Entrevue avec Vigdis Mounier de Princesse Bio

8

Retrouvez une entrevue de Vigdis Mounier de Princesse Bio, entreprise vendant des cosmétiques bio.

Tout d’abord, votre présentation et celle de Princesse Bio.

Pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Nous sommes Sylvain et Vigdis MOUNIER, cogérants de La Sarl Princesse Bio, dont l’objet est la vente en ligne de cosmétiques Bio certifiés (www.princesse-bio.com). Nous sommes originaires tous deux des Côtes d’Armor en Bretagne. Nous avons tous les deux fait des

études supérieures qui ne nous destinaient pas à la cosmétique bio. C’est plutôt notre parcours personnel qui nous a amené à cette création.

Je suis personnellement et pour toute ma famille grande consommatrice de produits biologiques depuis des années. L’étude que nous avons menée au stade du projet de création m’a fait prendre toute la mesure de la nécessité

d’une cosmétique biologique. Aujourd’hui je sais que la cosmétique biologique est indissociable de l’alimentation biologique

Pourriez-vous nous expliquer  l’historique de votre boutique ?

Nous voulions commercialiser un produit tout à la fois ludique, innovant, en accord avec notre temps et nos convictions. Nous avons alors pris la décision de créer cette boutique en ligne spécialisée en cosmétiques biologiques certifiés et avons débuté l’activité commerciale en juillet 2006 après avoir minutieusement sélectionné les marques puis les produits au sein de ces marques.

Quel est le concept de votre boutique ?

Notre concept est d’aider le consommateur dans le choix de ses cosmétiques biologiques. De nombreuses marques et de très nombreux produits existent sur le marché des produits naturels. Dans notre sélection nous avons l’exigence du label (ou certification) qui est un minimum et nous mettons l’accent sur la douceur des formules, les parfums et le packaging pour que le cosmétique Bio soit aussi un cosmétique plaisir.

Le label est un minimum aujourd’hui que l’on doit exiger. Il garantit la qualité des ingrédients mais ne garantit cependant pas la qualité de la formulation.

Quels sont les produits vendus ?

Tous les produits cosmétiques sont vendus sur notre site. Cela va du maquillage aux produits d’hygiène en passant par les parfums et les produits solaires ainsi que par les cosmétiques pour les bébés et les hommes qui ont une peau bien spécifique.

Quel est le public visé par cette initiative ?

Le public visé est très vaste puisqu’il s’agit du consommateur de cosmétiques. Cependant, nous constatons que nos prospects sont principalement des gens déjà sensibilisés aux produits bio. Il est très difficile de convaincre les gens qui ne consomment pas déjà des produits alimentaires biologiques.

Après cette introduction sur Princesse Bio, passons aux gestes écologiques.

Quelle est la part de marché des cosmétiques bio et son évolution ?

Elle est très faible, moins de 10 %, mais cette part va croissante.

Qu’est-ce qui explique cette part de marché peu importante ?

L’alimentation Bio occupe une toute petite place dans les grands magasins, malgré l’information faite auprès du public sur l’intérêt à consommer des produits biologiques. Il en va de même pour les cosmétiques. Le gouvernement ne diffuse pas l’information ; il communique sur ses sites officiels sur les différents écolabels, mais jamais sur les labels afférents à la cosmétique. La presse féminine et les journalistes en général entretiennent le doute. Le discours n’est pas clair et le consommateur a du mal à s’y retrouver.

Le prix, plus élevé qu’un produit vendu en grande surface et identique à celui de la pharmacie n’explique pas tout. Ceci est particulièrement vrai pour les cosmétiques vendus en parfumerie où les prix sont bien plus élevés que les produits bio. L’aura des grandes marques a la vie dure et la pharmacie donne un faux-semblant de caution médicale à ses produits.

Quels sont les labels sanctionnant les cosmétiques bio ?

Différents labels européens se côtoient aujourd’hui, et chacun d’eux se rattache à un cahier des charges bien particulier.

Même si les différences entre ces référentiels restent « minimes » nous avons consacré un développement aux 4 labels dans notre site.

Les labels sont :

  • pour la France : charte Cosmébio et/ou certification par Ecocert, et mention Nature et Progrès
  • pour l’Allemagne, le label du BDIH

Le logo AB ne concerne en cosmétique que les huiles essentielles et les huiles végétales.

Les différences entre les référentiels ne se situent pas sur des notions fondamentales de la Cosmétique Naturelle. Pour preuve l’harmonisation européenne qui est en marche.

Des représentants de quatre pays travaillent actuellement à l’élaboration d’un référentiel européen unique (ou cahier des charges commun).

Ce groupe réunit :

  • L’Association allemande BDIH,
  • L’Association anglaise SOIL Association,
  • L’ AIAB italienne,
  • La Société privée française ECOCERT.

Quels sont les critères déterminant la caractéristique bio d’un cosmétique ?

La cosmétique bio s’engage, dans le respect de ses cahiers des charges, à n’employer dans ses formulations aucun :

  • colorant, ou parfum de synthèse
  • PEG ou PPG
  • Parabène, phénoxyéthanol, ou dérivé pétrochimique
  • OGM

Dans une démarche écologique, les fabricants ne sur-emballent pas et dans la mesure du possible utilisent des emballages non polluants et recyclables.

Une gestion environnementale de la production soumet à l’écobilan les laboratoires.

