Les nouveautés en matière de conditionnements alimentaires

Depuis le 11 avril 2009 la loi autorise les fabricants à utiliser d’autres contenances d’emballage que les fractions du kilo comme 500 gr ou 250 gr, par exemple. Ils auront le droit de faire exactement ce qu’ils veulent : 220 grammes ou 480 grammes s’ils le souhaitent.

Alors attention ! Même si l’emballe des produits ne change pas du moins en apparence, c’est-à-dire en couleurs et en taille, l’indication du poids du produit pourrait passer en tout petits caractères. Cette discrétion pourrait rapidement cacher que pour prix qui n’augmente pas vous achetez sans le voir clairement une moindre quantité. [rouge]Par exemple un paquet jusque là de 500 gr pourrait ainsi passer de manière tout à fait discrète à 450 gr.[/rouge] Donc le prix au kilo du produit en question augmente largement mais vous ne vous en rendez pas vraiment compte.

Bien entendu le but de la loi n’est pas au départ de favoriser cette dissimulation de hausse de prix. En fait l’effet recherché était de permettre des conditionnements mieux adaptés aux besoins : gros volumes pour les familles ou pour les produits de longue conservation comme le riz, le sucre… En fait la loi sur la liberté des conditionnements alimentaires espérait permettre une légère diminution du prix au kilo !!! Il pourrait bien en être tout autrement !!

Vous êtes sans doute déjà conscient que les emballages de portions individuelles sont responsables d’une grande part de l’augmentation des prix au kilo de nombreux produits : acheter en dose individuelle peut sembler pratique et simple pour la conservation mais en fait on s’aperçoit qu’ainsi les prix au kilo peuvent augmenter de 25 à 50 % par rapport au même produit vendu par paquet d’un kilo. L’emballage est un produit qui coûte cher (coût de fabrication + retraitement du déchet) et de plus l’emballage individuel demande plus de manipulations lors de la fabrication et donc les usines répercutent ce surcoût.

Il est donc plus important encore maintenant de ne plus lire les étiquettes des rayonnages seulement en observant le prix unitaire des articles mais en regardant le prix au kilo ou au litre affiché obligatoirement sur le rayonnage où est présenté ce produit.