Le classement des écogestes

Une étude de l’Argus de la presse exploité par l’Ademe montre que le covoiturage et les économies d’eau sont les gestes les plus souvent commentés dans la presse. Découvrez le reste du classement et les commentaires de l’Ademe dans l’article ci-dessous.

 

Spécialiste de la veille et des études médias, l’Argus de la presse a initié au printemps 2007 un baromètre média sur les écogestes. Du 12 mars au 14 mai 2007, 300 retombées média ont été comptabilisées soit une moyenne de 5 par jour.

Si la période concernée était riche en événements liés à l’environnement, ce baromètre atteste de la prise de conscience incontestable par les médias et les Français de la nécessité d’agir face à la menace, de mieux en mieux perçue, du changement climatique.

Un 2ème baromètre a été réalisé en juillet 2007.

Ces deux études ont permis d’établir pour chaque période un Top 15, des écogestes les plus médiatisés. Satisfait des enseignements de ces veilles ; Nicolas Jaunet, Directeur Marketing de l’Argus de la Presse, souhaite en suivre l’évolution au travers d’autres études menées périodiquement.

La surprise vient tout de même de la 1ère place obtenue par l’écogeste « promotion du covoiturage », dont on sait qu’il est loin d’être une pratique courante en France. Place d’autant plus surprenante que cet égogeste reste en tête du classement pour le deuxième Top 15. Côté vecteur d’information, ce baromètre a démontré que l’ADEME est le relais le plus actif suivi des municipalités et associations locales. Une reconnaissance logique des campagnes de sensibilisation menées par l’ADEME et de son information au quotidien aux plus près des particuliers à travers les Espaces Info Energie (EIE). On peut noter également, que c’est la presse quotidienne régionale, média de proximité par excellence, qui s’avère être le meilleur relais des écogestes. La presse nationale quotidienne, s’attache quant à elle davantage aux grandes problématiques environnementales, tel que le réchauffement de la planète.

Le tri des déchets est l’un des gestes le plus familier pour les français. Curieusement, le recyclage, suite logique du tri, n’arrive qu’en 13ème puis 12ème position et il est à noter que « le tri des déchets » passe de la 2ème à la 7ème place, entre les deux baromètres.

La déception vient de l’absence quasi-totale de la notion de prévention des déchets devenue essentielle pour mener une action parallèle à celle du tri. Pourtant, la campagne de sensibilisation « Réduisons vite nos déchets, ça déborde … » a été lancée à l’automne 2005 par l’ADEME et ses messages ont été bien relayés par les média, notamment à la suite de la Semaine de la réduction des déchets, à l’automne 2006. Et au sein de la prévention, on peut isoler les actions les plus efficaces qu’il s’agisse des emballages à éviter ou du compostage des déchets verts (présent à la 23ème place). A lui seul, le compostage permettrait de réduire les quantités de déchets domestiques de 20 à 30 %, soit une centaine de kilos sur quelques 400 que les Français produisent en moyenne tous les ans. Quant aux sacs plastiques qui commencent à se faire rares voire disparaissent dans certaines grandes surfaces, on ne les retrouve qu’en 32ème position.

La gestion de l’eau, pourtant essentielle, n’a pas une place de choix dans le Top 15 : certes, les économies d’eau au quotidien (à la maison) arrivent en troisième position et gagne ensuite une place, tandis que la collecte de l’eau de pluie figure en sixième puis cinquième alors qu’elle n’est accessible qu’aux propriétaires de jardins et que la gestion raisonnable de l’arrosage (40ème position) devrait être prioritaire. Boire l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille (souvent les mêmes d’ailleurs) ne ressort pas non plus.

Autre geste efficace mais qui n’apparaît pas dans le peloton de tête, le Stop-Pub, cet autocollant qui permet d’éviter les publicités qui encombrent les boîtes aux lettres et représentent à elles seules 40 kilos de déchets par an et par personne. »

Les écogestes ayant trait à l’isolation et lumière remontent dans le classement mais l’utilisation des transports en commun passe de la 5 à 15ème place.

Enfin, on peut également remarquer que des gestes relativement anodins se mêlent à des actes d’achats plus conséquents (Isoler le logement + matériau d’isolation thermique, S’équiper d’une chaudière/poêle au bois) : des niveaux d’implication très différents.