Le plastique, ce n’est plus fantastique

195

On utilise souvent les plastiques pour conserver et envelopper les aliments et les boissons : récipients jetables et ré-utilisables, films de protection, couverts de table, bouteilles d’eau et biberons. Le plastique est léger, pratique, incassable et relativement bon marché. Pourtant, son utilisation extensive et généralisée fait encourir des risques environnementaux et pour la santé.

plastique-pas-fantastiqueLes risques environnementaux et sanitaires du plastique

La plupart des plastiques sont fabriqués à partir de pétrole, une ressource non renouvelable et importée. Les emballages sont aussi une source de déchets. Bien que le plastique soit léger, il est volumineux et occupe la plus grande partie des sites d’enfouissement ou dans les incinérateurs. Les sacs à usage  unique ainsi que les pailles longtemps un fléau en matière de pollution des mers, sont soient devenus interdits soit en passe de le devenir.

L’utilisation du plastique dans la cuisine et pour la conservation des aliments peut faire courir des risques à la santé surtout en ce qui concerne les composants chimiques de certains plastiques qui sont cause de dysfonctionnements hormonaux quand ils s’infiltrent dans les aliments ou les boissons.

La fabrication et l’incinération des plastiques font courir des risques graves pour leur santé aux ouvriers qui se trouvent exposés à ces produits toxiques.

La signification des étiquettes et des pictogrammes du plastique

Tous les récipients ne sont pas étiquetés et la présence d’un sigle de recyclage sur un produit ne signifie pas que le produit est recyclable. Habituellement les produits # 1 et # 2, à goulots étroits sont recyclables, mais différents sites de recyclage recyclent des récipients différents selon les lieux (pays, régions).

Vérifiez auprès de vos autorités locales pour en savoir plus.

  1. PETE – Polyéthylène Téréphtalate  : utilisé pour les boissons alcoolisées, les jus de fruits, l’eau, les détergents, les produits de nettoyage et les pots de beurre de cacahuètes.
  2. HDPE – Polyéthylène Haute Densité : utilisé pour les bouteilles opaques de lait et d’eau, d’eau de javel, de détergents, les bouteilles de shampooing et certains sacs de plastique.
  3. PVC ou V – Polyvinyl Chloride ou polychlorure de vinyle  : utilisé pour les films plastiques et certaines bouteilles en plastique déformable, les pots d’huiles de cuisine, de beurre de cacahuètes, de détergents et de liquides lave-vitres.
  4. LDPE – Polyéthylène Basse Densité : utilisé pour les sacs d’épicerie, la plupart des emballages et certaines bouteilles.
  5. PP – Polypropylène : utilisé dans la plupart des produits plastiques de salles de bain, les soupes prêtes, et les récipients de sirops et de yaourts, les pailles de boissons, certains récipients alimentaires opacifiés, dont les biberons de bébés.
  6. PS – Polystyrène : utilisé pour les plateaux d’aliments prêts à emporter, les boîtes d’œufs, les tasses et bols jetables et les couverts plastiques.
  7. Autres – Habituellement des polycarbonates utilisés pour la plupart des biberons, les gros bidons d’eau minérale, des bouteilles d’eau « sport », pour la doublure des récipients alimentaires en métal, les tasses à bec en plastique, et tous les couverts de plastique transparent. Certains nouveaux plastiques bio peuvent aussi être étiquetés du groupe 7.

Le PVC – le plastique toxique

C’est le poly(chlorure de vinyle) , connu sous le sigle PVC  qui pose les plus graves dangers pour l’environnement et la santé ; c’est aussi le plastique le moins recyclable.

  • les ouvriers du polyvinyle courent de vrais risques de cancer du foie.
  • les procédés de fabrication à base de PVC sont la cause de problèmes de pollution de l’air et de l’eau ; les fabriques sont souvent situées dans des zones déshéritées.
  • Il faut ajouter des additifs et des stabilisants au PVC pour le rendre utilisable. Par exemple, on y ajoute souvent du plomb pour le renforcer, et des plastifiants pour lui donner de la flexibilité. Ces additifs ajoutés contribuent à une plus grande pollution de l’environnement et de l’exposition humaine.
  • Le PVC émet de la dioxine dans l’air pendant sa fabrication et l’incinération des produits en PVC ; celle-ci se dépose sur les prairies, s’accumule dans la viande et, en fin de compte, pénètrent dans les tissus humains. On sait que la dioxine est cancérigène. On sait aussi qu’une exposition même à de faibles doses est cause de moindre poids à la naissance, de problèmes comportementaux et d’une moindre capacité à apprendre chez les jeunes enfants, d’immunité réduite et de dysfonctionnements hormonaux chez les adultes.

