Les OGM ne limitent pas l’ utilisation de pesticides

Depuis son travail effectué pour le monde selon Monsanto , Marie Monique Robin est devenue une spécialiste d’investigation dans l’industrie des OGM. C’est donc sans étonnement qu’elle s’est rendue récemment dans une région américaine (Red River Valley) où la culture du soja Roundup Ready de Monsanto est intensive

En allant sur ces lieux, MM Robin voulait confirmer ses doutes déjà présumés dans sa première enquête. Elle n’aura pas de mal ! En effet, la culture du soja génétiquement modifié de Monsanto accompagné de son pesticide Roundup n’empêche pas les mauvaises herbes. De ce fait, les agriculteurs doivent utiliser d’autres herbicides supplémentaires pour les éliminer.

Au final, les OGM roundup ready ont entraîné une augmentation de près de deux millions de kilos en 20 ans. Constat inquiétant quand on sait que la société Monsanto a réussi à vendre son package en assurant qu’avec lui, les agriculteurs feront une nette baisse de pesticides.

MM Robin a rencontré quelques uns de ces agriculteurs qui souhaitent à tout prix abandonner cette culture pour retourner à des semences de soja conventionnel. Malheureusement, ces derniers sont pris au piège par l’énorme place de la société Monsanto dans la vente de semences. Leur reconversion est donc particulièrement difficile.

Même si l’on ne peut pas directement agir contre de telles pratiques dévastatrices pour la terre et la santé des humains, nous pouvons CHOISIR de ne pas consommer de produits génétiquement modifiés. En préférant des produits biologiques ou mieux encore en allant vers nos producteurs dès que cela est possible pour connaître leurs pratiques et leurs motivations, nous soutenons une agriculture paysanne, saine et biodiversifiée.

L’avenir est entre nos mains à tous !

Au moment de la publication de ce billet, nous sommes tombés sur une information rassurante. Au mois de décembre, Monsanto a reçu le prix de l’industriel exerçant le plus de pressions sur les négociations climatiques. En d’autres termes, les internautes se sont mobilisés pour notifier les mensonges et les pratiques commerciales de communication de ce géant de l’agroalimentaire comme étant l’acteur le plus néfaste.

Ce n’est pas grand chose mais on peut espérer que ce soit un début de conscience. A moyen terme, l’union de ces consciences peut avoir une force terrible !