La viande est-elle nécessaire ?

5

viande-necessiteLa viande fait partie de l’alimentation habituelle des êtres humains, omnivores. Il est intéressant de noter que le mot viande vient du latin vivenda : ce qu’il faut pour vivre. Jusqu’au milieu du 17ème siècle, la chair animale proprement parlée n’était pas distinguée des autres aliments. Pour résumer, on peut dire qu’il y avait ce qui était comestible (la vivenda) et ce qui était toxique.

Lorsque la chair animale a pris une place distincte, elle a vite représenté l’aliment de confort et de richesse pour la simple raison qu’elle était plus rare que les aliments d’origine végétale . Manger de la viande reste encore souvent aujourd’hui, peut être caché dans les esprits, le signe que l’on ne manque de rien. Et c’est ce qui malheureusement pousse à une consommation excessive.

Cela dit, une consommation modérée (2/3 fois par semaine) de viande est plutôt faste. Riche en protéines de haute qualité, de fer particulièrement assimilable (surtout la viande rouge), de zinc, de cuivre, de vitamines B, elle permet entre autre, le maintien de la masse musculaire et aide à résister aux infections.

Le gros HIC de la viande est l’apport en graisse qui peut aller jusqu’à 30% . D’autant plus que la graisse animale est principalement insaturée et donc favorise l’encrassage des artères et tous les soucis cardiovasculaires qui vont avec…

Donc il apparaît comme une évidence que le choix des morceaux de viande et la manière de la cuisiner sont des éléments essentiels à sa consommation. En choisissant des morceaux maigres et en évitant les préparations (de la viande et de son accompagnement pour le repas) baignant dans le beurre, la crème ou même l’huile, la consommation de viande n’est pas un inconvénient. Il ne faut juste pas oublier qu’il existe d’autres sources de protéines (le poisson ainsi que les protéines végétales) qui apportent elles aussi d’autres choses nécessaires à l’organisme.

Attention à la charcuterie dont la teneur en gras peut aller jusqu’à 50%. Que sa consommation soit exceptionnelle (pas plus de 2 fois par mois) et prise en compte dans la composition de tous les repas de la journée. Par exemple vous prenez des saucisses au déjeuner. Qu’elles soient la seule source d’apport animal du repas (légumes, féculent pour compléter) et que les préparations grasses du dîner soient exclues (du poisson grillé avec riz blanc et légumes par exemple).

Nous rajoutons que la charcuterie se conserve par salaison nitritée. Ce qui, en grande quantité, est un poison pour l’Homme..

Nous finissons sur l’excès d’apport protéique. C’est un sujet qui concerne surtout l’apport de viande car à notre connaissance, les végétariens n’ont jamais ce genre de problème. Pour faire simple, l’organisme a des besoins déterminés en protéines. Si on lui en donne trop, il rejette. Mais l’usine de fabrication qu’est le foie et l’usine d’évacuation que sont les reins fonctionnent alors à plein régime. Trop de protéines fatiguent considérablement ces deux organes. Protégeons-les !

 

Comments are closed.