Algues vertes : avis et recommandations de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire

Saisie en février 2010 dans le cadre du plan national de lutte contre les algues vertes, l’Agence Anses publie aujourd’hui un avis et un rapport d’expertise qui viennent affiner les premières recommandations émises par l’Agence en juillet 2010. Point central de ces recommandations, le ramassage et le traitement des algues vertes doivent être effectués aussi précocement que possible pour en prévenir les risques.

Chaque été, plus de 30 ans, les segments de la côte de France est échouages ​​massifs d’algues vertes. Ce phénomène, initialement limitée, a augmenté, et s’il touche la côte du Cotentin, ou des Charentes, la Bretagne est la région la plus touchée. Une fois échoués sur les plages, des dépôts massifs d’algues communiqué beaucoup de gaz au sein de leur division, y compris le sulfure d’hydrogène, qui peut être à l’origine des odeurs et des problèmes de santé dans la marche et les plages côtières. Pour remédier à cette situation, certainesplages s’appliquent à la collecte, les boues sont ensuite traitées dans le sol. Ces étapes exposer les travailleurs à ces gaz.

Dans une tentative pour enrayer ce phénomène, le gouvernement prévoit d’algues vertes en Février 2010. À cet égard, l’Agence. Pour les premières recommandations pour les professionnels impliqués dans l’industrie pour éliminer les algues et le public, les poignées avait rendu un premier avis en Juillet 2010. Le rapport publié aujourd’hui et des conseils pour terminer ce travail et ensuite d’affiner les recommandations.

Les trois domaines de recommandation

D’abord, il gère rappelle l’importance des mesures préventives pour éviter la prolifération des algues vertes.

Lorsque les algues sur les plages de l’existence ne peut être évité, a souligné que gère la collecte, le transport et la transformation des centres de traitement des algues doivent être dès que possible, les algues qui pourrissent et produisent ainsi que des gaz toxiques. Travailler avec un traitement pick-up d’algues et de recommander conduire jusqu’à 48 heures après l’échouement.

L’Agence recommande que la récupération mécanique d’attention et de montrer que la collecte doit être effectuée dans des conditions qui minimisent l’exposition du public. Les sites de marquage, il est recommandé que l’agence de recouvrement.

Dans certaines zones inaccessibles Assemblée échouage et les zones composant du risque, l’Agence recommande que l’information soit accessible aux utilisateurs, des piétons et des personnes sur la plage.

De professionnels impliqués dans la collecte-transport-transformation des algues vertes, quel que soit leur statut, y compris le personnel saisonnier, y compris les poignées recommande le port de sulfure d’hydrogène détecteur portable individuel. L’Agence recommande également que le personnel reçoive des informations et une formation adéquates et que leurs positions sont comptabilisées à leur dossier médical.

Enfin, dans ce travail, l’expertise collective réalisée par les poignées est limitée par une connaissance incomplète, même dans certaines régions. L’Agence recommande donc l’acquisition de connaissances supplémentaires qui permettront de mieux caractériser les émissions des algues vertes et de leur évolution au fil du temps, et une meilleure compréhension de l’exposition et la toxicité de diverses substances émises.