Qu’est-ce que l’humusation ? Des funérailles écologiques

0 349

Avez-vous déjà entendu parler de l’humusation ? A l’heure ou chacun est conscient des enjeux écologiques, l’humusation est le processus funéraire le plus sain et le plus naturel. Explications

Qu’est-ce que l’humusation ?

L’humusation est la métamorphose naturelle via la bio-décomposition des défunts en humus sain et fertile.

Le processus d’humusation dure 12 mois. Grâce à ce principe les dépouilles mortelles des humains pourront, enfin, retourner correctement aux couches superficielles de la Terre.

Comment avez-vous découvert l’humusation ?

Cette idée m’est venue ….il y a plus de 35 ans, quand j’ai appris à bien composter tous mes « déchets » organiques. Surtout après avoir constaté que cela marchait, très bien aussi, avec nos animaux domestiques morts (poules, chats, chiens,…) ! Mais ce n’est qu’en fin 2013 que je me suis décidé à commencer à communiquer sur ce sujet encore fort « tabou » et très peu « sexy »…

Cette bio décomposition des dépouilles humaines se fera, uniquement sous le contrôle des humusateurs agréés, dans un lieu clôturé et sécurisé : « Le Jardin-Forêt de la MÉTAMORPHOSE ».

Dans le respect des défunts et des familles grâce à un process innovant qui exclut tout risque au niveau salubrité publique et garantit la protection de l’environnement pour une après-mort vraiment C2C (Cradle to Cradle), enfin, 100 % soutenable pour l’avenir de l’Humanité.

Grâce à l’ humusation en 12 mois, notre corps, après sa mort, régénérera réellement les couches superficielles de notre Terre-Mère, afin de participer activement à la poursuite de la Vie sur notre planète, sans empoisonner les vivants, ni gaspiller l’énergie !

inhumation-humusation-carboneRéduire la pollution de nos funérailles

En Belgique, nous sommes assez limité en matière de choix pour nos funérailles car seules la crémation et l’inhumation sont autorisées. Comme la législation de nos funérailles est régionale, on constate aussi des différences sur notre territoire, comme par exemple que les cercueils en carton sont autorisés en Flandre et à Bruxelles mais pas en Wallonie. Cette nuance est également valable pour l’inhumation ou pour la crémation.

Si ces techniques coûtent sensiblement la même chose, elles ont aussi un impact différent sur l’environnement.

  • Des rejets de gaz carbonique

Pour les rejets de CO2 , on peut différencier les impacts de l’inhumation en pleine terre ( 39kg de CO émis/corps) ou en caveau (576 kg de CO2 émis /corps) .

La crémation émet environ 160 kg de CO2 émis /par corps. Le bilan de l’humusation est d’environ 44 kg de CO2 émis/corps

  • Une consommation d’énergie fossile

La crémation peu développée il y a 40 ans, devait venir au secours de la pénurie de place dans les cimetières. La consommation de gaz que nécessite une crémation est de 92 m3 de gaz, alors que l’inhumation et l’humusation affichent une consommation nulle

  • Pollution des sols et de l’eau

L’inhumation pollue les sols lors du processus de dégradation des corps et du cercueil ce qui engendre ensuite une pollution des nappes phréatiques.

La pierre tombale a aussi un impact environnemental, d’extraction, de coupe et de transport parfois d’Asie.

  • Pollution de l’air

La crémation génère des rejets toxiques et des polluants, des particules fines et de la dioxine. Si le cercueil est en carton, le bilan ne s’allège pas car il faut compenser le manque de combustible par de l’énergie fossile.

Les Acteurs de l’humusation

La principale ambition de la fondation d’utilité publique MÉTAMORPHOSE pour mourir ….puis donner la Vie est d’obtenir la légalisation de l’HUMUSATION comme alternative à la crémation et à l’inhumation.

