Déchets et recyclage

Le zéro déchet

Ces dernières années, le mouvement zéro déchet prend de l’ampleur. De plus en plus de personnes optent pour ce mode vie. Car, au-delà de réduire la taille de ses poubelles, il s’agit de vivre en adéquation avec ses principes. Et notamment celui de respecter les ressources offertes par la Terre. Opter pour un mode vie zéro déchet est donc avant tout un geste écologique. Mais aussi une manière de profiter plus simplement de la vie, de faire plus de choses par soi-même. Ceux qui s’y mettent sont catégoriques : la démarche est globalement plus libératrice que contraignante.

zero-dechet-bocauxPourquoi une démarche zéro déchet ?

Chaque année, un Français produit en moyenne 354 kg d’ordures ménagères. Si l’on additionne les poubelles des ménages aux déchets municipaux et professionnels (BTP, industrie, agriculture, etc.), cela représente 13,8 tonnes par an et par habitant. Et plus de 800 millions de tonnes à l’échelle du pays.

Sur cette quantité astronomique, seuls 34% des déchets peuvent avoir une seconde vie grâce au recyclage (20%) et à la gestion biologique (14%, compostage et méthanisation des déchets organiques). Le reste termine à l’incinérateur (30%) ou dans des décharges (36%), ce qui n’est pas sans conséquences pour l’environnement. 45% des déchets plastiques, pourtant en grande partie recyclables, sont mis en décharge en France.

Le plus inquiétant, c’est que ces chiffres déjà désolants ne prennent pas en compte les décharges sauvages, de plus en plus nombreuses, et les détritus abandonnés en pleine nature. Mers et océans regorgent de plastique, si bien que les poissons l’ingèrent et, souvent, en meurent. Ceux qui sont pêchés arrivent dans nos assiettes, empoisonnés par nos déchets.

L’usage unique détruit la biodiversité

Nous sommes donc face à un véritable cercle vicieux. Notre mode de vie moderne, privilégiant l’emballage et l’usage unique, empoisonne durablement la Terre, la biodiversité dans son ensemble et… nous mêmes ! L’abondance de plastique par exemple n’est pas sans conséquences si notre santé.

Adopter un mode de vie zéro déchet, c’est donc prendre soin de la planète et des membres de son foyer. Par exemple, cela permet d’être bien moins exposé aux perturbateurs endocriniens (présents dans les produits alimentaires et d’hygiène ou encore sur nos vêtements), des substances qui modifient l’action de nos hormones et peuvent causer des dégâts sur plusieurs générations. Comme une baisse de la fertilité ou l’apparition de certains cancers.

Le zéro déchet concrètement : les 5 « R »

La démarche zéro déchet a donc de quoi séduire toute une partie de la population, sensibilisée à la cause écologique et souhaitant préserver sa santé. Mais beaucoup rechignent à s’y mettre vraiment car ils ne savent pas comment procéder, par où commencer. Cela est compréhensible, puisqu’il y a beaucoup d’habitudes à changer et de paramètres à prendre en compte. Pour débuter, le plus simple est de garder en tête la règle des 5 « R », développée par Béa Johnson, auteure du best-seller Zéro déchet. Il s’agit de cinq règles à appliquer, dans l’ordre, dans tous les domaines de la vie.

Refuser, ce dont nous n’avons pas besoin

Cette​ ​première règle​ ​s’applique​ ​à​ ​tout​ ​ce​ ​dont​ ​nous​ ​n’avons​ ​pas​ réellement ​besoin​ ​:​ ​échantillons​ ​gratuits, publicités,​ ​produits​ ​à​ ​usage​ ​unique,​ ​etc.​ ​Dire​ ​ »non »​  ​permet​ ​déjà de​ ​réduire​ ​considérablement​ ​ses​ ​déchets​ ​et​ ​de​ ​se​ ​concentrer​ ​sur​ ​l’essentiel.​ Béa Johnson part du principe que, plus nous serons nombreux à refuser, plus ces pratiques seront limitées.

Réduire, ce dont nous avons besoin et ne pouvons pas refuser

Si​ ​vous​ ​ne​ ​pouvez​ ​pas​ ​refuser​ ​quelque​ ​chose,​ ​car​ ​vous​ ​en​ ​avez​ ​besoin,​ ​vous​ ​pouvez quand même​ ​essayer de​ ​le​ ​réduire.​ ​Cela​ ​s’applique​ ​à​ ​tous​ ​les​ ​champs​ ​de​ ​la​ ​consommation​ ​:​ ​courses,​ ​shopping, activités,​ ​etc. Le plus souvent, il s’agit de changer ses habitudes afin de ne pas soutenir la consommation.

En savoir plus sur la réduction des déchets

Réutiliser, ce que nous consommons et ne pouvons ni refuser, ni réduire

En​ ​réutilisant​ ​un​ ​produit,​ ​on​ ​allonge​ ​sa​ ​durée​ ​de​ ​vie,​ ​parfois​ ​à​ ​l’infini,​ ​évitant​ ​ou​ ​retardant ainsi​ ​un​ ​déchet.​ ​Si​ ​vous​ ​n’avez​ ​pas​ ​pu​ ​refuser​ ​un​ ​sac​ ​plastique​ ​car​ ​vous​ ​n’aviez​ ​pas​ ​de​ ​sac​ ​sur vous,​ ​vous pouvez le réutiliser​ ​jusqu’à​ ​ce​ ​qu’il​ ​ne​ ​puisse​ ​plus​ ​vous​ ​servir. Cette règle vise aussi à se débarrasser des produits à usage unique en leur préférant des alternatives durables.

En savoir plus sur la réutilisation des déchets

Recycler, ce que nous ne pouvons ni refuser, ni réduire, ni réutiliser

Pour tous les déchets que l’on ne peut éviter (piles, ampoules, certains emballages, etc.), il faudra simplement suivre le  tri sélectif ou, dans certains cas, se rendre en déchetterie.

En savoir plus sur le recyclage

Composter, le Reste

Presque tout ce qui est organique et biodégradable peut être composté et, à terme, produire du terreau. Le compostage aide considérablement à désencombrer ses poubelles. Il est possible de le faire même en appartement grâce au lombricomposteur.

Pour adopter une démarche zéro déchet, il faut donc remettre en question ses habitudes de vie et de consommation. Si cela demande du travail, c’est également extrêmement gratifiant.

La semaine européenne de réduction des déchets

Chaque année, l’Europe organise une vaste campagne de sensibilisation sur le thème de la réduction des déchets

N’hésitez pas à proposer une action lors de cette semaine européenne de réduction des déchets qui a lieu du 20 au 30 novembre. Des thèmes secondaires sont mis en avant chaque année , en 2018 , il s’agit d’éviter les déchets dangereux.