Les aliments de fêtes

4

Il convient de choisir avec attention les mets traditionnels de fêtes, notamment de fin d’année, afin de choisir les produits les plus respectueux de l’environnement. Des aliments bio seront perçus comme un geste de respect vis-và-vis de la santé de vos invités.

Voici quelques informations à connaître afin de choisir ses aliments en accord avec ses convictions écologiques.

Crustacés et poissons

La plupart des saumons proviennent de fermes d’élevage de Norvège, d’Ecosse ou d’Irlande (8 %).

Les Français dégustent 60 000 tonnes de homard pendant les fêtes de fin d’année provenant majoritairement d’un pays lointain : le Canada. Les coquilles Saint-Jacques sont souvent transportées congelées depuis l’Argentine, les Etats-Unis, le Japon ou le Vietnam.

Ces mets ne sont donc pas très écologiques en raison de la pollution liée à leur acheminement et de leur condition d’élevage.

Par contre, vous pouvez vous gaver d’huîtres fraîches, chaudes ou farcies. Outre les avantages gustatifs, bénéfiques pour la santé (riches en vitamines B12 et en fer) et peu caloriques, les huîtres sont écolo !

Elles sont élevées dans la mer dans des zones classées, sans aucun ajout de produits chimiques. Leur mode de production est 100% naturel ; il n’existe donc pas de label bio pour les huîtres, car elles le sont toutes, mais uniquement un label rouge signifiant une qualité supérieure. L’huître est écologique jusqu’au bout, car les coquilles des huîtres concassées peuvent être compostées.

Foie gras

Le foie gras bio n’existe pas ou très peu car son mode de production ne respecte pas le Règlement Européen pour les productions animales biologiques qui décrit que :  » l’alimentation vise à une production optimale en qualité plutôt qu’en quantité, tout en respectant les besoins nutritionnels des animaux aux différents stades de leur développement. Les pratiques d’engraissement sont autorisées dans la mesure où elles sont réversibles à tout stade du processus d’élevage. Le gavage est interdit « .

Un foie gras biologique devrait donc être réalisé sans gavage, en laissant les canards ou les oies en liberté se nourrir à leur gré. C’est plus long et les foies sont moins gros, peu de producteurs sont donc intéressés. Un producteur espagnol, la « Pateria de Sousa », a initié cette démarche et vend un foie gras bio qui est disponible sur le site Ibergour.fr.

Certains producteurs utilisent également de la nourriture bio, du maïs par exemple, afin de gaver les animaux.

Le chocolat bio

La culture du cacao a l’inconvénient environnemental majeur de participer à la déforestation au profit d’une monoculture. En Côte d’Ivoire, producteur du tiers de la production mondiale de cacao, quasiment 13% de la surface de la forêt d’origine, soit entre 8 et 10 millions d’hectares, ont été rasés pour planter des cacaoyers. Cette culture peut également utiliser de puissants insecticides entraînant des problématiques sanitaires et environnementales.

La culture biologique du cacao permet de cultiver sous couvert, c’est-à-dire dans la forêt et donc sans la détruire, les fèves de cacao et évite également l’utilisation de pesticides. La culture équitable du cacao permet de mieux répartir les bénéfices avec les producteurs locaux et ainsi d’encourager des pratiques respectueuses de culture et le développement local.

You might also like

Comments are closed.