LES FLEURS DU Dr BACH

4

Votre enfant a peur le soir avant de s’endormir ?

Vous vous sentez incompris par votre conjoint ?

Vous déprimez à l’idée d’avoir à affronter un supérieur odieux ?

Vous ne pouvez pas contrôler vos bouffées de jalousie ?

Vous vous sentez énervé, agressé par la foule dans le métro ?

Vous avez le trac avant un examen ou le permis de conduire ?

Pour chacune de ces situations, 3 gouttes d’un élixir, sur le bout de la langue ou dans un verre d’eau, suffisent pour que tout rentre dans l’ordre. Le calme revient, vos capacités de réflexion et de réaction augmentent, vos idées se clarifient et même les affections chroniques disparaissent !

Les élixirs floraux sont de très fortes dilutions dans l’alcool d’infusions de plantes. Le Dr Edward Bach a créé cette méthode de soin avec 39 remèdes, pour la plupart issus de fleurs, d’où l’expression « Fleurs de Bach ».

Bien que Bach ait été un médecin homéopathe, créateur de médicaments de toute première importance, il a fait la démarche d’abandonner l’homéopathie, non parce qu’il trouvait cette dernière inefficace ou insuffisante, mais tout simplement parce qu’il cherchait à agir à un autre niveau.

Plutôt que de se débarrasser d’un symptôme, la méthode propose de changer de point de vue. Par exemple, une personne qui a tendance à avoir peur, n’aura pas forcément moins peur. Mais, en modifiant son point de vue, sa capacité de compréhension, les conséquences sur son état psychique et physique n’auront plus la même gravité.

La grande nouveauté des Fleurs de Bach, c’est d’aider chacun à retrouver les idées claires, la capacité d’auto-analyse et donc d’évacuer les tensions à l’origine des affections.

Les élixirs floraux sont des rééquilibrants émotionnels.

Bach était persuadé que toutes les affections, graves ou chroniques, pas seulement les dépressions, étaient liées à un problème affectif ou émotionnel. Cette évidence, souvent ignorée des médecins qui cherchent d’abord à isoler chaque maladie et à lui trouver une cause physique (agression extérieure), est aussi tournée en dérision par la plupart des gens. « C’est dans la tête que ça se passe », signifie désormais que c’est « psychosomatique », sous-entendu sans raison médicale réelle.

Or, il faut prendre conscience que la plupart des affections, petites ou grandes, sont d’ordre psychosomatique : le corps, par des poussées d’eczéma, d’herpès ou de fièvre, se révolte contre des problèmes psychologiques cachés. Freud, contemporain du Dr Edward Bach, fut l’un des premiers à le démontrer. Nous sommes malades, parce que nos défenses immunitaires sont tombées.

Il est démontré que le moral intervient directement sur les capacités de notre corps à trouver les réponses nécessaires. Si vous êtes stressé, fatigué, vous laissez la porte ouverte aux infections de toutes sortes. Si vous vous sentez fort, vous passez à travers les rhumes et les grippes. Bien entendu, certains facteurs ou comportements (tabac, alcool, alimentation déstructurée…) augmentent les risques de maladie. Mais souvent, ces comportements à risques sont eux-mêmes déjà déterminés par un problème antérieur, sous-jacent.

L’humain, très complexe passe à travers des expériences plus ou moins traumatisantes et réagit avec plus ou moins de violence, plus ou moins de délai selon les individus. En théorie, il suffit donc d’être bien dans son corps. C’est plus facile à dire qu’à faire. En avoir conscience, c’est déjà commencer à se guérir ou fermer la porte à la maladie.

Les 7 états d’âme définis par Bach

Le Dr Bach en mettant au point ses remèdes (chacun d’entre eux correspondant à un type d’émotion, de sensation, de sentiment ou d’état d’âme), a répertorié 7 grandes catégories dans lesquelles chaque être humain peut se retrouver un jour ou l’autre :

  • La peur
  • L’incertitude
  • L’indifférence
  • La solitude
  • La dépendance
  • Le découragement
  • L’altruisme

Dans chacune de ces 7 catégories, très vaste, définissant des états d’âme négatifs, sont classés les remèdes pour soigner des émotions, elles aussi négatives. Il peut sembler curieux que l’altruisme, la solitude ou même le doute soient considérés comme négatifs. En fait, il s’agit là d’états qui sont à la limite du pathologique et qui vont à l’encontre de l’équilibre de l’individu, provoquant des réactions négatives de l’entourage.

Le guide des Fleurs du Dr Bach de Paul Ferris vous propose d’aider non seulement à comprendre les élixirs floraux mais aussi à choisir les remèdes les mieux adaptés en fonction de la personnalité et des troubles.

Les élixirs n’ont aucune influence sur les médicaments. Ils n’en potentialisent ni les effets négatifs ni les effets positifs. En revanche, ils aideront votre organisme à mieux accepter les médicaments chimiques et à renforcer ses défenses immunitaires, ce qui aura forcément un effet accélérateur vers la guérison.

Il n’y a aucun effet secondaire négatif possible. Les élixirs ne remplacent pas la médecine allopathique (médicaments classiques), l’homéopathie ou toute autre forme de soins. Il fait donc impérativement, quand on suit une cure d’élixirs, continuer son traitement médical.

ELIXIRS FLORAUX DE BACH® EN GRANULES* * Procédé breveté : chromothérapie

Les 38 Fleurs de Bach + n°39 remède d’urgence.

Sans alcool, associées à la Chromothérapie pour tous.

La granule est imprégnée de l’élixir mère préparé selon la méthode traditionnelle de Dr BACH renforcé par la vibration de la couleur.

L’alcool se volatilise, les vertus de la fleur et les vibrations restent dans la granule.

On donne ainsi l énergie florale du remède à la granule sans retenir l’alcool.

Dilution selon la méthode originale BACH 1:240

  • Convient parfaitement à toute la famille, enfants, adolescents, femmes enceintes, personnes ayant des problèmes hépatiques ou tout simplement non désireux de prendre des produits sous forme alcoolique.
  • Pratique : pas besoin de diluer le produit, peut se prendre à n’importe quel moment de la journée en se mettant la granule sous la langue, permet aux utilisateurs d’avoir sur eux le ou les tubes sans risque de se briser.
  • Economique : 1 granule = 2 gouttes, soit 1 mois ½ à 2 mois d’utilisation selon posologie.
  • Présentation de la granule : support identique aux granules homéopathique.
You might also like

Comments are closed.