Pourquoi et comment fabriquer tous ses savons maison

675
Pourquoi et comment fabriquer tous ses savons maison
Evaluez ce post

Faire son savon maison. A première vue, ça peut paraître une drôle d’idée. Pourquoi s’embêter à le faire soi-même quand on peut le trouver si facilement en magasin, pas forcément suremballé ? Certes ! Mais faire son savon maison, c’est se passer de produits chimiques et la liberté d’adapter les ingrédients à notre peau. C’est donc une solution naturelle, plus saine et également économique. En plus, ce n’est pas aussi compliqué qu’on pourrait le penser. Suivez le guide !

savon-karitePourquoi faire son savon maison ?

Si vous avez déjà réalisé un produit d’hygiène maison, vous savez que cela présente trois grands avantages : c’est naturel, économique et meilleur pour la santé. On retrouve ces avantages avec le savon maison, que vous allez fabriquer à partir d’ingrédients de base peu chers, en contrôlant la composition et en l’adaptant à vos besoins (type de peau, âge, etc.). En plus, le savon maison vous durera longtemps. Pas besoin de conservateurs chimiques et toxiques pour garder un savon de longs mois ! Vous pourrez donc en faire en grandes quantités si vous ne souhaitez pas vous lancer dans un atelier tous les mois. Et puis vous verrez, c’est ludique et créatif.

Les différentes méthodes pour fabriquer son savon

Premier principe de base, les savons fabriqués à partir de soude sont plutôt durs. La potasse contenue dans les cendres de bois produit du savon mou (appelé savon noir) qui sert de lessive. Certaines méthodes demandent plus de précautions et de temps que d’autres à vous de sélectionner celle qui vous convient le mieux.

Le savon bio prêt en 15 minutes

Pour les plus pressés, nous avons une recette de savon express qui va vous ravir. En 15 minutes, vous aurez un savon hyper efficace au doux parfum d’huiles essentielles. A utiliser sous la douche et/ou pour se laver les mains.

Vous aurez besoin de :

  • Glycérine bio végétale solide
  • Huiles essentielles de votre choix
  • Un moule en silicone
  • Une cuillère à soupe
  • Une louche
  • Un saladier en verre

Préparation :

Coupez la glycérine végétale en petits morceaux que vous placerez dans le saladier. Passer la glycérine en morceaux au micro-ondes pendant 2 minutes à puissance moyenne (moins de 60°). Vous pouvez également la faire fondre au bain-marie. Ajoutez 20 à 25 gouttes d’huiles essentielles de votre choix. Mélangez tout de suite (le mélange ne doit pas refroidir) en faisant attention de ne pas faire de bulles. Placez dans le moule. Attendre au moins 20 minutes avant de démouler. Et c’est prêt !

Le savon saponifié à froid (SAF) : une recette facile

Pour ceux et celles qui ont plus de temps et veulent se lancer dans la fabrication d’un savon de A à Z, nous avons également une recette. Il s’agit d’une recette pour 1 kg de savon car, la préparation étant longue, mieux vaut en faire pour longtemps.

Les savons saponifiés à froid sont naturellement riches en glycérine. En fabrication industrielle, celle-ci est retirée pour être commercialisée à part.

Mais il faut commencer par les précautions. Car l’hydroxyde de sodium utilisé est très corrosif : il peut attaquer la peau et les yeux. Il convient donc de porter un équipement de sécurité (gants, vêtements couvrants, lunettes de protection ) et d’éloigner les enfants. Vous la trouverez déjà liquide sous l’appellation de lessive de soude. Si vous l’achetez sous forme de granulés,  il faudra la diluer dans l’eau en respectant  la notice du sachet.

La soude dégage des fumées qui peuvent être nocives. Si possible, faire son savon à l’extérieur ou dans un espace bien ventilé.

Le matériel et les ingrédients pour une saponification à froid

Côté matériel, vous ne pourrez pas utiliser d’aluminium, de zinc ou d’étain car ils réagissent avec la soude. Privilégiez le verre (pyrex) et le plastique résistant à la chaleur. Il vous faudra :

  • Deux thermomètres de cuisine allant jusqu’à 100° ;
  • 1 grand récipient en verre, céramique ou inox ;
  • 1 récipient en verre résistant à la chaleur ;
  • 1 petit récipient en verre ;
  • 2 spatules ;
  • 1 balance de cuisine ;
  • 1 mixeur plongeant ;
  • Un ou des moules en silicone ;
  • 1 grand couteau sans dents ;
  • 1 torchon ;
  • Du film plastique ;
  • Du papier journal.
  • Des lunettes de protection
  • Un masque
  • Du vinaigre blanc (En cas de projections de soude ou de pâte à savon, neutraliser l’effet corrosif au moyen de vinaigre)

Ne pas utiliser d’ustensiles ayant servi à la savonnerie pour cuisiner (risques d’intoxication)

Côté ingrédients, pour 1 kg de savon, il vous faudra :

  • 450 g d’huile d’olive ;
  • 250 g d’huile de coco ;
  • 100 g d’huile de tournesol ;
  • 108 g de soude ;
  • 302 g d’eau ;
  • 40 gouttes d’huiles essentielles de votre choix.

