Les médias grand public commencent à diffuser contre le lait !

7

diffuser-contre-laitDepuis des années, un peu partout dans le monde, on voit des propagandes dont le thème est  » Le lait, c’est la santé ». En France, « les produits laitiers, des amis pour la vie » est sans doute le slogan le plus répandu dans les familles. Vous connaissez notre point de vue : cet aliment décrit comme un ami pour la vie n’est absolument pas nécessaire, indispensable dans l’alimentation (enfin si ! pour les veaux).

Examinons l’exemple des personnes ne digérant pas le lait : cette intolérance est elle anormale par définition ? Le lait de vache contient du lactose, ce sucre souvent mal digéré. Au fil des décennies, l’industrie laitière a cherché diverses solutions (comme le lait sans lactose) pour pallier à ce problème et assurer la consommation du lait …

Si on inverse le raisonnement : l’industrie laitière a adopté les modifications à effectuer sur le lait pour le rendre consommable sans risques et inconvénients. Ainsi, le lait qui sort de la de vache est-il toujours cet aliment pour la vie des Hommes ? Si vous pensez que oui, pourquoi a-t-il alors fallu le transformer ? Et cette intolérance au lait de vache est-elle réellement anormale ?

Si la normalité s’évalue par rapport à la proportion de la population concernée par ce souci de digestion, la question a de l’intérêt vu que :

  • De plus en plus de personnes souffrent de cette intolérance : on peut alors se demander si la population ne digérant pas le lait a augmenté ou tout simplement si de plus en plus de personnes qui passaient outre cette intolérance par méconnaissance (croyant auparavant que le lait était indispensable), ont décidé de ne plus en consommer malgré les campagnes de pubs de l’industrie laitière.
  • De toute manière, la consommation nationale continue de baisser régulièrement depuis 15 ans. Et on a tous assisté avec une certaine indifférence aux milliers de litres de lait déversés sur les routes par les professionnels et agriculteurs en colère. Il faut bien discerner les problèmes de l’emploi (les producteurs de lait voient leurs revenus baisser dramatiquement) et question de l’alimentation (faut il forcer les consommateurs à retrouver leur niveau de consommation de lait d’il y a 30 ans pour sauver l’industrie du lait ?)

Et quand bien même tout un pan de la population de l’Europe occidentale a longtemps vécu de l’élevage bovin et de son lait pour se nourrir, cela n’a jamais voulu dire que le lait est cet aliment absolument indispensable. Remettre en cause ce dogme peut effectivement nuire, de manière collatérale, à l’industrie laitière. Mais faut-il pour cette raison persister à prôner un dogme dont on voit bien les contradictions et dont on sent que des enjeux extérieurs (l’économie en général) sont en fait en jeu pour pousser à cette consommation ?

Même DIETImiam reçoit souvent des remarques : parfois ouvertement hostiles, parce que nous prônons une limitation de la consommation de lait de vache. Mais surtout, nous refusons ce diktat marketing qui consisterait à dire que le lait de vache est absolument indispensable à notre alimentation.

Ce qui nous a rassuré, c’est le fait que le journal Le Monde commence à pointer ce sujet polémique et n’hésite pas à confronter objectivement les arguments de part et d’autres. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est plus intellectuellement possible de prôner religieusement que le lait de vache « est un ami pour la vie ». L’auteur Thierry Souccar a provoqué des polémiques avec son livre (nous vous le conseillons vivement).

Depuis, beaucoup de langues se sont déliées dans le monde médical. Il est alors intéressant de noter qu’il s’agit toujours de scientifiques qui, eux, n’ont strictement aucun intérêt commun avec… l’industrie agro-alimentaire et laitière.

Comments are closed.