Champagne : viticulture bio et biodynamie

5

champagne-viticulture-bioSi le Champagne bénéficie d’une notoriété dépassant largement nos frontières, il bénéficie depuis plusieurs années d’une appellation d’origine contrôlée. Garantissant l’origine des produits et des règles de production, c’est aussi un gage de qualité pour les consommateurs. L’appellation témoigne également de la volonté des viticulteurs de la région à produire en respectant leur environnement et ainsi évoluer vers le développement durable. Leur engagement s’inscrit désormais dans une démarche de viticulture raisonnée qui concerne aujourd’hui la quasi-totalité des 34 000 hectares du vignoble champenois.

Pour aider les professionnels dans leur démarche, des référentiels sont édités par le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), regroupant différentes mesures :

  • Maîtrise des nuisances et des risques liés à l’utilisation d’intrants (indispensables pour protéger la vigne, les produits de protection sont aujourd’hui utilisés de manière responsable et avec discernement dans le cadre de la viticulture durable ou de la viticulture biologique).
  • Préservation et la mise en valeur des terroirs, de la biodiversité et des paysages (qui fait d’ailleurs l’objet d’une demande de classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2009)
  • Gestion responsable de l’eau, des effluents, des sous-produits et des déchets
  • Défi énergétique et climatique

Ces mesures sont principalement écologiques mais l’engagement pour un Champagne respectueux de l’environnement et de qualité représente un réel enjeu économique. En effet, il s’agit avant tout pour les producteurs et les grandes Maisons de satisfaire les amateurs de ce précieux nectar, notamment chez :

  • Domaine Laurent – Perrier : le succès de cette Maison fondée en 1812 est avant tout le résultat d’une volonté, celle de ne pas transiger avec les traditions séculaires : respect de la nature et des vins et un amour de la qualité. Uniques, ces vins le sont par la philosophie qui inspire leur élaboration, par leur style et par leur goût, par la constance de leur qualité, cuvée après cuvée.

Domaine Laurent-Perrier – 51150 Tours-sur-Marne – Tél : 03 26 58 91 22 – www.laurent-perrier.fr

  • Champagne Drappier : l’histoire des murs habités par la famille Drappier remonte au 12ème siècle quand St Bernard fit construire à Urville une annexe de Clairvaux. Le vignoble qui entoure aujourd’hui les caves cisterciennes fait la fierté de la maison. Cultivé au plus près de la nature il donne vie à des raisins riches d’arômes complexes qui permettront l’élaboration de champagnes aux caractères affirmés.

Rue des vignes – 10200 Urville – Tél : 03 25 27 40 15 – www.champagne-drappier.com

  • Champagne Guy de Forez : Planté au milieu du plus grand terroir de Champagne (866 ha), le vignoble pousse sur les plus beaux coteaux du village. L’encépagement, à dominante de Pinot Noir, permet d’élaborer des vins puissants et charpentés. Très attachés à l’écosystème, la maison fait partie des pionniers de la lutte raisonnée. Les méthodes culturales utilisées (labour) obligent les ceps à puiser leurs réserves au plus profond et permettent de faire ressortir ce goût de terroir unique.

Route de Tonnerre – 10340 Les Riceys – Tél : 03 25 29 98 73 – http://champagne-rose-brut.guydefor…

Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, la conversion à la bio en viticulture Champenoise (engagement à ne pas utiliser de produits de synthèse) connaît un véritable engouement, qui se traduit par une augmentation permanente des surfaces et du nombre de domaines certifiés (35 en 2008, alors qu’ils n’étaient que 11 en 1998). Le cap du million de bouteilles de Champagne bio a été franchi en 2008 et aujourd’hui 18 producteurs sont convertis à l’élaboration de Champagne bio et font visiter leurs caves, parmi eux :

  • Champagne Yves Ruffin (dès les années 1970) : la Maison produit un Champagne premier Cru à partir de raisins de culture biologique. A cette viticulture respectueuse de l’environnement, elle associe une vinification traditionnelle en fûts, destinée à obtenir le subtil équilibre entre puissance et élégance qui font la renommée de ses cuvées.

6, Boulevard Jules Ferry – 51160 Avenay Val d’Or – Tél : 03 26 52 32 49 – www.champagne-yves-ruffin.fr

  • Champagne André et Jacques Beaufort : le parcours de ce bio a commencé en 1969 par une allergie aux produits de synthèse suite à un traitement médical. Dix-huit mois plus tard, il passe en bio et depuis, ses 6 hectares de vignobles ne reçoivent aucun traitement de synthèse : binages superficiels, compost végétal et animal pour entretenir l’humus nécessaire à la vie.

1, rue de Vaudemanges – 51150 Ambonnay – Tél : 03 26 57 01 50 – http://champagnebeaufort.com

Enfin, certains viticulteurs ont choisi de franchir un nouveau cap en dédiant totalement leur exploitation à l’agriculture bio-dynamique. Cette forme d’agriculture, dont les principes ont été établis par Rudolf Steiner en 1924, « considère qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes grâce à des procédés thérapeutiques ». Ainsi, différentes préparations naturelles sont administrées aux sols afin d’assurer leur fertilisation, tout en respectant le rythme des éléments Terre, Lune et Soleil.

  • Champagne Fleury : le vignoble existe depuis 1895, mais en 1989, prise de conscience par Jean-Pierre Fleury qui décide de convertir une partie de son exploitation, puis la totalité en 1992.

43, Grande Rue – 10250 Courteron – Tél : 03 25 38 20 28 – www.champagne-fleury.fr

Découvrir les vignes et apprécier le champagne, c’est aujourd’hui partir à la conquête œnologique, instructive, ludique et « responsable » de la Champagne-Ardenne !

Comments are closed.