Comment et pourquoi vivre sans frigo ?

2 1 201

Dans le passé, l’arrivée de l’automne signifiait une mobilisation pour récolter et conserver autant de nourriture que possible avant que le froid ne s’installe. La plupart des familles passaient de longues heures à travailler sur cette tâche énorme parce que leur accès à la nourriture du reste de l’année en dépendait. Ce n’est qu’au cours des dernières décennies que nous sommes devenus dépendants de la commodité des réfrigérateurs, qui sont merveilleux pour garder les aliments frais,  jusqu’à ce que l’électricité soit coupée. Il s’ensuit alors une folle agitation d’une autre sorte – essayer de manger autant de nourriture avant qu’elle ne se détériore au bout d’un jour ou deux.

consommation-refrigerateurPourquoi vivre sans frigo ?

Pour économiser de l’énergie

Il est important de souligner que le réfrigérateur est quasiment le seul appareil ménager qui fonctionne 24 heures par jour et 365 jours par année.
De l’énergie est nécessaire pour refroidir les aliments et il faut plus d’énergie encore pour congeler les denrées alimentaires ou encore faire des glaçons. Comme l’énergie coûte de l’argent, la réduction de la consommation présente des avantages financiers évidents. A titre informatif, un frigo ordinaire coûte entre 300 et 400 € et consomme en moyenne 250 kW/an. Le modèle américain (avec distributeur de glaçons ) coûte entre 500 et 1000 € et consomme 530 kW/an

Pour protéger la planète

En 2016, les dirigeants de 197 états ses sont mis d’accord pour supprimer les HFC, gaz présents dans les réfrigérateurs. Ils sont particulièrement dangereux malgré leur durée de vie plutôt courte car leur pouvoir réchauffant est plus de 14 000 fois supérieur à celui du CO2.

Avez-vous encore envie de garder un tel appareil dans votre maison ?

Le réfrigérateur/congélateur typique consomme une part très importante de la consommation d’électricité des ménages, de sorte qu’à une époque où la consommation d’énergie est le moteur de l’instabilité climatique, il est essentiel de réfléchir aux moyens de réduire la consommation d’énergie, même si l’idée semble un peu folle à première vue. Telles devraient être les principales motivations pour tenter l’expérience de vivre sans réfrigérateur.

Comment conserver sans frigo ?

Comme on parle régulièrement de pénurie d’électricité, il serait bon de réapprendre les techniques de conservation des aliments de nos ancêtres. Car les anciens n’étaient pas tributaires de l’électricité. Il existe plusieurs solutions de rechange efficaces à la réfrigération qui sont faciles à apprendre.

conserves- legumes1. Mise en conserve

La mise en conserve est une méthode traditionnelle de conservation qui cuit partiellement les aliments pour tuer les bactéries et les sceller jusqu’à ce que vous soyez prêt à les consommer. Les aliments peuvent être consommés immédiatement, à moins que vous ne prépariez des cornichons, ce qui prend habituellement quelques semaines pour que la saveur se développe correctement.

La mise en conserve nécessite plusieurs étapes de travail, c’est-à-dire la préparation des aliments et des additifs tels que la saumure ou le sirop de sucre, la stérilisation des bocaux et des couvercles en verre, le remplissage et le traitement, l’essuyage et le stockage des pots remplis. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais c’est une compétence qui devient de plus en plus rapide avec le temps.

Bien que le coût initial des pots puisse être élevé, ils ont une durée de vie extrêmement longue. Vous en trouverez à faible prix sur les brocantes ou dans les vide-greniers. Tout ce que vous avez à remplacer, ce sont les couvercles à pression qui scellent les aliments, et ils ne coûtent pas cher.

2. La lacto-fermentation

La lacto-fermentation ressemble un peu à la mise en conserve, elle permet le développement de  » bonnes  » bactéries grâce à une saumure. La saumure (solution d’eau et de sel) permet une fermentation contrôlée des aliments par des bactéries anaérobies sélectionnées, éliminant les moisissures ou les souches bactériennes potentiellement nocives tout en préservant les récoltes contre toute dégradation future.
Au cours du processus, les bactéries lactiques se multiplient ainsi que les acides, ce qui abaisse le pH et préserve les légumes. La fermentation continue d’approfondir la saveur jusqu’à ce qu’elle soit entièrement terminée.

3.  Séchage

Le séchage est considéré comme le moyen le plus facile et le moins exigeant en main-d’œuvre pour conserver les aliments. Comme la moisissure, les bactéries et le mildiou se développent dans un environnement humide, le séchage est efficace pour le stockage des aliments parce qu’il élimine toute l’eau et peut être entreposé de façon sécuritaire pendant une longue période de temps. Vous pouvez acheter un déshydrateur d’aliments ou utiliser un four à basse température, bien que ce dernier puisse prendre beaucoup, beaucoup d’heures pour accomplir cette tâche. Le must est évidemment le four solaire.
Les aliments séchés, en particulier les fruits, peuvent être consommés tels quels, ou vous pouvez les réhydrater en les trempant dans l’eau pendant plusieurs heures. Vous pouvez aussi préparer de délicieuses collations pour les enfants.

