Alimentation spéciale ossature

5

alimentation-ossatureEn formant le squelette, on voit bien que les os donnent la structure et le mouvement du corps des vertébrés. Ce que l’on sait peut-être moins c’est qu’ils protègent les organes internes, sont un lieu de stockage de minéraux et jouent un rôle important dans la formation des cellules sanguines.

Que les os soient longs, plats ou courts, ils sont constitués de 2 types de cellules : les ostéoclastes (qui participent à la dégradation osseuse) et les ostéoblastes (qui participent à la construction osseuse). Pendant que les premières éliminent l’os abîmé ou fatigué, les deuxièmes constituent de l’os neuf. Pour maintenir cet équilibre entre les types de cellules, tout un processus se met en place. Les protéines, sous forme enzymatiques, hormonales ou autres, élaborent le tissus et maintiennent la calcification (le calcium, associé au phosphore, représente près de 70% du poids de l’os). La vitamine K, la vitamine D, le cuivre et le magnésium aident à la fixation du calcium. Le silicium régularise la minéralisation osseuse pour maintenir le taux.

Lors d’une fracture, il y a rupture de l’os. La consolidation doit aboutir à la soudure des deux fragments de l’os fracturé. Il se forme un cal osseux entre les deux parties. Ce cal va se minéraliser et devenir de l’os à part entière. C’est une phase de reconstruction puis de consolidation osseuse, que l’on retrouve dans la lutte contre l’ostéoporose. C’est pourquoi toutes les recommandations suivantes sont valables pour les fractures mais aussi nécessaires pour éviter l’ostéoporose. Les besoins nutritionnels sont très importants.

Ces besoins, à l’inverse de ce que l’on pourrait croire ne sont pas fortement calciques. Au contraire, un trop fort taux de calcium dans le sang peut diminuer l’activation de la vitamine D. Du coup, le calcium circulant dans le sang sera mal absorbé par les os. Or, le lait et les laitages sont riches en calcium. Il est donc fortement déconseillé d’abuser du lait et de ses dérivés.

Le phosphore est associé au calcium dans les os. Il fait partie de la base du tissu osseux. En dehors des laitages qu’il vaut mieux éviter comme nous venons de le voir, on trouve du phosphore dans à peu près tous les autres aliments sauf les huiles et le sucre.

Les protéines ne sont pas seulement fournies par la viande ou le poisson. Les légumineuses par exemple, en sont également de bonnes sources.

La vitamine K se trouve en quantité intéressante dans les choux, le persil, les épinards et la salade verte.

On trouve de la vitamine D dans les poissons gras (huile de foie de morue, saumon, anchois, hareng, sardine, maquereau). De plus, si le temps le permet, l’exposition de la peau au soleil permet de synthétiser de la vitamine D.

Le cuivre se trouve dans le foie, les coquillages et crustacés, mais aussi dans un grand nombre de végétaux comme les fruits secs, et les légumes secs.

Les aliments riches en magnésium sont, pour ceux qui aiment, dans les escargots, bulots et bigorneaux. Mais on en trouve aussi dans le chocolat noir, les amandes, les noix, les noisettes, cacahuètes ainsi que tous les fruits secs (abricots, raisins, bananes, pruneaux..).

Le silicium est principalement apporté par l’eau de boisson. On le retrouve également dans les céréales. Enfin, un aliment qui contient de grandes quantités est… la bière ! Mais elle reste à consommer avec modération !

Un autre phénomène doit absolument retenir votre attention : l’équilibre acido-basique de notre alimentation. Celle-ci devrait apporté autant de produits basiques qu’acides. Or, l’alimentation moderne est pauvre en magnésium, calcium, potassium du fait d’une insuffisance de produits végétaux. Ces oligo éléments sont pourtant basiques (pH > 7).

A l’inverse, les produits protéiques et salés sont acides (pH < 7). Ce déséquilibre alimentaire provoque une difficulté au niveau osseux. En effet, le corps ne pouvant pas supporter un milieu trop acide, il va chercher les substances basiques dans le calcium des os. Du coup, cela fait du calcium en moins dans les os. Et avec, les difficultés à réparer les os, l’ostéoporose etc. Donc, une alimentation riche en produits végétaux paraient indispensables, et ce d’autant plus si un os est brisé. Parallèlement, une alimentation trop salée et trop protéinée (surtout la viande car elle n’apporte rien d’autre de positif) peut ralentir la reconstruction osseuse.

Pour finir, nous voudrions juste faire un petit paragraphe sur ceux qui, du fait de leur fracture, ne sont plus mobiles. Leur immobilisation va, non seulement faire fondre leurs muscles mais aussi réduire leurs besoins énergétiques. Dans ce cas, une règle de prudence s’impose pour éviter une prise de poids trop importante. Même si les journées sont longues, il vaut mieux éviter le grignotage 100% sucre ou 100% gras. En revanche, les fruits frais et secs, les légumes frais et secs (ou autre grignotage intelligent) ne doivent pas être mis de côté pour garder dans son alimentation l’essentiel à la consolidation osseuse.

L’alimentation joue donc un rôle primordiale lors d’une fracture osseuse. Ne la négligez pas, vous vous remettrez beaucoup plus vite et plus solide !

 

 

You might also like

Comments are closed.