Economie de papier et facture électronique : est-ce la bonne solution ?

5

Vous trouverez dans cet article un communiqué présentant un point de vue original sur l’impact économique et écologique de la facture électronique versus la facture papier. Ce communiqué a été rédigé par Paper mail, association réunissant les principaux fabricants d’enveloppes et producteurs de papiers européens (Clairefontaine, UPM, Ahlstrom, Stora Enso, la Couronne…).

Les principaux fabricants d’enveloppes et producteurs de papiers européens réunis au sein de l’association Paper mail dénoncent les campagnes de désinformation autour de la facturation électronique. Pratiquées à outrance et à des fins exclusivement économiques, elles s’appuient sans fondement sur l’argument écologique, discréditant le courrier papier, une matière pourtant renouvelable et biodégradable.

« Avancer l’argument écologique pour pousser à la facturation électronique, c’est un plus pour l’image de l’entreprise, et c’est aussi s’assurer une plus forte adhésion de la part de ses clients. Or, c’est tromper le grand public.

L’argument avancé est faux et ne sert que des intérêts purement économiques », fustige Sylvie Deshayes, Présidente de l’association Paper mail.

L’enveloppe papier nocive : Halte à l’intox !

« Trop de papier ? Penser environnement ! » (Banque)

« Faites vous aussi un geste simple pour l’environnement Passez à la Facture sur Internet » (Opérateur Téléphonie/Internet)

« Envie de gagner de la place tout en préservant l’environnement ? Passez à la facture électronique » (Opérateur d’électricité)

Positionnés notamment au dos des courriers adressés aux particuliers, ces messages alimentent le mythe du papier, mauvais et nuisible pour l’environnement : un matraquage doublé d’une intox, contre lesquels Paper mail, promoteur de l’enveloppe en papier biodégradable et recyclable, s’insurge, car il met en péril la santé et les nombreux efforts produits ces dernières années par l’industrie papetière et de transformation du papier, comme l’industrie de l’enveloppe.

L’industrie papetière, l’une des plus propres et responsables d’Europe, a réduit, en effet, de 80% ses rejets dans l’eau et de 30% sa consommation totale d’énergie, ces 20 dernières années. En France, elle représente la première industrie du recyclage, avec un taux moyen supérieur à 60%[i].

De son côté, l’industrie de l’enveloppe s’implique dans la diminution des impacts sur l’environnement en participant à l’élaboration ou la modification d’Ecolabels, de plus en plus exigeants (FSC, PEFC, Ecolabel européen, NF Environnement, Paper by nature……..).

En outre et contrairement aux idées reçues, l’enveloppe papier ne nuit pas à l’environnement. 50% des fibres utilisées pour la fabrication du papier sont issues de papiers recyclés. Le reste provient pour l’essentiel de coupes d’éclaircies, nécessaire à la croissance des forêts et à la prévention des incendies. Les procédés de transformation, d’impression et de collage des enveloppes se font, également dans le plus grand respect de l’environnement.

La facturation électronique : un vrai besoin ?

La réponse est non. Très apprécié pour sa valeur affective, sa vocation à informer, et sa matérialité, le courrier papier reste indispensable pour 69% des particuliers et des professionnels, qui trouveraient inconcevable de ne plus en recevoir.

L’absence de courrier est perçue comme une baisse de qualité pour la grande majorité des clients des organismes bancaires (65%), des services sociaux et sanitaires (63%) et des compagnies de téléphones/accès à Internet (53%).

Du côté des professionnels, 60% d’entre eux privilégient l’Internet pour les échanges mais souhaitent conserver le courrier papier pour l’administratif et les documents commerciaux, eu égard à ses taux élevés de lecture, de conservation et de re-consultation[ii].

[i] AFDPE

[ii] Etude IFOP « Le Courrier et les Français » – Septembre 2008

You might also like

Comments are closed.