Le guide des économies environnementales

Comme beaucoup, j’en ai marre de voir des déchets tant sur nos routes que dans nos océans, je suis attristée de voir le nombre d’espèces qui disparaissent. La malbouffe est aussi un grave problème de société. Pour toutes ces raisons et bien d’autres, il est temps de passer à l’action, alors depuis mon bureau derrière mon écran, j’essaie via ce site d’apporter ma pierre à l’édifice commun, la préservation de notre planète.

Comme certains pensent que cela coûte cher de manger sain ou encore de faire attention à ne pas générer de déchets, les choses seront aussi abordées sous l’angle des économies que l’on peut réaliser à faire beaucoup de choses soi-même.

Dans chaque domaine de la vie courante, il existe donc de bonnes habitudes à prendre pour protéger la planète. Mais ne changez pas toutes vos habitudes d’un coup, vous risqueriez de vous décourager et de tout abandonner. Progressez par étape, vous en tirerez un sentiment de satisfaction et vous aurez envie d’en faire toujours plus. Surtout lorsque vous réalisez les économies financières que ce mode de vie permet de faire !

L’alimentation c’est la santé

On ne le réalise pas forcément, mais notre alimentation peut avoir énormément d’impact sur l’environnement. Les produits transformés nécessitent énormément de ressources et d’énergie. Les aliments hors-saison traversent la planète ou poussent sous serre. L’élevage demande des quantités considérables d’eau et de protéines végétales. En moyenne, il faut 10 kg de protéines végétales pour produire 1 kg de protéines animales. Pour produire 1 kg de viande de bœuf, il faut 13 kg de céréales et 30 kg de foin. Et, de manière générale, l’agriculture conventionnelle épuise et empoisonne la terre à cause des quantités de pesticides utilisées.
Pour une alimentation respectueuse de l’environnement, on essaye donc de manger bio autant que possible, de se réhabituer à consommer des fruits et légumes de saison et d’opter pour des produits locaux quand c’est possible. Les Amaps, la Ruche qui dit oui, les paniers bio, les drive fermier, les boutiques de producteurs et les groupements d’achats sont autant de solutions qui se développent sur tout le territoire pour manger bio, local et de saison sans trop casser la tirelire. Réduire sa consommation de viande permet également de soulager la planète comme le portefeuille ! C’est également meilleur pour la santé et cela permet de découvrir des sources de protéines alternatives et goûteuses, comme les légumineuses (pois chiches, lentilles, etc.).

Réduire ses déchets et bien les trier

Chaque année, un français génère en moyenne 354 kg d’ordures ménagères, dont seuls 20 % peuvent être recyclés. Quelque 14% bénéficient d’une gestion biologique. Le reste termine à l’incinérateur et dans les décharges, avec un impact terrible sur l’environnement. Mais quelques bonnes habitudes permettent de réduire ses déchets à la maison ! Tout d’abord, il faut veiller à respecter les consignes de tri, qui varient d’une commune à l’autre.
Un site et une application permettent de savoir comment trier ses déchets : www.consignesdetri.fr. Pensez également à consulter le site de l’organisme qui s’occupe de la collecte et du traitement des déchets dans votre ville car beaucoup proposent un récapitulatif des consignes de tri que vous pouvez imprimer.
Vous pouvez également vous organiser pour éviter le gaspillage alimentaire : tenez une liste de course, prévoyez vos repas à l’avance, n’allez pas faire vos courses le ventre vide, regardez régulièrement la date de péremption des produits qui se trouvent dans votre réfrigérateur.
Si vous avez un jardin, vous pouvez installer un composteur pour donner une nouvelle vie à vos déchets organiques. Si vous avez un balcon, un lombricomposteur suffit.
Enfin, vous pourrez dire non à la publicité en plaçant un autocollant « Stop pub! » sur votre boîte aux lettres, ce qui permet d’économiser 40 kg de papier par foyer et par an !

Opter pour des cosmétiques bio et naturels

Pour la santé et pour l’environnement, le passage aux cosmétiques et produits d’hygiène bio et naturels est fortement recommandé. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas forcément plus cher et il y a désormais énormément de choix.

  • Savon,
  • gel douche,
  • shampooing,
  • dentifrice,
  • crèmes,
  • gommages,
  • soins,
  • maquillage

tout cela se trouve en bio à des prix raisonnables.

Et si vous aimez la démarche « do it yourself », vous pouvez même fabriquer vos produits vous-même grâce à des recettes disponibles sur le site. En passant au naturel, vous n’aurez plus à faire aux perturbateurs endocriniens ni aux produits cancérigènes et polluants !

Un habitat écologique

Très souvent, notre habitat (maison ou appartement) n’est pas pleinement respectueux de l’environnement.

Si vous avez pour projet de construire ou faire construire votre maison, vous pouvez opter pour l’écoconstruction, qui tire parti de l’environnement pour consommer le moins d’énergie possible.

Économies d’énergie

L’énergie, c’est un des postes de dépense les plus importants de la maison et c’est aussi celui qui fait le plus de dégâts environnementaux.

Pour améliorer sa qualité de vie et prendre soin de la planète, quelques investissements peuvent être faits :

  • travaux d’isolation,
  • pose de panneaux photovoltaïques ou d’une éolienne,
  • chauffage au bois.

