Bioclimatisme

14
Evaluez ce post

Le Bioclimatisme c’est quoi ?

Tel Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, nos anciens construisaient leurs maisons suivant les règles bioclimatiques, en tenant compte de l’orientation du terrain, du soleil et des vents dominants. La période de la reconstruction après guerre à fait table rase du savoir des anciens au profit d’une construction soit disant rationnelle et rentable. Cette époque du « mal bâti » est à proscrire.

Le bien être de l’habitant est au centre de la démarche de l’architecture bioclimatique qui recherche avant tout, les paramètres naturels qui conditionnent les notions de confort de l’occupant. Le climat est donc l’élément déterminant dans la conception d’une architecture bioclimatique (évolution de l’ensoleillement et des températures, régime des vents et des précipitations).

Nos climats n’offrant pas des conditions climatiques suffisantes tout le long de l’année, il est nécessaire de les corriger par le chauffage ou le refroidissement des bâtiments pour obtenir un habitat confortable. L’objectif à atteindre est donc de trouver la meilleure solution entre le climat, le bâtiment et le comportement de l’occupant.

Sous nos climats tempérés, les variations de l’ensoleillement, du vent et des températures, demandent de mettre en œuvre diverses stratégies adaptées aux différentes saisons. 

Cet article est fourni par Maison-concept-énergie.

En hiver (stratégie du chaud)

Il importe de :

  • capter l’énergie solaire gratuite à travers les surfaces vitrées orientées au sud
  • se protéger du froid, en isolant l’enveloppe extérieure du bâtiment et en minimisant les ouvertures subissant les vents froids au nord
  • conserver l’énergie accumulée à l’intérieur de l’habitat en recherchant la meilleure capacité d’accumulation dans les matériaux utilisés (inertie thermique)
  • la distribution de la chaleur se faisant naturellement par convection et rayonnement lorsque le matériau restitue la chaleur accumulée.

En été (stratégie du froid)

Il faut :

  • se protéger de l’ensoleillement direct en rapportant un écran pare-soleil ou un écran de végétation caduque.
  • minimiser les apports internes de chaleur par le degré d’inertie des parois
  • dissiper la chaleur excessive accumulée à l’intérieur de l’habitat en ventilant la nuit.
  • refroidir naturellement l’air par l’utilisation de plans d’eau extérieurs.
  • minimiser les apports internes de chaleur

La stratégie de la lumière naturelle :

  • L’habitat bioclimatique s’emploie à tirer le meilleur parti possible de la lumière naturelle (stratégie de la lumière naturelle).
  • Contrairement aux apports solaires, toutes les orientations peuvent apportées de la lumière naturelle.
  • Elle varie bien sur en qualité et quantité, le but étant d’assurer un éclairage suffisant et uniforme suivant les fonctions des pièces et le type d’activités.
  • Par contre un trop fort rayonnement solaire peut être source de gêne, dans ce cas on tentera de contrôler l’éclairement de la lumière naturelle en évitant l’éblouissement, par la mise en place de stores, voilages, écrans mobiles, etc…

La stratégie de la ventilation :

  • L’homme par ses activités produit en moyenne de 10 à 14 litres d’eau par jour. Il est donc indispensable pour garantir un air sain dans l’habitat, de prévoir une bonne ventilation.
  • Dans une construction bioclimatique où l’important est de stocker l’énergie dans la masse du bâtiment et amortir les fluctuations de température grâce à l’inertie thermique des matériaux utilisés, nous pouvons nous permettre sur la région Nantaise où les températures sont douces, de prévoir un renouvellement de l’air uniquement par la mise en place d’une ventilation simple flux hygroréglable, permettant une ventilation plus poussée quand l’hygrométrie du local le nécessite et moindre quand cela n’est pas nécessaire.
  • Autrefois, dans une maison ancienne aux murs épais, sans isolation intérieure, la maçonnerie jouait le rôle de tampon. Lorsque vous ouvriez une fenêtre l’hiver, vous refroidissiez l’air mais les murs, eux avaient conservé leur chaleur. Moins de 10 mn après la fermeture de la fenêtre, les murs avaient rendu quelques calories à l’air qui, du fait avait retrouvé sa température d’avant ouverture.
You might also like

Comments are closed.