Le plastique, c’est pas fantastique

5

Voici une traduction/résumé en français du ’Smart Plastics Guide’ sur les différents plastiques utilisés pour faire les bons choix.

Le Smart Plastic Guide : « On utilise souvent les plastiques pour conserver et envelopper les aliments et les boissons : récipients jetables et ré-utilisables, films de protection, couverts de table, bouteilles d’eau et biberons. Le plastique est léger, pratique, incassable et relativement bon marché. Pourtant, son utilisation extensive et généralisée fait encourir des risques environnementaux et pour la santé.

Problèmes environnementaux : La plupart des plastiques sont fabriqués à partir de pétrole, une ressource non renouvelable et importée. Les emballages sont aussi une source de déchets. Bien que le plastique soit léger, il est volumineux et occupe la plus grande partie des sites d’enfouissement ou dans les incinérateurs.

Problèmes de santé : L’utilisation du plastique dans la cuisine et pour la conservation des aliments peut faire courir des risques à la santé surtout en ce qui concerne les composants chimiques de certains plastiques qui sont cause de dysfonctionnements hormonaux quand ils s’infiltrent dans les aliments ou les boissons. La fabrication et l’incinération des plastiques font courir des risques graves pour leur santé aux ouvriers qui se trouvent exposés à ces produits toxiques.

Choisissez des produits moins polluants pour réduire les risques d’exposition aux composants chimiques du plastique.

Ce que signifient les étiquettes du plastique

Tous les récipients ne sont pas étiquetés et la présence d’un sigle de recyclage sur un produit ne signifie pas que le produit est recyclable. Habituellement les produits # 1 et # 2, à goulots étroits sont recyclables, mais différents sites de recyclage recyclent des récipients différents selon les lieux. Vérifiez auprès de vos autorités locales pour en savoir plus.

  1. PETE – Polyethylène Teraphthalate Ethylène : utilisé pour les boissons alcoolisées, les jus de fruits, l’eau, les détergents, les produits de nettoyage et les pots de beurre de cacahuètes.
  2. HDPE – Polyéthylène Haute Densité : utilisé pour les bouteilles opacs de lait et d’eau, d’eau de javel, de détergents, les bouteilles de shampooing et certains sacs de plastique.
  3. PVC ou V – Polyvinyle Chloride : utilisé pour les films plastiques et certaines bouteilles en plastique déformable, les pots d’huiles de cuisine, de beurre de cacahuètes, de détergents et de liquides lave-vitres.
  4. LDPE – Polyéthylène Basse Densité : utilisé pour les sacs d’épicerie, la plupart des emballages et certaines bouteilles.
  5. PP – Polypropylène : utilisé dans la plupart des produits plastiques de salles de bain (Rubbermaid), les soupes prêtes, et les récipients de sirops et de yaourts, les pailles de boissons, certains récipients alimentaires opacifiés, dont les biberons de bébés.
  6. PS – Polyesthyrène : utilisé pour les plateaux d’aliments prêts à emporter, les boîtes d’oeufs, les tasses et bols jetables et les couverts plastiques.
  7. Autres – Habituellement des polycarbonates utilisés pour la plupart des biberons, les gros bidons d’eau minérale, des bouteilles d’eau « sport », pour la doublure des récipients alimentaires en métal, les tasses à bec en plastique, et tous les couverts de plastique transparent. Certains nouveaux plastiques bio peuvent aussi être étiquetés du groupe 7.

PVC – LE plastique toxique :

C’est le polyvinylchloride, connu sous le sigle PVC ou V, qui pose les plus graves dangers pour l’environnement et la santé ; c’est aussi le plastique le moins recyclable.

  • les ouvriers du polyvinyl courent de vrais risques de cancer du foie.
  • les procédés de fabrication à base de polyvinyl sont la cause de problèmes de pollution de l’air et de l’eau ; les fabriques sont souvent situées dans des zones déshéritées.
  • Il faut ajouter des additifs et des stabilisants au PVC pour le rendre utilisable. Par exemple, on y ajoute souvent du plomb pour le renforcer, et des plastifiants pour lui donner de la flexibilité. Ces additifs ajoutés contribuent à une plus grande pollution de l’environnement et de l’exposition humaine.
  • Le PVC émet de la dioxine dans l’air pendant sa fabrication et l’incinération des produits en PVC ; celle-ci se dépose sur les prairies, s’accumule dans la viande et, en fin de compte, pénètrent dans les tissus humains. On sait que la dioxine est cancérigène. On sait aussi qu’une exposition même à de faibles doses est cause de moindre poids à la naissance, de problèmes comportementaux et d’une moindre capacité à apprendre chez les jeunes enfants, d’immunité réduite et de dysfonctionnements hormonaux chez les adultes.

Des inquiétudes pour la santé du fait de l’utilisation des plastiques dans l’alimentation

La fabrication des plastiques fait entrer en jeu une myriade de produits chimiques issus du pétrole. Certains peuvent s’infiltrer dans les aliments et les boisssons et avoir un impact sur la santé humaine. Les infiltrations se font plus nombreuses quand le plastique est mis en contact avec des aliments gras ou huileux, quand on les chauffe ou quand le plastique est vieux ou égratigné. Les types de plastiques dont on sait qu’ils peuvent s’infiltrer dans les aliments sont les polycarbonates, le PVC et le styrène. Ce qui ne veut pas dire que les autres plastiques soient sûrs. Ces plastiques ont seulement été mieux étudiés. A éviter les produits qui contiennent : le bisphénol A (BPA) et le di(2-éthylhexyl)adipate DEHA. Le BPA est un composant chimique qui mime l’action de l’estrogène, hormone humaine. Il est lié à plusieurs types de cancers. Le DEHA est l’un des additifs plastifiants aussi considéré comme lié à de nombreux types de cancers.

Astuces pour utiliser en sécurité les plastiques alimentaires

  1. Éviter de passer des récipients de plastique au micro-onde. Même les mentions « micro-onde » sont peu fondées.
  2. Utiliser avec soin les films plastiques et ne pas les passer au micro-onde
  3. Utiliser des modes d’emballage alternatifs en préférence aux films de plastique.
  4. Éviter l’eau dans des bouteilles en plastique. Utilisez des gourdes
  5. Quand on est obligé d’utiliser de l’eau en bouteilles de plastique, utiliser des bouteilles neuves, non égratignées et sans les mettre au contact de la chaleur ou de la tiédeur. La chaleur favorise les infiltrations des composants chimiques depuis le plastique de la bouteille vers l’eau qu’elle contient.
  6. Pour les petits, préférer les biberons et les tasses à bec autres qu’en plastique. Il en existe en verre, en polyéthylène et en propylène. Les biberons souvent ne sont pas étiquetés, il faut donc se renseigner sur le type des composants auprès des numéros verts des entreprises.
  7. Toujours respecter la règle de jeter et rejeter les biberons et tasses abimées ou égratignées.

Que peut-on faire d’autre ?

En choisissant des plastiques plus sûrs et aussi peu nombreux que possible pour conserver un environnement et protéger la famille et lse enfants contre des expositions nocives et évitables.

  1. On peut contacter les fabricants pour leur faire connaître les desideratas des parents
  2. Eviter d’acheter les produits faits de PVC du groupe 3, les composants de bricolage en PVC, les jouets en PVC et tous autres produits de consommation contenant du ou en PVC.
  3. Acheter des produits alternatifs de plastiques bio quand ils existent.

Source : Ripe Green Ideas

Comments are closed.