Si vous ne pouvez pas alimenter votre habitat avec une source d’énergie renouvelable, quelques habitudes permettent de réduire votre empreinte environnementale comme votre facture d’électricité.
Par exemple, vous pouvez installer des multiprises avec interrupteur et ne les utiliser que quand vous en avez réellement besoin. Rien qu’en éteignant box Internet, téléphone et télévision la nuit, vous économiserez quelques euros et vous vous protégerez des ondes.
Une autre bonne habitude à prendre consiste à ne pas laisser vos chargeurs branchés lorsque la charge est terminée. Car même si votre téléphone ou ordinateur n’est plus branché au bout, le chargeur continue de pomper de l’électricité.
Évitez également de laisser vos appareils en veille. Pour un téléviseur, la veille coûte entre 5 et 15 € d’électricité par an. Et entre 6 et 30 € par an pour un ordinateur ! Idem pour le petit électroménager : un micro-ondes branché en permanence et qui affiche l’heure coûte entre 3 et 20 € par an.
Toujours dans la cuisine, vous pouvez économiser la chaleur de vos plaques de cuisson en utilisant un couvercle et en arrêtant les plaques avant la fin de la cuisson. En effet, les plaques restent chaudes 15 minutes après avoir été arrêtées alors autant profiter de cette chaleur.
Dans toute la maison, vous pouvez également remplacer vos ampoules par des LED, plus économiques et écologiques.

Le jardinage, c’est bien. En étant respectueux des sols, c’est mieux.

Si vous avez des plantes, des fleurs, un jardin ou un potager, quelques habitudes permettent d’en prendre soin de manière écologique.
Lorsque vous faites bouillir de l’eau pour la cuisson de vos aliments, vous pouvez la récupérer en plaçant un récipient comme un saladier sous la passoire pour ensuite arroser vos plantes. Si vous avez un jardin, vous pouvez investir dans un récupérateur d’eau de pluie ou simplement placer des bidons afin de ne plus utiliser l’eau du robinet pour l’arrosage. A noter qu’il est plus économique et meilleur pour les plantes et fleurs d’arroser le soir le soir en été et le matin lorsque les nuits sont fraîches (risque de gel la nuit). En arrosant le soir en été, vous évitez de perdre de l’eau par évaporation.
Si vous avez un potager, n’utilisez surtout pas de pesticides, qui vont polluer votre terre et vos aliments. Des méthodes naturelles permettent de se prémunir des nuisibles sur une petite surface cultivable. Par exemple, placer des coquilles d’œufs écrasées autour des aromates et des salades pour éviter que limaces et escargots ne viennent les manger.

Gestion de l’eau

Sinon, au quotidien, quelques habitudes permettent d’économiser l’eau et l’électricité chez soi. Par exemple, si votre chasse d’eau est équipée d’un système à double commande, vous utilisez 3 à 8 litres par chasse au lieu de 10 à 12 pour un modèle traditionnel. Mais ce volume peut encore être réduit en plaçant un lest, par exemple une grande bouteille remplie de sable, dans le réservoir de votre WC. Vous économisez ainsi un ou plusieurs litres à chaque chasse, sans altérer le fonctionnement de vos toilettes. Vous pouvez également installer des mousseurs sur vos robinets. Ils coûtent une dizaine d’euros et injectent de l’air dans l’eau pour réduire de 40 à 60% votre consommation. Il existe également des mousseurs pour pommeau de douche.

S’habiller plus écolo, c’est possible

On ne s’en rend pas forcément compte, mais nos vêtements ont bien souvent un coût écologique catastrophique. Ils sont produits au bout du monde et teintés avec des produits chimiques par des ouvriers sous-payés. Mais en acceptant de posséder moins, on peut privilégier la qualité en se tournant vers des marques éthiques, qui respectent la planète et veillent au bien-être de leurs salariés. Aussi, n’hésitez pas à faire le tri dans vos armoires : ce que vous ne portez plus pourra bénéficier aux plus démunis ou être vendu. Apprenez également à savoir ce qui vous va le mieux et vous plaît le plus (matières, couleurs, coupes) pour ne plus regretter d’achats ! Si votre budget ne vous permet pas de vous tourner vers des marques éthiques, optez pour le seconde main, en friperie ou en ligne.

Articles sur les vêtements

Les transports écolos, ça existe !

Ces vingt dernières années, la pollution industrielle a diminué de plus de 45 % mais la pollution atmosphérique due aux transports n’a fait qu’augmenter. Par exemple, les embouteillages contribuent pour 75 % à la pollution photochimique et pour 40 % aux retombées acides. Il est donc urgent d’opter pour des modes de transport plus respectueux de la planète.
Autant que possible, on privilégie les transports en commun et le covoiturage. Pour les courts trajets en ville, le vélo – classique ou électrique – est idéal et permet de faire un peu d’activité physique.
En voiture, on adopte l’éco-conduite : régulez votre allure, passez vos vitesses rapidement, décélérez doucement, anticipez le trafic et coupez le moteur dans les bouchons. A la clé également, des économies de carburant !
Et si vous devez changer de véhicule, pourquoi pas opter pour un véhicule moins polluant ? Les véhicules GPL et électriques (ou hybrides!) sont les plus respectueux de l’environnement.

Tourisme et loisirs : on pense à la planète

Même quand on voyage, on peut rester écolo. Pour les courtes et moyennes distances, privilégiez le train. Lorsque vous faites des visites, privilégiez les supports numériques (applications mobiles, prêt de tablettes et d’audioguides) aux supports papiers. Si ce n’est pas possible, prenez soin des brochures papier et rendez-les à la fin de la visite.
En déplacement, veillez toujours à ramasser vos déchets. Vous pouvez aussi emporter avec vous quelques accessoires (couverts, gourde, sacs en coton) pour éviter de créer des déchets supplémentaires.
Pour vos loisirs, pourquoi pas se tourner vers le naturel ? Randonnées, loisirs aquatiques, balades dans des parcs et jardins permettent d’apprécier, de mieux connaître et de préserver la nature.