La malbouffe est une drogue dure

5

malbouffe-drogue-dureLa malbouffe est une drogue dure ? Voilà qui confirme ce qu’avait déjà laissé entendre Morgan Spurlock en 2004 dans son documentaire Super Size Me.

Pour prouver la dépendance à la malbouffe, deux chercheurs américains ont démontré, sur le rat, que les mécanismes du cerveau mis en jeu lors de la consommation répétée d’une nourriture beaucoup trop riche pourraient être biologiquement identiques à ceux retrouvés chez les personnes consommatrices de drogues dures.

Les chercheurs ont également mis en évidence que les rats « mal-nourris » perdent complètement le contrôle de leur comportement alimentaire, premier signe de l’addiction.

Bien que ces résultats doivent être confirmés chez l’homme, il y a de quoi inquiéter les services sanitaires des pays développés. D’autant plus qu’apparemment, une fois les rats devenus accros à la malbouffe, les rats préfèrent s’affamer plutôt que de se nourrir à nouveau avec un régime normal…

Encore une fois, nous pouvons affirmer que l’aspect qualitatif de notre alimentation est un élément essentiel dans la lutte contre l’obésité (et les autres maladies). En choisissant des aliments de bonne qualité (végétaux, biologiques, faits maisons, peu manufacturés,…), les risques d’obésité sont minimes.

Un sevrage n’est jamais facile. Alors, prévenons l’obésité de nos enfants en les éduquant dès maintenant !

 

You might also like

Comments are closed.