Les différentes écharpes porte-bébé

Attention, toutes les écharpes porte-bébés ne se valent pas. Malheureusement, cette façon de porter devient à la mode et on trouve de plus en plus de tissus de portage qui n’ont rien à voir avec une vraie écharpe de portage. L’écharpe porte bébé est un article de puériculture pas un simple bout de tissu !!

Toutes les écharpes porte-bébés ne se valent pas. Une écharpe de bonne qualité doit :
- être tissée sergé croisé pour assurer souplesse et confort au bébé comme aux épaules du porteur, le sergé croisé est la référence car le tissu est élastique en diagonale pour bien épouser la forme du bébé, mais assez résistant pour ne pas se déformer
- être tissée assez serré pour que le tissu ne se déforme pas dès que le bébé passe les 8 kg, sans quoi il n’est plus soutenu et le portage en kangourou est alors quasiment impossible,
- être en coton doux, pour que le tissu glisse assez pour faciliter l’installation, mais pas trop non plus comme c’est le cas des tissus brillants qui sont impossibles à utiliser en toute sécurité,
- ne pas contenir de substances toxiques (fibre du tissu ou colorants) car le bébé est en contact proche et répété avec l’écharpe.

Achetez une écharpe de portage.

Tissages denses et souples à la fois

Il s’agit des écharpes en sergé croisé, tissage serré et résistant avec des cotons plus ou moins épais. L’avantage du sergé croisé est que l’écharpe est plus facile à mettre en place, car le tissu répond bien aux tensions pratiquées par le porteur pour resserrer un endroit précis, ce qui donne un meilleur confort la plupart du temps. De plus, ce type de tissage tiendra mieux dans le temps, l’écharpe sera plus résistante, au poids d’un enfant grandissant et également à plusieurs enfants. Ce tissage confère à l’écharpe une élasticité en diagonale qui rend le tissu si confortable pour le porteur et permet un si bon soutien pour le bébé.

Les écharpes en sergé croisé sont les Storchenwiege, Didymos, Lana, Easy Care et Bebina (marques les plus courantes). Ce sont aussi les écharpes les plus chères.

Lana authentique Allemagne

Les écharpes Lana sont des écharpes d’excellente qualité, en coton biologique avec label SKAL, cultivé en Turquie ou se fait également la fabrication. La fibre du coton est sélectionnée parmi les plus longues donc les plus résistantes. Aucun produit chimique n’entre dans leur fabrication, les teintures sont exemptes de métaux lourds. Les prix pour des écharpes neuves vont de 79 à 99 euros selon la taille et le motif. Les anciens modèles sont cependant assez épais et peuvent être plus difficiles à manipuler, les nouveaux coloris 2007 sont plus fins.

Lana design Suisse

Les écharpes Lana sont des écharpes d’excellente qualité, en White Cotton de culture biologique (fibre longue et résistante), produites en Afrique dans le cadre d’un programme de commerce équitable (programme BioRe, visiter le lien http://www.biore.ch/francais/labelbioRe/sozialekriterien.fr.htm), aucun produit chimique n’entre dans leur fabrication, les teintures sont effectuées en Allemagne et exemptes de métaux lourds. Les prix pour des écharpes neuves vont de 79 à 118 euros selon la taille et le motif. Les anciens modèles sont cependant assez épais et peuvent être plus difficiles à manipuler, les nouveaux coloris 2007 sont plus fins et légèrement glissants.

Storchenwiege

Les écharpes Storchenwiege sont de belles écharpes fines et résistantes. Les écharpes sont certifiées et régulièrement controlées ÖKOTEX 100 classe I (la plus stricte pour bébé), label international qui garantie l’innocuité du produit pour le bébé mais cependant cultivé avec pesticides ! Storchenwiege utilise du fil fort en chaine et trame également. Les prix des écharpes neuves vont de 57 à 77 euros selon les tailles. Le tissage se fait en Allemagne. Les modèles unis accrochent plus que les rayés.

Didymos

Les écharpes Didymos sont peut-être les plus connues. Elles sont généralement de très bonne qualité. Le coton est normalement de culture biologique et le tissage assez dense. Il y a beaucoup de motifs différents et les prix pour des écharpes neuves vont de 64,40 à 123,20 euros selon la taille et le motif. Attention, tous les modèles ne sont pas identiques, les modèles Nino sont légèrement glissants, ce qui rend plus difficile l’installation en kangourou, et les modèles Indio présentent un tissage plus élastique, en particulier les modèles bicolores, qui se détendent sous le poids du bébé (voir commentaire des tissages plus lâches ci-dessous). Normalement les modèles rayés sont de bonne qualité, mais parfois on tombe sur une qualité médiocre pour une raison inconnue…

Bebina

Les écharpes Bebina en coton biologique, sont des écharpes de qualité à des prix assez attractifs (79 euros pour 4,60m). Elles sont un peu « glissantes ».

Easy Care

Les avis sur ces écharpes sont contrastés. Apparemment assez douces, elles ont paru plutôt raides à certains utilisateurs, avec des difficultés d’installation de ce fait. Les tests sur ce modèle doivent être approfondis.