4. Séchage et saumurage au sel

L’utilisation du sel pour conserver la viande est une méthode très ancienne, car le sel crée un environnement inhospitalier pour les bactéries et la plupart des micro-organismes ne peuvent tolérer une concentration de sel supérieure à 10 %. Le séchage consiste à frotter un mélange de sel et de sucre dans des morceaux de porc frais, à les emballer hermétiquement dans une cocotte mijoteuse, puis à les conserver à une température stable et fraîche. Le saumurage commence de la même façon que le saumurage au sel, mais utilise une solution saline supplémentaire qui doit être changée régulièrement. La viande salée nécessite un long trempage dans l’eau pour éliminer l’excès de sel et l’amener à des niveaux comestibles.

5. Charcuterie

C’est un peu comme le salage au sel, mais cela va un peu plus loin pour créer un produit fini qui ne nécessite pas de cuisson supplémentaire. Vous pourrez ensuite garder vos saucisses sèches dans le garde-manger.

Peut-on tout conserver sans réfrigérateur ?

La première leçon à tirer est qu’environ la moitié de ce que nous conservons normalement au réfrigérateur n’a pas besoin d’être dans le réfrigérateur, comme les légumes, le beurre, les confitures, .. Les légumes se conservent étonnamment bien à l’extérieur du réfrigérateur.

Il faut tout de même prendre des précautions afin de ne pas créer de risque pour la santé.

Pour le lait et les produits laitiers, en achetant du lait à la ferme vous aurez une garantie sur sa fraicheur. Il est vrai que cela impliquera d’y aller plus souvent mais cela pourrait devenir l’objectif d’une chouette promenade.

Les avantages de vivre sans frigo

  • C’est bon pour bouger

Le frigo nous rend passif. Sans lui, nous arpenterons à nouveau les marchés, les fermes de proximité à la recherche de produits locaux.

  • C’est bon pour nos sens

Le frigo altère nos goûts. Le fait de se procurer la plupart des légumes dans le jardin ou chez votre maraicher préféré vous le rendra. Vous retrouverez la saveur des fruits et légumes fraichement cueillis, sans conservateurs ni additifs.

  • C’est bon pour notre santé et pour la planète

aliments-transformes-frigoBannir le frigo c’est aussi diminuer sa consommation de viande et de poisson. Ce changement est bénéfique pour l’environnement. Mais aussi ce nouveau régime sera bénéfique pour votre santé car ces produits sont très souvent remplacés par des végétaux.

Planifier ses repas pour la semaine (plus que d’habitude) et acheter en conséquence, aura pour conséquence positive de réduire les déchets à presque zéro.
Ne pas utiliser de frigo limite donc le gaspillage alimentaire car vivre sans frigo, c’est aussi sélectionner ses besoins ou ceux de sa famille. Lorsque vous stockez et amoncelez de la nourriture, cela conduit souvent à en jeter car elle n’est pas toujours visible.

  • C’est bon pour ses neurones

Vous réapprendrez à cuisiner mais surtout à conserver les aliments. Comprendre les principes de germination, de fermentation la pasteurisation, ne sont-ce pas toutes des sciences à redécouvrir ?

De combien d’autres choses pourrions-nous nous passer et nous en sortir très bien – des choses que nous considérons actuellement comme des nécessités ? Combien de consommation superflue pourrions-nous éviter ? Si quelque chose d’aussi  » nécessaire  » qu’un réfrigérateur s’avérait inutile, cela suggère que la portée des économies pourrait être vaste et profiter à la fois aux gens et à la planète. Imaginez si tout le monde éteignait le réfrigérateur pendant trois ou quatre des mois les plus froids de l’année : nous réduirions notre consommation d’électricité d’environ 14 % pendant cette période, voire plus. À une époque d’instabilité climatique inquiétante, il s’agit d’une réduction non négligeable, qui ne nécessite aucune nouvelle technologie sophistiquée. Il s’agit essentiellement d’une économie  » gratuite « . Bien sûr, il faudrait un changement de culture d’une ampleur extraordinaire pour que cela se produise.

Beaucoup pensent que cette transition est trop difficile, mais vivre l’expérience du « sans frigo », aussi modeste soit-elle, suggère que même des changements radicaux peuvent être facilement accommodés avec un peu de créativité et un esprit aventureux.

.

 

You might also like
2 Comments
  1. adrian says

    comment faire pour s’inscrire à la newletter?

    1. Isabelle says

      Bonjour, la newsletter fait partie de nos projets. On y réfléchit : la périodicité, les contenus etc. Pour l’instant vous pouvez nous suivre sur la page fan facebook.

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.