Pourquoi utiliser une coloration naturelle ?

11

Depuis quelques années, les colorations naturelles font leur apparition dans les rayons. Au-delà de la démarche d’engagement écologique, il y a de bonnes raisons pour passer à une coloration naturelle.

Les colorations synthétiques nocives pour la santé

coiffeur-bioEn effet, 23 teintures capillaires ont été épinglées dans un rapport du CSPC (Comité scientifique des produits de consommation) de l’Union Européenne. En cause, le paraphénylènediamine, ou PPD.

Cette substance déjà interdite dans tous les produits cosmétiques, est jusqu’à présent tolérée pour les colorations capillaires à hauteur de 6% avec l’obligation d’informer les consommateurs des risques d’utilisation du produit, notamment sur les cils et les sourcils. Le PPD, extrêmement sensibilisant, peut provoquer des réactions allergiques très importantes qui risquent de s’aggraver dès que la peau entre en contact avec cet ingrédient, même en très faible quantité.

Au delà du problème du PPD, le principe même de la coloration synthétique suppose un traitement agressif pour les cheveux. Il s’agit, par une réaction chimique, de relâcher la fibre capillaire et modifier l’équilibre naturel du cheveu pour y incorporer ensuite la couleur artificielle choisie.

On provoque une véritable réaction chimique sur la tête, avec des molécules qui réagissent très fortement. On peut légitimement se poser des questions sur l’intérêt de mettre les gants recommandés pour l’application d’une coloration avant de s’en badigeonner copieusement le cuir chevelu…

Pour ternir encore un peu plus le bilan, selon une étude américaine révisée par le Comité scientifique du Bureau européen des unions de consommateurs, les consommatrices qui teignent régulièrement leurs cheveux présentent un plus grand risque de cancer de la vessie. Les glandes endocrines, informées par l’organisme, vont s’efforcer d’éliminer très vite le produit car la menace est importante, c’est alors le rein qui sera sollicité. En cas d’agressions répétées et fréquentes, le rein sature et c’est la vessie qui finit par être atteinte.

Attention au greenwashing et aux publicités mensongères

Mais attention cependant aux colorations faussement naturelles qui même vendues en magasin bio, lisez bien les étiquettes !

Bien choisir sa coloration bio

Alors voici quelques conseils pour bien choisir sa coloration bio :

  • évitez les produits qui comportent deux flacons (un oxydant et un pigment, souvent aussi nocifs l’un que l’autre).
  • Les produits qui ne comportent qu’un seul flacon (un fixateur mélangé à des pigments) ne doivent contenir aucune amine aromatique (allergènes) dont la fonction est seulement de couvrir l’odeur de la chimie.
  • Éliminez les fabricants qui ne fournissent pas la liste complète des composants de leurs produits dans leur notice.
  • Préférez les produits vendus sous forme de poudre.
  • Éliminez les marques qui contiennent de l’éthodixyglicol (un hydratant chimique), du polypropilamine (allergisant), de la cocamide DEA (regraissant), du trideceth 12 (émulsifiant chimique) et des colorants synthétiques.

Il faut absolument éviter les composants ci-dessous :

  • Résorcinol : utilisé dans les trois quarts des colorations chimiques, il est allergène. Il peut pénétrer dans la peau, endommager les reins et le foie. Les tests cliniques ont démontré qu’il modifie les globules sanguins et les chromosomes.
  • Ammonium Lauryl Sulfate : tensioactif.
  • p-phénylènediamine (PPD) : très allergisant, suspecté de cancérogénicité.
  • le p-aminophénol et le le o-aminophénol : mutagènes de classe 3 (possibilité d’effets irréversibles).
  • la m-phénylène diamine : mutagène de classe 3 (possibilité d’effets irréversibles). Elle endommage l’embryon chez le rat et a un effet mutagène sur les bactéries.
  • Butoxyéthanol (un éther de glycol) : effet génotoxique avéré, activité cancérigène.
  • PEG (polyéthylène glycol) : employés comme émulsifiants, solvants ou pour donner une brillance nacrée.

Vous verrez qu’il ne vous restera plus grand choix parmi les colorations naturelles du marché…

You might also like

Comments are closed.