L’équilibre d’une alimentation végétarienne

2

equilibre-alimentation-vegetarienneEn règle générale, les végétariens consomment principalement des végétaux bien sûr ! Mais ils ne refusent pas les produits laitiers et même souvent les œufs.C’est donc sur cette définition de lacto ovo végétariens que va débuter cet article.

Bien réalisé, le végétarisme peut être parfaitement équilibré. En effet, respectant l’apport en acides aminés essentiels et en vitamines D et B12 grâce aux oeufs et aux produits laitiers (attention à ne pas en abuser pour compenser..), la privation de produits carnés ne porte pas nécessairement préjudice.

Ici des menus végétariens équilibrés en exemple.

Toutefois, il faut être très prudent et ne rien négliger. Seule la combinaison des aliments les uns avec les autres (légumes secs + produits céréaliers par exemple) permet d’apporter les mêmes protéines indispensables qu’une alimentation omnivore, ainsi que le fer et le zinc.

D’autre part, la quantité des substituts végétaux pour atteindre les quantités suffisantes à la santé est supérieure à son équivalent carné.

Notons enfin que l’organisme peut avoir du mal à s’adapter au végétarisme, surtout dans certains situations physiologiques particulières comme la grossesse et l’allaitement, l’enfance et surtout (page 5) l’âge avancé (le corps fonctionne plus lentement et peut réellement ne pas comprendre assez rapidement les changements et provoquer des carences très néfastes, sans parler des désagréments digestifs dus à la forte doses de fibres). L’alimentation végétarienne ne s’improvise pas et ne se fait pas du jour au lendemain….

Les populations végétariennes subissent moins certaines pathologies dites de civilisation comme par exemple les maladies cardiovasculaires grâce à leur grande consommation de fruits, légumes, céréales etc qui apporte aux végétariens des fibres, vitamines, minéraux en quantité largement supérieure à la moyenne des populations omnivores. Soulignons tout de même que ce n’est pas la suppression absolue de la viande mais l’élévation des végétaux dans son alimentation qui est protectrice (exemples japonais, méditerranéen). Le végétarisme partiel (incluant viande maigre et poisson dans l’alimentation) peut -être un bon compromis…

Nuance sur le végétalisme

Le végétalien exclut tout aliment d’origine animale. Son alimentation est donc constituée de céréales (le plus souvent non raffinées), de légumineuses, de levures alimentaires, de fruits, de légumes, d’oléagineux et d’infusions. De façon évidente, le végétalisme, en supprimant les protéines animales, entraîne des déficiences en nutriments essentiels.

Les protéines sont assez bien présentes dans les végétaux comme nous l’avons vu plus haut en équilibrant les acides aminés. Cela n’empêche pas qu’une alimentation végétalienne non supplémentée est dangereuse.

Tout d’abord, la teneur en vitamine D dans le sang doit être surveillée. La vitamine C d’une alimentation végétale favorise, certes, l’absorption du calcium à condition de bien ensoleiller sa peau régulièrement (la vitamine D, vitamine du soleil, essentielle à l’absorption du calcium). Mais éventuellement le déséquilibre magnésium/calcium lié à une alimentation très riche en magnésium peut provoquer des problèmes musculaires (le cœur est un muscle..).

La vitamine B12 quant à elle, ne trouve aucune source dans les végétaux. Il faut absolument être supplémenté sous peine d’anémie sévère.

Il est à noter que ces carences pour des personnes en bonne santé et en pleine fleur de l’âge sont aggravées considérablement chez le nourrisson, la femme enceinte ou qui allaite, l’enfant en pleine croissance et le végétalien de longue date.

Pour conclure, si l’on doit prendre des compléments alimentaires pour arriver à l’équilibre nutritionnel humain, peut-on vraiment justifier ce type d’alimentation comme sain ?

 

Comments are closed.