Enfin, aucun test du produit fini ou de ses ingrédients n’est pratiqué sur les animaux.

En quoi, un cosmétique bio permet-il de préserver la planète ?

A la source, c’est à dire dès la production de matières premières, la pollution est minimale. Les ingrédients utilisés sont au minimum à 95% d’origine naturelle. Un seuil de 5% d’ingrédients synthétiques est autorisé pour la charte Cosmébio. Le consommateur rejette donc un minimum de polluants dans l’eau lorsqu’il utilise les cosmétiques. (douche, bain…)

Les laboratoires enfin se soumettent à une fabrication non-polluante et évaluent régulièrement l’impact sur l’environnement par un écobilan.

Les emballages sont aussi souvent que possible réduits au maximum et les plus recyclables possible. Mais il y aurait encore des efforts à faire.

Comment sont effectués les tests de ces produits ?

Tous les produits sont testés dermatologiquement en laboratoire sur des volontaires. La fabrication des cosmétiques est réalisée sous standard pharmaceutique, c’est une obligation légale. Toute la cosmétique actuelle est régie par la directive européenne 76/768/CE transposée en droit français et régulièrement amendée et la cosmétique biologique « non conventionnelle » n’échappe pas à la règle.

Tous les laboratoires de cosmétiques biologiques représentés sur notre site sont signataires de la charte one voice et se sont engagés à ne pratiquer aucun test sur les animaux.

Un laboratoire comme Logona se soumet de plus à la norme ISO 9002, le standard de qualité le plus élevé pour la fabrication de produits cosmétiques.

Est-ce que les prix des cosmétiques bio sont supérieurs aux produits classiques ?

Globalement, oui, les prix des cosmétiques biologiques sont supérieurs à ceux pratiqués par la grande surface. Mais si vous comparez les prix des produits d’entrée de gamme en Bio, vous serez étonnés de constater que nous sommes parfois au même prix. Nos prix sont ceux pratiqués par la parapharmacie.

Il faut préciser que le Bio est nettement moins cher que la parfumerie. Nos crèmes visage les plus chères sont en fait les premiers prix des grandes marques de la parfumerie. A qualité incomparable.

Les cosmétiques sont considérés, dans la plupart des cas, comme facultatifs et donc consommation-gadget. Que pouvez répondre à cette assertion ?

Notons déjà que les produits d’hygiène sont indispensables (savons, dentifrices, shampoings…). En ce qui concerne le maquillage, les femmes se sont toujours maquillées pour plaire et il est indispensable de leur proposer des produits de qualité. Les crèmes ou les huiles enfin permettent de protéger la peau des agressions extérieures, il est difficile d’en faire l’impasse.

Est-ce que les cosmétiques faits maison sont généralement plus écologiques que vos produits ?

Les cosmétiques élaborés à la maison ; donc nous parlons là des crèmes (des émulsions), seront sans conservateurs, donc forcément plus écolo mais ils devront être conservés impérativement au frigo et leur durée de vie est limitée. Le côté plaisir ne sera pas forcément au rendez-vous (texture et parfums). Rien ne remplace le savoir-faire et l’expérience d’un laboratoire.

Outre l’achat de cosmétique bio, quels sont les gestes liés aux cosmétiques que vous pourriez conseiller aux internautes ?

Utilisez le plus possible vos mains et vos doigts et non du coton. Vous utiliserez ainsi beaucoup moins de produit. N’utilisez pas 36 produits différents pour protéger votre peau. La durée de vie des produits une fois ouverts est d’environ un an, un peu plus pour des tubes de rouges à lèvres mais dans ce domaine aussi il est conseillé de ne pas surconsommer.

Des questions sur l’environnement d’ordre plus générales.

Outre votre boutique, quel est votre engagement dans la préservation de l’environnement ?

Ma vie quotidienne est un engagement, de ma voiture, petite et peu puissante à mon alimentation, je réfléchis tous mes achats. Mon mode de vie à lui seul est engagé au quotidien (l’éducation que je donne à mes enfants, les jouets et livres que je leur offre, les vacances et sorties que nous faisons ensemble…).

Aujourd’hui je ne suis membre d’aucune association. Je l’ai été et reste dans l’âme très militante. Il est rare que je laisse passer des pétitions sans les signer !

Selon vous, quelle est la problématique environnementale principale ?

La problématique principale vient de l’utilisation du pétrole qui a complètement envahi tous les domaines et qui génère une pollution que nous ne savons plus gérer. Le pétrole se retrouve également dans toute la cosmétique conventionnelle.

Les inégalités Nord-Sud, la pollution agricole, les gaspillages à tous les niveaux sont également des problématiques importantes. Tout est lié et s’imbrique, ce sont tous nos schémas de pensée occidentale qui seraient à revoir.

Selon vous, quels sont les gestes prioritaires pour la planète ?

La chasse au gaspillage et un frein à la surconsommation pourrait être des priorités qui amélioreraient grandement les choses.

Quelles sont les mesures que le prochain gouvernement pourraient mettre en place afin de favoriser les gestes individuels ?

Une véritable taxation dissuasive du consommateur et du fabricant pollueur.

Quelles sont les mesures que le prochain gouvernement pourrait mettre en place afin de favoriser les cosmétiques bio ?

Faire une campagne d’information sur les principaux intérêts liés à l’utilisation de cosmétiques biologiques. Mais là nous touchons à un domaine où les lobbies sont très puissants !

You might also like

Comments are closed.