Tissages plus lâches

Il existe des tissage plus lâches, en sergé simple ou droit fil, qui donnent des nouages plus bas sur le corps du porteur, ce qui peut convenir à certaines personnes, même si d’une manière générale plus le bébé est haut plus c’est confortable pour le porteur. Ces écharpes ont souvent une durée de vie moindre. La plupart de ces tissus ne présentent pas l’élasticité en diagonale si intéressante. Des mamans de gros bébés se sont plaint de ne plus pouvoir les porter avec confort très rapidement car le tissage trop lâche ne permet pas de bien resserrer le tissu. Il y a cependant des personnes satisfaites de ce type de tissage, à vous de voir ! Il s’agit des écharpes Girasol, Amazonas et généralement toutes les écharpes à moins de 60 euros.

Avec un tissage lâche il est plus difficile de porter en kangourou et de porter haut. Le tissu se relâche en une « poche » assez basse et le bébé est alors tassé au fond au lieu d’être soutenu. Ces écharpes sont en jersey avec un tissage très élastique, elles sont très confortables pour les portages devant en croisé des petits bébés legers. Dès que le poids commence à se faire sentir, ces écharpes sont presque inutilisables et finissent au placard. Elles sont également inutilisables pour les portages dorsaux. En voici quelques marques KuBeBa, Babylonia babysling. Les écharpes Girasol dont le tissu est plus fin, plus rugueux et moins souple. Le coton n’est pas de culture biologique mais les écharpes sont commercialisées en commerce équitable. Les écharpes Amazonas vendues chez Artisans du monde sont issues du commerce équitable. Tous ces derniers modèles aux tissages plus lâche sont fortement déconseillés.

Les écharpes maison … et celles qui n’ont rien à voir avec une écharpe A moins qu’elles en soient taillées dans un tissu de très haute qualité et donc revenant au même prix qu’une écharpe de bonne qualité, il est assez difficile d’égaler la qualité des écharpes de marque. Le coton tissé droit n’est pas du tout aussi confortable que le coton tissé en sergé croisé, le bébé peut se sentir engoncé, et le tissu se déforme vite. Il est très difficile d’avoir une quelconque garantie sur les qualités écologique et toxique du tissu, or le bébé respire et mâchouille beaucoup le tissu. Les ourlets doivent obligatoirement être doubles sur tous les côtés pour des raisons de sécurité. Certaines « écharpes » vendues en magasin et sur internet sont à éviter comme « la poche à kangourou » par exemple qui n’ont rien d’une écharpe porte-bébé et sont même très dangereuses.

En conclusion

Que le tissage soit serré ou lâche, toutes ces écharpes de marque garantissent normalement (c’est absolument vrai pour les plus chères) des teintures non toxiques exemptes de métaux lourds. Contrairement aux écharpes maison pour lesquelles il est assez difficile voire impossible de connaître l’origine du tissu. Sachez que le bébé respire et mâchouille le tissu pendant plusieurs mois… Cependant, ces écharpes de marque qui valent si cher sont une invention des pays occidentaux, et dans les pays traditionnellement porteur on ne s’embête pas avec ce genre de considération. Un pagne, une écorce, une couverture, tout est bon pour porter ! On peut alors légitimement se poser la question : a-t-on réellement besoin d’une écharpe si chère ? Il est important de prendre en considération le fait que nous n’avons pas une culture de portage, que nous n’avons pas été portés, que nous n’avons pas porté nos frères et soeurs, cousins cousines ou neveux et nièces, et que nous avons donc besoin à la fois de plus de sécurité pour nous sentir vraiment à l’aise et de plus de confort aussi car nous ne nous entraînons pas depuis l’enfance. Observez une maman africaine qui porte dans un pagne : elle ajuste très souvent son pagne et elle est penchée en avant ou bien cambrée. Est-ce que cela correspond à notre besoin de liberté de mouvement et à notre posture naturelle ? Il est également important de savoir que les porte-bébés traditionnels vont tout à fait bien avec le mode de vie des peuples qui les utilisent, mais nous ne marchons plus pieds-nus sur des chemins de terre souples, nos trottoirs et routes en bitume sont bien durs et nous devons opter pour un système qui amortisse mieux les chocs pour le bébé. Nous ne passons pas non plus la majeure partie de notre temps penchés en avant pour travailler au champ, nous avons donc besoin d’une dispositif de portage qui permette de se tenir droit et de préférence sans compensation en cambrure ou déhanchement. Selon notre mode de vie nous avons la possibilité de choisir le dispositif de portage qui nous paraît le plus adapté, alors exerçons notre esprit critique et décidons chacun de nous ce que nous voulons en fonction de notre philosophie de vie, notre budget, notre résistance physique…

Source « un bébé au naturel » Guillemette Baffert monitrice LANA complété par Guillaume le Monde de Bébé [email protected] – www.monde-de-bebe.com – tel : 03 88 49 00 95.