Eco-entreprises et éthique environnementale

Depuis quelques années, le management environnemental connait une recrudescence et se généralise peu à peu au sein des entreprises. Les entreprises sont vivement encouragées à améliorer leur efficacité énergétique et à réduire les déchets et la pollution liés à leur fonctionnement.

Les politiques de l’ADEME

L’ADEME (l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie) est un organisme fédérateur en termes de développement durable et c’est lui qui est à l’origine du concept de management environnemental. Placé sous la tutelle de plusieurs ministères comme le ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, ses actions s’articulent autour d’une multitude de domaines, tels que la préservation des sols, la lutte contre les nuisances sonores, l’amélioration de la qualité de l’air ou encore la gestion optimisée des déchets.

Les valeurs « patrimoniales » et écologiques

La mise en place d’une éthique environnementale confère aux entreprises une image de marque et peut les aider à trouver de nouveaux fournisseurs et à se distinguer face à une concurrence accrue. En effet, elles peuvent afficher leurs valeurs écologiques à travers différents médias et moyens de promotions, tels qu’un site Web dédié, une plaquette d’entreprise ou encore des salons professionnels.

Le Club des Eco-entreprises

De nombreuses entreprises éco-responsables se regroupent autour d’un noyau dur, tel que le Club des Eco-entreprises. La force collective d’un réseau comme celui-ci témoigne d’une prise de position active de l’entreprise en faveur de l’économie verte. L’ADEME met également à leur disposition un extranet afin de faciliter cette mise en relation. D’ailleurs, de plus en plus d’entreprises rédigent leur propre charte environnementale qu’elles font ensuite lire et signer par l’ensemble de leur personnel et partenaires. Ainsi, le Musée du Louvres , le Pôle emploi, la Chambre du Commerce et de l’Industrie ou encore la SNCF ont toutes adhéré à la Charte de développement durable des établissements et entreprises publics.

La norme ISO 14001

Elaborée en 1996, la norme ISO 14001 s’inscrit dans une perspective d’économie verte et elle encourage les entreprises à améliorer leur performance environnementale. L’audit est réalisé par un consultant spécialisé en ingénierie et en stratégie de communication et de production. Un cahier des charges détaille les objectifs et les conditions de la normalisation.

Les actions environnementales

Les actions menées par les entreprises en vue de préserver l’écosystème peuvent prendre des formes diverses et variées.

  • Tri des déchets et recyclage (carton, verre, papier, cartouches d’encre,…).
  • Utilisation des énergies renouvelables (photovoltaïque,…)
  • Réduction des nuisances sonores (isolation,…).
  • Diminution des déchets papiers (destructeur document Rexel, impression recto-verso…).
  • Optimisation de la performance énergétique (éclairage à faible consommation, imprimante multifonction…).
  • Utilisation des transports verts et des biocarburants.
  • Consommation de produits biodégradables.

Certains entreprises forment leur personnel à ces bonnes pratiques environnementales, en les incitant par exemple à diminuer la consommation de ramettes de papier (paramètre d’impression « deux pages par feuille » ou recto-verso, changement de l’orientation des pages, des polices de caractère et du layout, optimisation du processus d’archivage, et ainsi de suite).

D’autre part, elles sont de plus en plus nombreuses à réaliser un écobilan afin de déterminer l’impact de leurs activités sur l’environnement.