Les salariés sont plus attentifs au gaspillage lorsqu’ils impriment en couleur

5

Ipsos a réalisé pour le compte de Lexmark une nouvelle enquête auprès de 6601 salariés de dix pays européens et des Emirats Arabes Unis afin de faire le point sur les comportements des salariés en matière d’impression. Les résultats de cette nouvelle étude montrent que les salariés semblent davantage conscients de l’impact économique et environnemental lorsqu’il s’agit d’impressions couleur.

Les principaux résultats en bref

  • Près de 70% des salariés affirment accorder une attention toute particulière à leurs impressions couleur.
  • En moyenne, les salariés impriment chaque jour 11 pages en couleur et 20 en noir.
  • En réalisant moins d’impressions en couleur qu’en monochrome, les salariés européens gaspillent également moins – 2 pages par jour en couleur contre 5 pages par jour en noir.
  • En moyenne, 71% des salariés européens ont accès, à l’heure actuelle, à une imprimante couleur.
  • Une meilleure lisibilité et par conséquent une meilleure compréhension du document est considérée comme le principal avantage de l’impression en couleur.
  • Le principal obstacle à un meilleur accès à l’impression couleur vient de la direction qui l’estime inutile ou trop chère

Les salariés semblent davantage conscients de l’impact économique et environnemental de l’impression couleur.

L’impression en couleur fait aujourd’hui partie intégrante de la vie des entreprises

L’étude révèle que sept salariés sur dix (71% en Europe) sont aujourd’hui équipés d’au moins une imprimante couleur.

C’est au Royaume-Uni que le taux d’équipement est le plus élevé, 82% des salariés britanniques interrogés déclarant qu’il est possible d’imprimer en couleur au sein de leur entreprise. A l’inverse, c’est en Hongrie (58%) et en France (62%) que l’impression couleur est la moins disponible pour les salariés.

La présence d’une ou de plusieurs imprimantes couleur dans l’entreprise ne signifie pas pour autant que les salariés peuvent aisément imprimer en couleur. En effet, dans les onze pays investigués, une moyenne de 16% des salariés (et 15% des salariés européens) affirment que s’il est possible d’imprimer en couleur au sein de leur entreprise, cela n’est pas simple pour autant, par exemple parce qu’il leur est difficile d’accéder à l’imprimante couleur. Cela est particulièrement fréquent aux Emirats Arabes Unis, où 21% des salariés interrogés déclarent être dans cette situation.

La taille de l’entreprise apparaît comme un facteur clivant, les salariés des petites entreprises étant sensiblement plus nombreux que ceux des plus grandes entreprises à pouvoir imprimer en couleur sur leur lieu de travail (76% dans les entreprises de moins de 49 salariés, contre 66% dans les entreprises de plus de 500 salariés).

Un salarié sur deux affirme avoir besoin d’imprimer en couleur dans l’exercice de ses fonctions

Disponible dans la majorité des entreprises, l’impression couleur semble de surcroît répondre à un réel besoin. En effet, la moitié des salariés imprimant au moins une page par jour (51%, et 50% en Europe) affirment qu’ils ont ou auraient besoin d’imprimer en couleur dans le cadre de leur activité professionnelle, dont 23% « tout à fait » (21% en Europe). C’est en Allemagne, en Autriche et aux Emirats Arabes Unis que le besoin d’imprimer en couleur est le plus prononcé (respectivement 66%, 65% et 60% des salariés de ces pays déclarent en avoir besoin dans l’exercice de leurs fonctions).

L’examen des réponses en fonction du service dans lequel travaillent les sondés révèle que les personnes travaillant dans un département dédié à la recherche, aux études et au développement sont les plus nombreuses à déclarer avoir besoin d’imprimer en couleur (65%, dont 34% « tout à fait »). Il est surprenant de constater que c’est au sein des services marketing et communication que le besoin d’imprimer en couleur semble le moins fort (seuls 46% des personnes travaillant dans ces départements estiment en avoir besoin).

Le fait de pouvoir imprimer en couleur semble par ailleurs apprécié des salariés d’entreprises disposant de l’équipement adéquat : ainsi, 63% des salariés disposant de ce service déclarent dans le même temps qu’ils en ont besoin, contre seulement 22% des salariés pour lesquels l’impression couleur n’est pas disponible au sein de leur entreprise.

Il apparaît donc qu’aux yeux des salariés en ayant la possibilité, imprimer en couleur comporte des avantages certains par rapport à l’impression en noir et blanc.

Le principal avantage de l’impression couleur semble avant tout résider dans le fait que cela permet une plus grande facilité de lecture et de compréhension des documents (selon 33% des salariés des onze pays investigués, et 34% des salariés européens). Pour 30% des répondants, cela a avant tout davantage d’impact sur le lecteur. Une personne sur quatre répond en premier lieu que le cela est plus professionnel, et 13% que cela facilite l’identification de l’entreprise.

Les salariés impriment avec davantage de parcimonie en couleur qu’en noir et blanc…

Près de sept salariés sur dix (71% dont 36% « tout à fait » dans les onze pays, 68% dont 32% « tout à fait » en Europe) affirment faire plus attention lorsqu’ils impriment en couleur qu’en noir et blanc. Les répondants des Emirats Arabes Unis (87%), de Hongrie (84%) et de France (81%) semblent être les plus vigilants, contrairement aux Suédois (51%) qui impriment rappelons-le le plus faible nombre total de pages.

Les faits viennent corroborer les dires des répondants, ces derniers déclarant imprimer chaque jour en moyenne 12 pages en couleur (11 pages en Europe).

Comme nous l’avons vu précédemment, 32 pages étant imprimées en moyenne chaque jour dans les onze pays investigués (31 pages en Europe), les documents en couleur représentent donc une partie minoritaire des impressions effectuées chaque jour.

Avec une moyenne de 18 pages par jour, les Italiens impriment le plus grand nombre de documents en couleur, une quantité près de quatre fois plus importante qu’en Suède, où les salariés déclarent n’imprimer que 5 pages en couleur par jour.

On note également que le département dans lequel travaillent les salariés apparaît comme un facteur clivant, le nombre d’impressions couleur quotidiennes oscillant entre 8 dans les départements recherche/études, installation/maintenance/réparation et opérationnel dans le domaine de la santé ou de l’éducation d’une part, et 21 dans les départements informatiques d’autre part.

… Et les documents imprimés en couleur sont moins gaspillés que les impressions en noir et blanc

Si les salariés impriment moins en couleur qu’en noir et blanc, ils gaspillent également moins : ils déclarent en effet gaspiller chaque jour 2 impressions couleur contre, rappelons-le, 5 en noir et blanc (7 au total). Au total, dans les onze pays investigués, 17% des impressions couleur sont gaspillées (18% en Europe), contre 22% des impressions en noir et blanc (23% en Europe).

Avec 0,5 impressions couleur gaspillées chaque jour, les Suédois et les Hongrois font figure de bons élèves, à l’opposé des Allemands, des Italiens et des Espagnols, qui en gaspillent 3. La comparaison entre le nombre d’impressions couleur gaspillées et le nombre total de pages imprimées chaque jour révèle que c’est en Hongrie que la proportion de pages en couleur gaspillées est la plus faible (7%), tandis que les Polonais et les Allemands gaspillent respectivement 25% et 23% des pages couleur qu’ils impriment sur leur lieu de travail.

You might also like

Comments are closed.