La manipulation à suivre  pour une saponification à froid

Pour la préparation, il faudra bien suivre toutes les étapes suivantes :

  • Commencer par protéger votre plan de travail en le recouvrant de papier journal.
  • Préparer tous les ingrédients et le matériel dont vous aurez besoin.
  • Préparer le moule en le graissant si besoin.
  • Peser l’huile de coco et la faire fondre au bain marie si elle est encore solide.
  • Mettre lunettes et gants avant de peser la soude dans le petit récipient en verre, fenêtres ouvertes ou, si possible, à l’extérieur.
  • Peser l’eau dans un autre récipient en verre. Verser la soude dans l’eau (jamais l’inverse) et mélanger avec une spatule jusqu’à dissolution complète. Ne respirez pas les vapeurs !
  • Placez le récipient contenant le mélange dans une bassine d’eau froide et surveillez la température jusqu’à ce qu’elle descende à 29°C.
  • Pendant ce temps, ajoutez l’huile d’olive et l’huile de tournesol à l’huile de coco fondue et placer un thermomètre, jusqu’à atteindre 29°C également.
  • Quand la température des deux mélanges est atteinte, verser lentement la solution de soude dans le mélange d’huile et mélanger énergiquement avec une spatule.

Attention il faut absolument respecter cette consigne et ne pas inverser le mélange (toujours verser la soude dans le liquide)

  • Travailler le mélange au mixeur jusqu’à apparition de la trace : le moment où une trace se forme à la surface de la pâte lorsqu’une goutte tombe dessus.
  • Incorporer les huiles essentielles en mélangeant à la spatule. Si vous le souhaitez, vous pourrez ajouter quelques parfums naturels empruntés aux plantes (roses, lavandes…) On peut ajouter aussi un peu de lait, de la cire d’abeille.
  • Verser la pâte dans le moule.
  • Recouvrir de film plastique de manière à ce qu’il touche la pâte.
  • Placer un poids dessus (un livre par exemple) et recouvrir d’un torchon.
  • Laisser reposer 24 heures.
  • Démouler les savons et les placer dans un espace aéré et tempéré. Il convient d’entreposer ses savons en cours de maturation hors de la présence d’enfants ou d’animaux (y compris sauvages).
  • Après usage, mettre chaque ustensile à tremper dans un bain d’eau largement vinaigrée puis les laver soigneusement.
  • Patienter un mois !

Pourquoi faut-il patienter avant d’utiliser son savon ?

Le processus de saponification est une réaction chimique durant laquelle la soude caustique va transformer vos huiles en savon. Le temps d’attente permet la disparition complète de la soude. A la fin de cette période appelée cure, on vérifie le pH de son savon. Idéalement il sera compris entre 9 et 11.

Créer sa propre recette de savon

Si vous désirez une recette sur-mesure avec d’autres huiles , il faudra passer par un calculateur. Il en existe des gratuits sur Internet (par exemple : http://soapcalc.net)

Chaque huile possède ses propres caractéristiques et en fonction de votre sélection de beurres (de karité,…) , d’huiles végétales (huile de ricin, huile d’avocat, de noyau d’abricot,..), de graisses animales (saindoux, ..) des laits  ou encore de la cire d’abeille que vous souhaitez dans votre savon,  la quantité de soude sera calculée automatiquement.

Mesurez la quantité de soude exacte est primordial dans la création de savons. La soude étant caustique pour la peau, il est indispensable qu’elle soit complètement transformée lors de la réaction de saponification.

C’est une garantie afin d’obtenir un savon naturel doux pour la peau. En général, on surgraisse un savon et pour ce faire, deux méthode existent.

Soit par réduction de soude, c’est à dire que la quantité de soude est calculée pour être plus basse que celle nécessaire pour transformer la quantité totale des huiles choisies.

Soit on surgraisse le savon lors de la trace , en ajoutant une quantité d’huiles (souvent plus précieuses comme l’huile d’argan, ou l’huile d’amande douce, ..)

Attention qu’ en surgraissant votre savon , à la trace vous allez aussi changer sa composition physique et vous risquez de rendre votre savon mou.

La première solution (réduction de soude) est souvent préconisée pour les débutants car elle permet de mettre au départ l’ensemble des différents ingrédients sans se préoccuper d’autres choses que de sa manipulation.

Sur les calculateurs en ligne , vous y découvrirez également les propriétés physiques de votre futur savon comme sa dureté, son pouvoir hydratant, la taille des bulles, …A vous de choisir le savon qui convient le mieux aux membres de votre famille.

Si vous décidez de vous lancer dans la fabrication de savon, vous trouverez pas mal d’idées pour colorer votre pain de savon à l’argile verte ou rose, à l’ortie piquante, …

Comment conserver son savon maison ?

Un savon maison se conserve très bien s’il est placé au sec. Si vous ne l’utilisez pas tout de suite, vous pouvez le conserver dans votre armoire afin qu’il parfume vos vêtements. Sinon, emballez-le dans un tissu ou un papier journal.

Le savonnier est aussi un arbre

On peut fabriquer du savon à partir du savonnier ou bois de Panama, Koelreuteria paniculata. Il ne faut donc pas être pressé car il faut d’abord faire pousser l’arbre ! Cet arbre est nommé « savonnier » car on extrait du savon de sa pulpe. Il supporte la pollution et préfère les situations ensoleillées pour bien fleurir. Il tolère la sécheresse.

Ses feuilles sont caduques,  imparipennées (parfois bipennées), longues de 20 à 40 cm, aux folioles (9 à 15) très découpées et caractéristiques.

Ses fleurs jaunes sont  petites et regroupées en immenses pannicules de 35 cm, en juillet.

Ses fruits en capsules vésiculaires renflées et  brunes restent sur l’arbre en hiver.

On utilise son écorce et ses  fruits car ils  contiennent de la saponine qui est utilisée pour faire du savon naturel en Asie. Avec les graines rondes et noires, on fabrique des chapelets !

You might also like

Comments are closed.