Développement durable… et la suite ? 4ème volet !

Censure, publicité et propagande font bon ménage ! Les exemples extrêmes, tels que ceux des régimes autoritaire, dictatoriales et de terreur comme celui de « l’Allemagne Nazie » ou encore « L’Irak de Saddam Hussein », ont su employer cette stratégie de communication.

Usages de la publicité

La publicité reste tout d’abord une arme psychologique d’un effet déconcertant pour les adversaires ou concurrence.

La plupart des entreprises ont toutes plus ou moins recours au message publicitaire. Quel que soit l’importance de la société, la publicité trouve largement sa place. D’ailleurs, dans un budget prévisionnel, une colonne reste spécialement réservée à cette dépense promotionnelle, et souvent dès lors que les moyens existent se met en place un service spéciale dit « Service de communication » ou au recours externe d’une agence spécialisé dans la communication. Même une TPE –Toute Petite Entreprise ne peut se passer d’un tel service.

Le rôle avant tout de la publicité tient dans un seul et unique objectif : vendre, soit un but commercial. Rien de déshonorant là-dedans, loin de là ! Après cela dépend du produit ou service proposé, de l’honnêteté et de la véracité du message publicitaire.

Promotion d’un produit ! De n’importe quel produit ? Tout est là ! Quelle éthique ? Quelle déontologie ? Peut-on dire tout et n’importe quoi sous prétexte de vendre un produit à n’importe quel prix ? Le secteur publicitaire est depuis longtemps un véritable marché, il suffit de surfer sur le net –moteurs de recherche, bannières, spams, etc.- pour s’en rendre compte.

Tous les secteurs commerciaux, opérateurs privés ou publics, ou même les domaines associatif, culturel, sportif et Cie. Se doivent aujourd’hui de communiquer, bref faire de la pub.

Songeons que tout ce petit monde, dès lors qu’il met en place quelque chose qui lui semble intéressant, sans promo… est KO. Philanthrope ou pas, chaque entité a besoin de faire rentrer de l’argent pour couvrir ses dépenses et se développer. D’où la nécessité absolue de se faire connaître et d’entretenir cette notoriété.

Ce n’est pas tout de lancer un produit, encore faut-il le conforter dans sa position, d’où la publicité et son caractère permanent quasi obligatoire dans notre société actuelle d’ultra-super-hyper-consommation.

Le monde de l’automobile

Comme tous les autres secteurs, celui de notre moyen de déplacements préféré, se trouve confronté à une situation concurrentielle sans partage ni modération.

La politique commerciale de chaque constructeur doit être sans complaisance aucune, et ce surtout depuis la crise financière et économique que nous subissons encore très largement aujourd’hui. La concurrence implacable ne fait absolument aucun cadeau et tout est bon pour écraser l’autre. La publicité voit son rôle jouer à plein rendement.

Il faut savoir qu’un modèle de voiture, de la conception initiale à son stade de simple projet, au lancement officiel, demande des investissements colossaux en argent et en temps. En cas d’échec cela devient une catastrophe. Aussi est-il très difficile de renoncer à un programme de motorisations populaire mais polluant, dès lors qu’aucun amortissement à minima ne puisse être considéré.

Tout changement se gagne à très… très long terme.

…à suivre. A bientôt !