Comment cueillir des plantes sauvages comestibles ?

0 351

Les premiers êtres humains sur cette planète se nourrissaient de deux façons : en chassant les animaux et en cueillant des plantes sauvages. Toute la nourriture qu’ils mangeaient était ramassée de leurs propres mains, y compris les baies des buissons, les fleurs comestibles,  l’herbe sauvage et les champignons des arbres en décomposition. Grâce à une longue pratique, ils ont appris à reconnaître quelles plantes étaient comestibles, lesquelles étaient des plantes toxiques et ce qu’on pouvait trouver à différentes périodes de l’année.

cueillette-plantes-sauvagesDans le monde moderne, notre système alimentaire est très différent. Dans les pays industrialisés, la plupart des aliments sont cultivés dans de grandes fermes, loin des gens qui les consomment. Pour la plupart d’entre nous, ramasser de la nourriture signifie aller au supermarché ; nous ne la voyons jamais pousser hors du sol. Jusqu’à ce qu’elle atteigne nos cuisines, nous n’avons aucun lien personnel avec la nourriture que nous mangeons.

Pour quelles raisons manger des plantes sauvages ?

En parcourant la campagne, on y découvre d’innombrables stands de baies, de pommes et autres produits locaux au bord de la route.

La recherche de nourriture sauvage vous permet d’avoir la joie de manger ultra-local. Il y a de nombreux avantages à manger des plantes sauvages. Il n’y a rien de plus local que les plantes sauvages, et vous économiserez sur votre facture d’épicerie.

C’est particulièrement vrai si vous avez un chien renifleur de truffes ou si vous cueillez des baies coûteuses.

C’est agréable de chercher de la nourriture parce que cela nous donne le temps de sortir, de se salir les mains et de se vider la tête. Vous allez adorer manger des aliments délicieux et sans pesticides et en apprendre davantage sur les plantes qui vous entourent. Vous Retrouverez le lien perdu entre votre alimentation et son écosystème

Dans notre monde moderne, il est possible de trouver et de cueillir des plantes sauvages qui ne sont pas seulement comestibles, mais aussi très nutritives. Beaucoup d’entre-elles ont également des propriétés médicinales. Bien sûr, c’est aussi risqué, car nous n’avons plus les connaissances détaillées de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.  Il faut parfois des années pour apprendre à identifier les différentes plantes sauvages que l’on peut manger et, surtout, pour reconnaître celles que l’on ne devrait absolument pas manger. Mais il y a quelques plantes comestibles communes que même un débutant peut facilement trouver et identifier.

Précautions à prendre avant de manger des herbes sauvages

Profitez des avantages de manger des plantes et restez en sécurité en suivant ces règles de recherche de nourriture pour les aliments sauvages. Par ailleurs, il est non seulement important de se protéger mais il convient aussi de protéger l’environnement quand on cueille des plantes.

  1. Connaître son écosystème

Certains écosystèmes sont rustiques et sains, tandis que d’autres sont délicats et ne peuvent vraiment pas supporter un prédateur supplémentaire. Évitez de soumettre les écosystèmes fragiles à des contraintes excessives.

Apprenez à connaître les régions qui vous entourent afin de pouvoir planifier les meilleurs moments et les meilleurs endroits pour chercher des aliments sauvages. Connaître son écosystème, c’est bien plus que connaître les plantes que l’on souhaite ou non manger. Apprenez à connaître le terrain, les zones fragiles, les plantes et les animaux. Cela vous aidera à être un cueilleur plus respectueux (et prospère). La zone est-elle ensoleillée ou ombragée ? A quoi ressemble le sol? La région reçoit-elle beaucoup de pluie ? Quelle est l’altitude ? S’agit-il d’une forêt, d’une prairie, d’une zone humide ou de quelque chose d’autre ?

Une autre belle idée est d’entrer en relation avec un botaniste ou un guide nature pour connaître la région plus en détail. Ils vous aideront pour les bases à connaitre avant de commencer vos cueillettes.

  1. Connaissez les plantes sauvages recherchées

Si vous savez déjà un peu ce que vous cherchez, une identification correcte sera beaucoup plus facile. Faites aussi attention à la hauteur et à la forme de la plante en général ainsi qu’au milieu dans lequel vous l’avez trouvée.

Voici quelques critères de la plante que vous devrez observer.

  • Forme de la feuille. Les feuilles sont-elles des aiguilles plates et ressemblantes à des écailles (comme dans le cèdre) ou des feuilles réelles ? Quel est le schéma général ?
  • Arrangement de la feuille. Cela devient vite déroutant, mais essayez de noter comment les feuilles sont arrangées les unes par rapport (alternées ou opposées) aux autres avec autant de détails que possible.
  • Cônes, graines, fruits et fleurs. Portez une attention particulière aux cônes, aux graines, aux fruits et aux fleurs : ce sont les parties reproductives de la plante et sont souvent très distinctes.
  • Certaines plantes ont des taches, des épines ou d’autres traits distinctifs sur leur tige ou leur tronc.

Toutes les plantes sauvages ne sont pas comestibles à tout moment de l’année.

Au printemps, vous recherchez plutôt des jeunes feuilles de Berce commune ou d’Ortie, de Pissenlit , de l’Alliaire et de la Pervenche ou l’ail des ours.  En automne, le Gaillet grateron et le lamier pourpre seront dans votre panier de cueillette pour vos salades, pesto ou autres soupes.

