Développement durable… et la suite ? 5ème volet !

Dans le secteur automobile, la stratégie publicitaire reste exploitée à son maximum et le droit à l’erreur n’a pas lieu d’exister. Cela devient une question de vie ou de mort pour ce marché.

Enjeu commercial de la publicité automobile

Quelques données du marché automobile

Le parc automobile français est équipé de trente et un millions* de véhicules particuliers environ (trente sept avec les véhicules utilitaires).

Les constructeurs français produisent un près de cinq millions de véhicules particuliers (six et demi avec d’autres productions spéciales et utilitaires).

La France importe plus d’un million de véhicules dans le même temps. Renault et Peugeot-Citroën, les deux grands constructeurs français, se partagent à peu près 50% du marché à l’exploitation.

En rappel, pour la mise au point d’un modèle, l’investissement est très élevé… il se monte à plusieurs milliards d’euros selon le concept. Par exemple dans les années 80/90, la ZX Citroën, véhicule de moyenne de gamme, a coûté plus de six milliards de francs à l’époque (soit près d’un milliard d’euros aujourd’hui). Aussi lorsqu’un véhicule est programmé, rien ne doit être laissé de côté, tout doit être analysé du début jusqu’à la fin… même et surtout… la date de lancement.

L’industrie automobile est fragile, nous avons pu le constater à quel point ces derniers temps, elle dépend directement des retombées politiques sur l’économie. Ainsi l’ensemble du marché a vu ses parts fluctuer ses parts sur des courbes de pourcentage à deux chiffres, et ce depuis septembre 2008… et la crise qui depuis en découle.

Les Etats-Unis, plus gros producteurs mondiaux… suivi de près par le Japon… et la Chine, comme de coutume, cela va de soi aujourd’hui… avec l’ensemble des autres constructeurs mondiaux, sortent de leurs chaînes plusieurs de dizaines de millions de véhicules par an*.

Les constructeurs français font partie de la première dizaine de constructeurs mondiaux. L’ambition de ceux-ci au niveau mondial, reste très élevée. Plus qu’un développement, il s’agit pour tous de survie. Plus qu’une concurrence… c’est une véritable guerre économique et écologique avec les normes sévères qui s’imposent aujourd’hui.

* Source : Estimations CCFA

…à suivre.

A bientôt !