Son siège social  est situé : rue St-Roch, 33 à B-1325 Chaumont-Gistoux

Francis BUSIGNY en est le Président  et elle compte 6 membres fondateurs tous bénévoles

L’adresse de contact : [email protected]

Le comité de plus de 25 experts en Compostage et atteste que le process garantit la salubrité publique et que c’est le premier mode de sépulture, enfin, 100 % favorable à l’environnement

De nombreuses personnalités de tout bord soutiennent la démarche.  C’est donc de bonne augure pour ce concept innovant !

Vous trouverez toutes les informations sur le site :  www.humusation.org

Les moyens mis en œuvre  pour légaliser l’humusation

  • Des pétitions en ligne et « papier » ont déjà récoltés plus de 25.000 signataires qui sont déjà convaincus qu’il faut de toute urgence autoriser la mise en place de ce concept
  • Plus de 2500 personnes ont déjà signé leur *Acte de dernière Volonté* en faveur de l’humusation avant de l’envoyer au bourgmestre et aux échevins de leur commune. Car ils sont, vraisemblablement, les mieux placés pour convaincre leurs collègues députés wallons (principalement ceux qui siègent dans la Commission des Pouvoirs Locaux et qui peuvent préparer le nouveau décret qui servira de cadre légal) d’adapter les législations en la matière, sans plus tarder, puisque les élus locaux sont, eux, parfaitement au courant de tous les problèmes générés par les cimetières et les crématoriums car ils y sont très régulièrement confrontés. Il nous semble qu’il est préférable que les élus locaux saisissent l’opportunité de favoriser la légalisation rapide de l’humusation , la seule pratique funéraire, enfin, 100 % favorable à l’environnement, avant que ce nouveau scandale de salubrité publique ne soit révélé au grand public.
  • Don du corps pour valider l’humusation : puisqu’il est bien permis (voire encouragé) de donner son corps pour faire avancer la médecine ! Il est fort vraisemblable qu’on puisse mettre en humusation, dans un avenir plus proche que prévu, des corps humains… afin pouvoir effectuer toutes les mesures et analyses scientifiques, pour valider la pertinence et le bien-fondé de notre concept (tant au niveau salubrité publique que protection de l’environnement !), sans attendre que la loi change ! L’astuce, ce sera de le faire sur les corps de celles et ceux qui ont dûment « boycottés » le système en vigueur, via notre *Acte de dernière Volonté*, et qui en ont fait don à la Science…de la Nature ! Ce qui devrait permettre, beaucoup facilement, sa légalisation chez nous, d’abord et puis dans d’autres pays, par la suite. Surtout ceux dont les habitants en auront expressément exprimés la volonté…

Les avancées significatives pour légaliser  l’humusation

  • Fin Avril 2018, le Conseil Communal de la ville de Liège a voté, à l’unanimité, une motion en faveur de l’humusation afin que la Wallonie finance les tests scientifiques afin de rassurer les sceptiques avant de formuler le cadre légal pour créer les *Jardins-Forêt de la MÉTAMORPHOSE* dans chaque région pour couvrir rapidement toute la Wallonie.
  • Mi-Juillet 2018, la région Bruxelles-Capitale a adopté aussi, en troisième lecture, un projet d’ordonnance en faveur de l‘humusation qui sera soumis au parlement à la rentrée.

Le déclic nécessaire et suffisant pour inciter chacun à faire sa « part du Colibri » afin de contribuer à enrayer le dérèglement climatique ?

Pour notre part, on a l’intime conviction qu’il nous faut, de toute urgence, rendre, enfin correctement, tous les « déchets » organiques (épluchures, restes de repas, déjections humaines et animales,…) aux couches superficielles de la terre afin de les rendre auto-fertiles naturellement et fixer durablement les excès de CO² dans des jardins-forêt comestibles… Pour cela, il nous faut donc changer fondamentalement nos habitudes… et même nos lois pour autoriser le compostage à la ferme des cadavres d’animaux morts et surtout l’humusation, c’est-à-dire la Métamorphose, en 12 mois des défunts en humus. La légalisation de l’humusation  qui devrait servir d’électrochoc afin de comprendre que tout le « système en vigueur » actuellement est suicidaire pour l’avenir des Générations Futures.

Francis Busigny

 

 

 

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.