Recette de peinture à la farine pour bois extérieur

0 146

Les peintures industrielles vous donnent la nausée ? Vous n’arrivez pas à éliminer l’odeur de peinture fraiche ? Vos boiseries extérieures font grise mine ?   Pourquoi ne pas fabriquer vous même votre peinture écologique pour protéger et colorer vos meubles extérieurs.

peinture-ecologiquePourquoi fabriquer soi-même sa peinture écologique ?

Nous avons déjà longuement parlé des solvants controversés des peintures naturelles dans l’article : « Ce qu’il faut savoir avant de passer à la peinture écologique ». Une autre motivation est qu’il est très simple et peu coûteux de fabriquer sa peinture soi-même.

De quoi sont composées les peintures écologiques ?

Huiles, résines et cires sont les principaux composants des peintures naturelles. Elles protègent la surface, pénètrent profondément dans le bois, durcissent et permettent à la peinture de mieux sécher. D’autres composants servent d’épaississants ou donnent de l’éclat aux murs.

Les peintures naturelles  que vous trouverez dans le commerce sont composées de liants (huiles, résines ou cires), de solvants et de pigments. Pour résister dans le temps,  pour des raisons de facilité de mise en œuvre et d’esthétique, elles ont également besoin, en plus petites quantités, de matières de charge et d’adjuvants (épaississants, siccatifs, adhésifs ou réticulants).

Les huiles dans les peintures naturelles

Le principal liant, que l’on retrouve aussi en plus grandes quantités dans la plupart des peintures naturelles, est l‘huile de lin extraite de la plante homonyme cultivée depuis huit millénaires.

Les principales régions productrices sont l’Amérique du sud et du nord, l’Europe, la Russie et l’Inde. Elle tolère bien les autres matières premières de la peinture et adhère à tous les supports. Une peinture à l’huile de lin reste toujours élastique grâce à sa capacité d’absorption d’eau et de dilatation, et forme une couche protectrice.

L’huile de bois est extraite des graines de l’arbre à huile, que l’on cultive principalement au Japon, en inde, en Floride et au Zimbabwe. Cette huile fut à la base de l’art chinois de la laque et sert aujourd’hui surtout à accélérer le séchage de l’huile de lin. Seule, elle est utilisée dans la construction navale pour les laques imperméables à séchage rapide.

L‘huile de carthame est plus connue dans l’alimentation, mais elle empêche également les peintures de jaunir

Le carthame vient de Perse. Aujourd’hui, il est surtout cultivé en Inde Afrique du nord et en Amérique du nord. Le résines végétales des peintures naturelles proviennent essentiellement des arbres. On trouve tout d’abord la colophane, extraite des conifères de l’hémisphère nord. Elle donne une peinture brillante, mais collante, d’où la nécessité de lui ajouter des huiles siccatives.

Les résines utilisées dans les peintures écologiques

La résine de mélèze donne une peinture souple avec une belle luminosité et un éclat soyeux. Le mélèze est très répandu en Europe, en Asie et en Amérique du nord.

Le dammar est la résine de l’arbre de darmmar, qui pousse à Sumatra, aux Philippines et en Malaisie. Il| possède une bonne résistance et une grande élasticité, reste limpide et transparent, et ne jaunit pas.Parmi les résines animales, on utilise surtout le gomme-laque, produite par la cochenille asiatique à partir de la sève des figuiers, ainsi que la Propolis que les abeilles extraient de la résine des arbres et utilisent comme mastic pour les trous des ruches.
Comme épaississant et adhésif, on utilise la gomme d’acacia, ou gomme arabique, qui est extraite du mucilage séché de différentes espèces d’acacias qui poussent en Afrique, en Inde

Les cires

On trouve tout d’abord la cire d’abeille, qui servait déjà dans l’Antiquité à protéger les fresques.

La cire de carnauba vient du palmier carnauba brésilien, dont elle recouvre les feuilles. Grâce à ses propriétés durcissantes, elle améliore la résistance mécanique des cires molles.

Le candelilla est le jus d’une euphorbe mexicaine, utilisé pour étanchéifier les surfaces.

La cire japonaise est extraite des fruits d’une sorte d’eucalyptus japonais, et protège les surfaces contre l’humidité.

pigments-peintureLes pigments naturels pour choisir sa couleur

Parmi les colorants, on utilise de la terre naturelle pour les tons rouges et marron, et des poudres minérales pour les autres couleurs, à l’exception du bleu marine et du vert qui sont fabriqués à partir de sulfate de sodium et d’argile ou encore d’oxyde de chrome.

Certaines peintures naturelles contiennent des colorants végétaux extraits de plantes exotiques telles que le bois de santal, la noix de galle, la racine de garance ou le sang de dragon. Mais vous pouvez aussi extraire des pigments des plantes de votre région. L’inconvénient des pigments végétaux est qu’ils peuvent passer avec le temps.

Pour un noir foncé, on emploie de l‘asphalte naturel de Syrie. Pour le blanc, ce sont la craie, le talc et le blanc du Meudon . Le talc donne un aspect mat et améliore le pouvoir adhésif

L’argile expansive sert d’épaississant et assure une bonne répartition des pigments. La lécithine de soja sert d’adhésif et diminue les tensions en surface des huiles.

La diatomée (carapaces de coquillages broyées) de Californie, d’Australie, de France et d’Allemagne sert à éclaircir la peinture et l’aide à sécher plus rapidement.

La recette de la peinture à la farine

Le choix de cette recette porte sur des ingrédients simples, écologiques, locaux et peu couteux. Le prix de revient de votre peinture maison sera d’environ 1€/M³. Cette peinture est souvent appelée peinture suédoise en référence aux maisons en bois colorées de ce pays.  Elle peut être appliquée à l’extérieur sur toutes les boiseries  ( châssis, portes, bancs, jardinières, …) à condition que le bois soit propre et sec et ceci afin de permettre une bonne pénétration de la peinture.

Ingrédients pour 1 litre de peinture à la farine

  • 100 gr de farine
  • 1 litres d’eau
  • 200 gr de pigments
  • 100 ml d’huile de lin

Préparation de la peinture suédoise

  • Dans une vieille marmite, faites chauffer l’eau. Ajoutez progressivement la farine et remuez le mélange.
  • Lorsque vous obtenez une texture homogène, gardez ce mélange à ébullition 10 minutes
  • Ajoutez ensuite les pigments et l’huile de lin (hors feu)
  • Portez à nouveau à ébullition une demi-heure.
  • Laissez refroidir le mélange. Il est prêt à être utilisé.
  • Vous pouvez y ajoutez un peu de savon noir afin d’obtenir une texture plus souple

Certaines recettes proposent de rajouter du sulfate de fer (fongicide) pour protéger le bois.  Mais dans ce cas, la peinture sera « moins » écologique » car le sulfate de fer est irritant pour la peau et pour les voies respiratoires.

Mise en œuvre de la peinture

Étendre la peinture avec une brosse ou un pinceau large. Les ingrédients sont naturels et  les ustensiles peuvent donc se laver à l’eau. N’hésitez pas à bien badigeonner le bois.

Au bout de deux ans pour conserver une belle couleur, repassez un coup de peinture sur vos boiseries extérieures. La peinture peut tenir 10 ans.

Autre avantage, vous ne serez pas obligé de retourner au magasin pour acheter un énorme pot  pour quelques centimètres carrés, vous pouvez préparer votre peinture à volonté. Si votre surface est bien préparée au départ, vous serez très content du résultat.  Alors laissez-vous tenter par les peintures suédoises.

 

 

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.