Pour rendre les choses encore plus difficiles, certaines plantes ont des feuilles comestibles mais des racines toxiques, ou vice versa. Certaines plantes ne sont comestibles que si vous les préparez correctement. Selon la plante, vous voudrez peut-être pincer quelques feuilles ou déterrer toute la plante pour aller à la racine…

Bref, il est extrêmement important de se familiariser non seulement avec la bonne identification des aliments sauvages, mais aussi avec le moment et la façon de les récolter.

sureau-noir-siropAu début de l’été, on voit fleurir les corymbes du sureau noir. Si vous trop impatient pour attendre de réaliser du sirop ou de la confiture avec ses fruits, vous pouvez très facilement préparer une limonade avec ses fleurs. Il suffit de laisser macérer quelques jours les fleurs dans de l’eau sucrée avant de la filtrer. Mais là encore il ne faudra pas confondre ce sureau avec le le sureau yèble qui fleurit plus tardivement.

  1. Connaître les sosies des plantes recherchées

Assurez-vous que vous connaissez d’autres plantes qui pourraient ressembler de près à votre plante cible.

De nombreuses plantes sont difficiles à identifier correctement, c’est pourquoi PlantNet a été créé. Peu importe à quel point vos compétences en identification de plantes sont bonnes (ou si votre application d’identification de plantes est géniale), vous devez être prudent avant de manger des plantes que vous trouvez dans la nature. Apprenez à connaître non seulement la plante que vous recherchez, mais aussi son apparence. N’hésitez pas à froisser et à sentir les feuilles de l’Ail des ours qui doit son nom à son odeur.  Sa feuille est souvent confondue avec celle du Muguet qui lui est très toxique pour l’homme. Un autre exemple de confusion est celui entre l’Arum et l’Oseille sauvage.

Une seule erreur d’identité peut causer une nuit douloureuse de crampes d’estomac – ou pire encore. Parler à un expert local vous aidera à connaître les astuces pour faire la différence entre les plantes comestibles et leurs voisins toxiques.

Ce n’est un secret pour nous que nous adorons utiliser des applications pour identifier les plantes, mais si vous mettez quelque chose dans votre estomac, vous voulez être sûr à 100% qu’il est sans danger.

  1. Laisser des aliments sauvages pour la nature

Même si vous ne déterrez pas les racines d’une plante, vous devez être conscient du fait que cette plante fait partie d’un écosystème qui en a besoin. À moins que vous ne récoltiez une espèce en voie de disparition, ne prenez pas plus de 25 % de la plante dans votre région. Dans la mesure du possible, laissez la plante vivante et en bonne santé après votre cueillette de quelques feuilles ou de tiges.

  1. Connaître les lois la cueillette de nourriture dans votre région

Il est temps de revoir les lois locales concernant la recherche de nourriture pour les aliments sauvages. Le code forestier règlemente la cueillette des champignons et de myrtilles

Chaque espace public ou parc naturel aura probablement des règles différentes, de sorte qu’il ne faut jamais présumer que la cueillette de nourriture est permise dans une zone donnée sans vérification préalable. Les réglementations peuvent être particulièrement variées sur terrains publics ou privés.

Même si vous pensez que vous ne vous ferez jamais prendre ou que votre quête de nourriture ne nuira pas à l’écosystème, il est important de connaître les règles. Cela aide à maintenir les écosystèmes en bonne santé et donne une bonne réputation aux cueilleurs.

  1. Préparer correctement vos aliments sauvages

Comme nous l’avons mentionné plus haut, tous les aliments sauvages ne peuvent pas être simplement cueillis et mangés. En fait, vous devriez laver toute votre nourriture sauvage avant de la manger. Demandez à n’importe randonneur avec un chien, et il vous dira que la plupart des plantes dans les endroits publics ne sont pas totalement propres de résidus !

Rincez vos aliments sauvages, au minimum. En général, une astuce est de faire tremper les plantes sauvages comestibles dans un bain de vinaigre et d’eau pour tuer toutes les bactéries avant de les rincer à nouveau.

Prenez le temps d’inspecter vos aliments sauvages à la recherche de taches, de moisissures, d’insectes et d’autres ravageurs. Vous pouvez également prendre ce temps pour vérifier trois fois son identité.

Enfin, assurez-vous de bien préparer la plante pour la consommation. Cela peut signifier gratter les épines, faire bouillir les tiges ou enlever les bourgeons. Rappelez-vous que ce n’est pas parce qu’une plante est comestible que toute la plante est comestible ! Enlevez toutes les parties non comestibles de la plante avant de remuer votre salade.

Certaines plantes ne sont comestibles que si elles sont cuites, et certaines plantes comestibles ont des parties toxiques.

  1. Cibler les espèces envahissantes si vous le pouvez

Vous connaissez certainement la Renouée du Japon en tant qu’espèce envahissante. Mais saviez-vous que les jeunes pousses se dégustent en sorbet ou rôties au four ?

Concentrer vos efforts sur la consommation d’espèces envahissantes est une excellente façon de chercher des aliments sauvages et d’aider l’écosystème. N’oubliez pas de consulter le site cuisinesauvage.org pour obtenir des guides sur les produits comestibles sauvages de votre région.

La meilleure façon de s’assurer que l’écosystème et la loi continuent d’appuyer cette pratique est d’agir de manière responsable lors de vos recherches d’aliments sauvages !

 

L’idée n’est pas de cueillir uniquement pour s’alimenter. De nombreuses plantes peuvent aussi servir de base pour des fortifiants ou des purins pour votre potager comme la Consoude ou la Tanaisie.  Les plantes peuvent aussi vous révéler des informations sur votre sol.  Elles peuvent également servir pour des remèdes, des tisanes ou autres infusions.  Connaitre son environnement c’est aussi se reconnecter à la nature. Apprendre à tolérer ce que certains appellent les « mauvaises herbes » grâce à la connaissance plus approfondie de leurs propriétés gustatives ou médicinales.

Alors qu’avez-vous cueilli dernièrement lors d’une balade dans votre quartier ?

 

 

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.