec en plus la mention « commerce équitable », je ne vois pas où est l’arnaque puisqu’en théorie, nous avons tout à y gagner. Le bio, c’est forcément meilleur au goût ! - C’n’est pas toujours vrai. Les différents agents de texture et autres exhausteurs de goût absents dans les produits bios, font souvent qu’un produit paraisse plus fade bien que de meilleure qualité à côté d’un produit dit conventionnel. J’ai bu des vins et des bières bios carrément dégeux.

Ca ne se conserve pas ! - Forcément, puisque théoriquement les conservateurs usuels sont absents des produits bios. Beaucoup de personnes se rabattent sur le bio car allergiques à un ou à plusieurs des additifs présents dans les produits non bios. Même si ces additifs ne sont pas toxiques ou réellement dangereux (on ne sait pas), elles peuvent provoquer des allergies sévères chez de nombreuses personnes (sans qu’elles en soient forcément conscientes).

Quant c’est bio, c’est forcément bon pour la santé ! - Logiquement oui, puisque l’aliment est complet et naturel. Attention tout de même, car si un poison peut être bio, il n’en reste pas moins un poison. De même le fait qu’un matériau de construction ou que du White spirite par exemple soient d’origine bio, ne les rend pas pour autant comestibles on non irritants.

Une récente étude a également démontré que certaines moisissures naturellement présentes sur des fruits non traités, peuvent être cancérigènes. Un fruit même bio, doit être lavé et rincé abondamment avant d’être consommé.

Voilà, j’espère vous avoir démontré que le bio a aussi quelques avantages. La prochaine amélioration des produits bios, serait peut être que les fabricants ne tombent pas dans le piège des emballages multiples du genre emballage individuel ou emballage d’emballage. Le coût souvent très prohibitif du bio est un frein pour de nombreux consommateurs. Ceci devrait logiquement changer si l’usage du bio se généralisait, à condition que producteurs, distributeurs et consommateurs jouent le jeu.

Complément suite aux quelques commentaires :

Tout d’abord, je ne prétends pas posséder la science infuse sur le sujet, loin de là. Pour moi, la label bio signifie qu’un produit a été élaboré (dans une certaine mesure) dans le respect du produit lui même tout d’abord et dans le respect avant tout des critères dictés par la nature pour arriver, au bout et en finalité au respect du consommateur. Les produits « label rouge » sont également une bonne alternative, bien que n’étant pas forcément bios.

Si certains disent et pensent que le label bio est une arnaque, qu’est donc le reste ??? Que penser alors d’un produit élaboré dans la plus grande tradition « industrielle » et « artificielle ». Devons nous accepter la dictature de la productivité et de la démographie et consommer des produits creux au prix fort. Bien sur, rien n’est parfait en ce bas monde, mais tentons de nous approcher d’un monde meilleur en refusant simplement « la merde ». L’on nous prédisait il y a trente ans qu’en l’an 2000 nous ne mangerions plus que des pilules, une certaine volonté a fait que cela ne se réalise pas, et bien continuons. Tous les produits « industriels » ne sont pas également à bannir, à nous de savoir lire les étiquettes. Bien entendu, le label bio ne mérite pas que l’on se jète dessus les yeux fermés, au contraire. Continuons de rester méfiants et surtout exigeants.

Concernant le commerce équitable, bien sur, un produit bio n’est pas forcément issu du « commerce équitable », il l’est d’ailleurs très rarement, mais lorsque les deux sont réunis, nous avons tout à y gagner. (Il fallait effectivement le préciser) Petite et dernière remarque encore, concernant les commentaires hâtifs et passionnés, je dirais, sans aucune prétention, qu’un commentaire, comme un avis d’ailleurs, se prépare et se réfléchit. Ce qui nécessite parfois de bien lire les avis, parfois même entre les lignes quand cela est nécessaire. Cela éviterait des débordements verbaux inutiles et superflus.

Toute dernière remarque encore : Il est extraordinaire de constater de quelle manière ce sujet soulève des débats et des passions que je ne m’explique pas d’ailleurs puisqu’il s’agit, comme dit plus haut, d’évidence. Je dirais simplement que si les idées se discutent et que cela est même normal et enrichissant, les droits et les lois de la nature eux, ne se discutent pas !

<< article précédent article suivant >>



Commentez cet article


Forum Venez échanger sur le forum
Cet article vous a plu ? Vous pensez qu'il peut intéresser les lecteurs de votre site ou de votre blog ?
Faites un lien vers cet article pour enrichir votre contenu.



1 Message

  • Les produits bio 5 mai 2008 20:18

    Je partage en grande partie ce qui a été dit. Cependant, concernant les prix, je constate quand même que, pour certains produits (fruits et légumes notamment) on passe parfois du simple au double, voire même au triple (exemple vécu pour une salade Iceberg qui venait d’Espagne, comme la non bio d’ailleurs). Dans ce cas, même si on souhaite être attentif à ce que l’on mage et à la façon dont on le produit, c’est assez prohibitif.
    Il en est de même pour beaucoup de produits cosmétiques (si on les compare à des produits de grande distribution)
    C’est dommage de constater qu’il est plus facile de continuer à consommer "de tout tout le temps et comme on veut" comme des abrutis et que les achats responsables (éthiques et/ou bio) ne sont pas encore (ne sont plus,en fait, après le passage des grandes industries) à la portée de tous . Encore une dualisation de plus dans notre société.

    Répondre à ce message


Proposez un article

Restez informé(e) gratuitement :
 
Actualités écologiques et économiques
Actualités écologiques et économiques Actualités écologiques et économiques

Coaching vert
Recevez un email régulier de conseils écolo
 







Accueil | Sites à visiter | Espace rédacteur | Mentions légales | Qui sommes nous | Boutique | Contact
Copyright 2006-2011 Econo-Ecolo - tous droits réservés