L’énergie solaire, une énergie d’avenir

10

La France est le cinquième pays le plus ensoleillé d’Europe. Elle dispose donc d’un gisement très important d’énergie solaire. Cette dernière, renouvelable et inépuisable, peut être utilisée pour produire de l’eau chaude sanitaire, avec des panneaux solaires thermiques, ou de l’électricité, grâce à la technologie photovoltaïque.

L’énergie solaire, une énergie gratuite

energie-solaire-cooperativeL’énergie solaire est particulièrement bien adaptée pour répondre aux problèmes majeurs de notre société tels que la raréfaction des énergies fossiles, l’explosion prévisible de leur prix, et le changement climatique. Dans notre pays, le secteur du bâtiment représente à lui seul 45,8 % du total des énergies consommées.

Il rejette chaque année 25 % du total des émissions de CO2, soit presque autant que les transports. L’utilisation généralisée du solaire thermique et du solaire photovoltaïque dans le bâtiment, couplée à de meilleures pratiques en termes d’économie d’énergie, permettra de diminuer de 25 % nos émissions de gaz à effet de serre. Des solutions sont disponibles, dès à présent.

Nos concitoyens sont, dans leur très grande majorité, conscients de l’intérêt de cette forme d’énergie et demandeurs d’un développement à grande échelle.

De nombreuses collectivités locales ainsi que diverses régions ont mis en place des politiques volontaristes. D’autres suivront  !

L’énergie solaire, une énergie propre

Les Pouvoirs publics ont également pris des mesures pour aider les particuliers à s’équiper et pour faciliter l’installation de panneaux solaires. Cette technologie ne génère aucune nuisance, gaz à effet de serre ou déchet encombrant. Son impact sur les paysages et l’environnement est quasiment nul. Elle constitue un bénéfice à la fois pour le particulier et pour l’environnement.

Pour préserver la planète et répondre aux objectifs du Grenelle de l’environnement, la France prévoit deux objectifs  :

  • dès 2012, des constructions neuves qui répondront aux normes Effinergie basse consommation, c’est-à-dire qu’elles ne devront pas consommer plus de 50 kWh d’énergie primaire par m2 et par an, contre 240 kWh pour l’ensemble du parc existant aujourd’hui ;
  • dès 2020, des nouveaux bâtiments, dits BEPOS, qui devront être à « énergie positive », c’est-à-dire qu’ils produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront.

Le monde aura recours à des sources d’énergies variées, et il ne fait aucun doute que le photovoltaïque aura une part très significative dans ce bouquet énergétique.

Les objectifs du Grenelle de l’environnement pour le solaire photovoltaïque

Parc solaire photovoltaïque raccordé au réseau électrique

  • Situation fin 2008 : 175 MW
  • Objectif 2020 : 5 400 MW

Les nouveaux tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque adoptés en 2006 et le crédit d’impôt accordé aux particuliers, commencent déjà à porter leurs fruits  : la puissance du parc français s’élevait à 75 MW en 2007.

Elle représentait 175 MW fin 2008. SER/SOLER estime que la puissance du parc pourrait atteindre au moins 7 000 MW en 2020.

L’électricité photovoltaïque en quelques chiffres

L’énergie solaire est inépuisable et surabondante  : en une heure, le soleil délivre autant d’énergie qu’une année de consommation d’électricité dans le monde  ! Pour couvrir la totalité des besoins mondiaux en électricité avec le photovoltaïque, une surface de 145 000 km2 serait suffisante, ce qui représente 4 % de la surface des déserts. Ce gisement est inépuisable et disponible partout.

En France métropolitaine, le nombre d’installations raccordées au réseau électrique est passé de 550 fin 2004 à 8 800 fin 2008. La production du parc photovoltaïque français raccordé au réseau, représente aujourd’hui environ 70 millions de kWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation de 31 200 habitants.

Théoriquement, il suffirait en France de réaliser le seul côté sud des toits en modules photovoltaïques pour produire toute l’énergie électrique nationale.

You might also like

Comments are closed.