Des jouets écologiques avec un brin d’folie

Un jouet mignon, original et rigolo, on en veut bien. A une seule condition : qu’il soit sans risque pour les enfants. Non seulement les jouets sélectionnés par Brindilles respectent les réglementations européennes et nationales mais en plus, ils sont en matières naturelles et durables.

Bien évidemment, Brindilles privilégie les textiles bio pour ses peluches et ses doudous et le bois pour les jouets. Ces matières remplacent avantageusement les jouets en plastique qui proviennent de dérivés pétrochimiques nocifs pour la santé et l’environnement (non biodégradables et polluants). Les jouets en bois sont souvent plus solides, donc plus durables que les jouets ultra sophistiqués que l’on trouve dans toutes les grandes surfaces et que l’enfant casse souvent rapidement. De plus, ils permettent à l’enfant de développer davantage son imagination et sa créativité.

Mais attention ! Etre en bois, même si on a un fort potentiel éducatif et qu’on est joli tout plein, ne suffit pas pour être sélectionné. Tous les jouets ou crayons de bois que Brindilles propose proviennent de forêts gérées durablement. Le papier et le carton (règles du jeu, boîtes, puzzles…) sont des produits recyclés et les emballages ont été réduits au minimum.

Brindilles a également banni les jouets en PVC, un plastique qui pose problème pour la santé et l’environnement. Heureusement, il existe aujourd’hui de nouveaux matériaux qui ont le même aspect et la même fonctionnalité que le PVC. Leur production ne requiert pas d’additifs chimiques toxiques, leur incinération ne génère pas de dioxines et ils se recyclent beaucoup plus facilement.

Par ailleurs, un certain nombre de peintures, vernis ou colles utilisés dans la fabrication des jouets sont potentiellement des sources d’émission de formaldéhyde, un produit désormais reconnu cancérigène. Heureusement, des alternatives existent aujourd’hui comme des peintures non toxiques ou des produits de finition naturels à base d’huile de lin ou de cire d’abeille.

Enfin, l’idée qu’un jouet, symbole de joie et d’amusement pour nos enfants ici, soit produit pas d’autres enfants ailleurs est particulièrement choquante. C’est pourquoi, Brindilles s’assure auprès de ses fournisseurs que le refus du travail des enfants est pour eux une préoccupation majeure !

Le PVC : le polyvinyle chloré ou vinyle est un plastique issu de la prétrochimie qui a des effets sur la santé de l’enfant et sur l’environnement. Les jouets en PVC peuvent contenir des additifs chimiques toxiques (phtalates) qui servent à assouplir le plastique. Ces additifs, n’étant pas liées chimiquement au PVC, peuvent donc se « détacher » du plastique. S’ils sont mis à la bouche du jeune enfant ou ingérés, ce sont des perturbateurs endocriniens classés toxiques pour la reproduction et le développement humain. Les PVC sont également soupçonnés de favoriser l’apparition d’allergies, de l’asthme, voire certains cancers. Les enfants sont, bien entendu, la population la plus exposée à ces risques. Enfin, les procédés utilisés au cours de la fabrication du PVC rejettent des toxines qui s’accumulent dans l’environnement. Et lorsque les jouets sont jetés, le PVC se retrouve dans les décharges et surtout dans les incinérateurs où sa combustion dégage des dioxines et des métaux lourds dans l’air.

Jouets et réglementations : Les réglementations sont là pour contrôler le respect des normes de sécurité mais en pratique, 27% des gens ne vérifient jamais la présence du marquage CE, incontournable et obligatoire pour les jouets destinés aux enfants de moins de 14 ans. Mais il faut savoir qu’il n’y pas de contrôle préalable à la mise sur le marché, c’est le fabricant qui appose lui-même le marquage en fonction de l’appréciation qu’il fait de son produit par rapport à la norme en vigueur. Egalement apposées volontairement par les fabricants, les marques NF et NF petite enfance vont plus loin dans la garantie de sécurité. Le fabricant fait en effet contrôler les jouets par un organisme spécialisé indépendant.

Par ailleurs, l’étiquetage d’un produit conformément à la norme ISO 14021 ou d’autres labels garantit certaines exigences de production relatives aux auto-déclarations environnementales. La norme ISO 14021 définit ainsi des contraintes liées à douze déclarations usuelles (parmi lesquelles l’utilisation réduite des ressources, la réduction des déchets, la consommation réduite d’énergie, l’allongement de la durée de vie du produit ou encore la notion de recyclage). Autant de contraintes que le fabricant s’engage à respecter.