Qu’est-ce que Nutriscore et comment fonctionne-t-il ?

0 418

Nutriscore est le système d’étiquetage nutritionnel nutriscore-etiquettesur le devant des emballages qui a été choisi en Espagne dans le but de fournir aux utilisateurs des informations nutritionnelles plus claires sur les aliments qu’ils vont acheter.

L’idée a été lancée au Royaume-Uni en 2005, à la suite d’une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford, dans le but de réglementer la publicité destinée aux enfants. L’Agence britannique des normes alimentaires (FSA) a validé le projet et, en janvier 2017, la France a été un autre pays à adopter son utilisation, bien que sur une base volontaire.

Le Nutriscore est utilisé en France, Belgique, Allemagne et Espagne. Il s’agit actuellement d’un bon point de départ pour le système nutritionnel, même si des améliorations sont encore possibles.

Qu’est-ce que le nutri score ?

Nutriscore est un étiquetage nutritionnel sur le devant de l’emballage pour les produits transformés emballés.

Il s’agit d’un système de classification en 5 lettres et couleurs, dans lequel le vert foncé A est la meilleure option et le rouge E la plus mauvaise, en passant par B, C et D.

De cette façon, Nutriscore évalue les contributions nutritionnelles positives et négatives par 100 g ou ml de produit. Ainsi, son objectif est de comparer les produits de la même catégorie, afin que le choix le plus facile soit le plus sain, en sachant quel produit a la meilleure composition.

Nutriscore pénalise généralement les calories, les graisses saturées, le sucre et le sel, ingrédients contenus dans certains aliments tels que les pâtisseries, les saucisses ou les snacks, entre autres.

Pourquoi le Nutriscore ?

 

Une consommation excessive de graisses saturées, de sucre ou de sel est néfaste pour la santé à long terme. Par conséquent, dans le régime alimentaire, la priorité doit être donnée aux produits frais, non transformés et de saison, bien qu’il y ait également de la place pour les aliments emballés.

Il est donc important que ces produits emballés soient sains et contiennent de moins en moins de sucre, de sel, de graisse ou de graisses de qualité supérieure.

C’est l’objectif principal de Nutriscore. Afin de choisir l’option la plus saine ou la plus adaptée à nos besoins alimentaires, ce système d’étiquetage agit comme un feu de signalisation nutritionnel.

Que signifie chaque lettre de Nutriscore ?

nutriscore-aGrâce à un code similaire à un feu de signalisation avec cinq couleurs et cinq lettres de A à E, Nutriscore classe avec A, en vert, un aliment considéré comme « sain » et avec E, en rouge, un aliment très mauvais pour la santé. Concrètement, chaque lettre de Nutriscore représente ce qui suit :

  • Vert (A), très sain.
  • Vert clair (B), sain.
  • Jaune (C), ni bon ni mauvais.
  • Orange (D), malsain.
  • Rouge (E), très malsain.

Cette classification est basée sur le pourcentage de calories, de graisses saturées, de sucre, de sel, de fibres et de protéines contenus dans l’aliment, bien que la question de savoir si cette classification est réellement fiable fasse encore débat.

L’algorithme qui vient décider dans quelle catégorie chaque produit est placé est déterminé à partir de formules mathématiques qui prennent en compte la proportion de nutriments de l’aliment spécifique (quantité de fibres, de sel, de graisses saturées, de sucres, de calories, etc.)

Cependant, ces formules sont totalement inconnues du consommateur, il est donc difficile de savoir si le produit en question est réellement riche ou pauvre en sucres, en graisses, etc. Par conséquent, leur décision d’achat sera basée sur le code couleur qui donne une information relative mais non objective sur la santé du produit.

Ce feu de signalisation nutritionnel « ne dit pas si un aliment est bon ou non. Il ne juge qu’une valeur relative qui indique si ce produit est meilleur ou pire que les autres ».

Quels sont les produits qui portent le Nutriscore et ceux qui ne le portent pas ?

La plupart des produits emballés portent le système d’étiquetage Nutriscore. Toutefois, les produits suivants sont exemptés.

  • Produits frais : tels que viande, poisson, fruits, légumes et légumineuses.
  • Les produits n’ayant qu’un seul ingrédient dans leur composition : comme le vinaigre et le miel, pour autant qu’ils ne soient pas transformés.
  • Café, thé, tisanes et fruits.
  • Les denrées alimentaires fournies directement par le fabricant ou les magasins de détail en petites quantités, comme les plats préparés.
  • Les aliments vendus dans des emballages de moins de 25 cm2 : tels que les barres de chocolat, les bonbons, les barres de céréales, entre autres.
  • Boissons alcoolisées.

Le nutri score du Nutella

nutella-nutriscore

Un des aliments les plus prisés au petit déjeuner est le Nutella. La célèbre pâte à tartiner a déjà fait polémique, notamment parce qu’elle est produite avec de l’huile de palme.
De nombreux internautes cherchent le nutri score du Nutella.

Le site du distributeur belge Delhaize est clair :

« Le Nutri-Score n’est pas disponible en raison du refus du fournisseur de partager les infos nécessaires ».

Mais au vu de sa composition avec 56,3gr de sucre pour 100 grammes, on peut penser que le nutri score du Nutella est  E ou D dans le meilleur des cas.

En effet, le nutri score pénalise les calories, les graisses saturées, le sucre et le sel. Le nutella risque donc d’avoir la plus mauvaise note.nutriscore-nutella

 

Critique du nutriscore

Le nutri score est un système d’étiquetage intéressant mais qui présente 3 limites importantes :

  1. Il ne distingue pas les bonnes et les mauvaises graisses. L’huile d’olive extra vierge, par exemple, a un Nutriscore D qui suggère qu’il s’agit d’un aliment de « qualité nutritionnelle médiocre », ce qui n’est évidemment pas vrai tant qu’elle est consommée en quantités raisonnables. Il en va de même pour certains poissons en conserve.
  2. Il ne tient pas compte du degré de transformation de l’aliment. Le Coca-Cola Zéro, par exemple, est étiqueté avec un B, le classant comme un aliment de « bonne qualité nutritionnelle », ce qui fait croire aux gens qu’il s’agit d’un aliment sain alors que ce n’est évidemment pas le cas.
  3. Il permet uniquement de comparer les aliments d’une même catégorie. Cependant, les consommateurs ont besoin de comparer les aliments de différentes catégories. L’utilisation du Nutriscore à cette fin peut entraîner d’importants problèmes d’interprétation. C’est le cas, par exemple, si l’on compare l’huile d’olive au Coca-Cola zéro.

 

Conclusion

 

L’idée de donner un score aux aliments peut faciliter la vie du consommateur attentif à la qualité de sa nourriture. Cependant, le système reste à améliorer car des aliments ont des scores qui ne semblent pas refléter leurs réelles qualités.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.