Des inquiétudes pour la santé du fait de l’utilisation des plastiques dans l’alimentation

La fabrication des plastiques fait entrer en jeu une myriade de produits chimiques issus du pétrole. Certains peuvent s’infiltrer dans les aliments et les boissons et avoir un impact sur la santé humaine. Les infiltrations se font plus nombreuses quand le plastique est mis en contact avec des aliments gras ou huileux, quand on les chauffe ou quand le plastique est vieux ou égratigné. Les types de plastiques dont on sait qu’ils peuvent s’infiltrer dans les aliments sont les polycarbonates, le PVC et le styrène. Ce qui ne veut pas dire que les autres plastiques soient sûrs. Ces plastiques ont seulement été mieux étudiés. A éviter les produits qui contiennent : le bisphénol A (BPA) et le di(2-éthylhexyl)adipate DEHA.

Le BPA est un composant chimique qui mime l’action de l’estrogène, hormone humaine. Il est lié à plusieurs types de cancers. Le DEHA est l’un des additifs plastifiants aussi considéré comme lié à de nombreux types de cancers.

Astuces pour utiliser en sécurité les plastiques alimentaires

  1. Éviter de passer des récipients de plastique au micro-onde. Même les mentions « micro-onde » sont peu fondées.
  2. Utiliser avec soin les films plastiques et ne pas les passer au micro-onde
  3. Utiliser des modes d’emballage alternatifs en préférence aux films de plastique.
  4. Éviter l’eau dans des bouteilles en plastique. Utilisez des gourdes en métal (pas d’aluminium)
  5. Quand on est obligé d’utiliser de l’eau en bouteilles de plastique, utiliser des bouteilles neuves, non égratignées et sans les mettre au contact de la chaleur ou de la tiédeur. La chaleur favorise les infiltrations des composants chimiques depuis le plastique de la bouteille vers l’eau qu’elle contient.
  6. Pour les petits, préférer les biberons et les tasses à bec autres qu’en plastique. Il en existe en verre, en polyéthylène et en propylène. Les biberons souvent ne sont pas étiquetés, il faut donc se renseigner sur le type des composants auprès des numéros verts des entreprises.
  7. Toujours respecter la règle de jeter et rejeter les biberons et tasses abimées ou égratignées.
  8. Le Teflon , cet antiadhésif qui recouvre le fond des poêles à frire est lui aussi une matière plastique (polytétrafluoroéthylène). Une fois rayé,  trop chauffé à plus de 230°C) ou au contact de corps gras,  il peut libérer des particules chimiques dans les aliments.

Il est donc raisonnable de choisir  des produits moins polluants pour réduire les risques d’exposition aux composants chimiques du plastique.

Se passer du  plastique, c’est possible.

Prendre des sacs réutilisables et son tote bag  pour se rendre au magasin est une excellente façon de réduire le plastique inutile. Apporter ses contenants dans son magasin ou choisir d’acheter ses produits dans un magasin en vrac est une autre façon de réduire les déchets.  Mais qu’en sera-t-il quand nous aurons tous nos achats d’aliments à la maison ? Qu’est-ce qu’on en fait alors ? Est-il possible de conserver des aliments sans plastique ? Qu’en est-il des restes et de la congélation des aliments ? Qu’allez-vous prendre pour emballer les déjeuners ? Quelles sont les options sans plastique ?

Il y a beaucoup d’options pour éviter d’utiliser les sacs de congélation,  les sacs ziplock, les boites en plastique, … Qu’il s’agisse de choisir des contenants sans plastique ou de les congeler dans du verre (oui, c’est possible), voici quelques alternatives au plastique pour conserver les aliments à la maison.

Les alternatives au plastique pour stocker ses aliments

1, – Stocker ses aliments dans un garde-manger

bonbonières-conservationSi vous achetez vos marchandises sèches dans des magasins de vrac, vous pouvez les entreposer, dans un garde-manger, dans des bocaux en verre. Vous pouvez remplir les bocaux directement dans les magasins de vrac et les peser avant de les remplir. Mais le plus souvent, il est plus simple d’utiliser des sacs réutilisables et de les vider à votre retour à la maison. Les bocaux en verre sont lourds et il est plus pratique de prendre des sacs réutilisables pour les fruits et légumes.
Bien que l’idée d’un garde-manger rempli de pots en verre assortis soit tentante, il y a beaucoup de pots en verre dans le monde qui demandent à être réutilisés. Cela n’a donc pas beaucoup de sens d’en acheter de nouveaux quand on peut les réutiliser.

Après un bon trempage, les vieilles étiquettes sont facilement retirées. Si elles sont particulièrement tenaces, l’huile d’eucalyptus marche généralement bien. Enlever l’étiquette signifie qu’on peut voir ce qu’il y a à l’intérieur et qu’il n’y a pas de confusion quant au contenu.

Beaucoup de vide-greniers ou de ressourceries en possèdent, ils sont très contents de vous les céder ou les vendre à petits prix pour libérer de l’espace. Une fois débarrassés de leur étiquette et stérilisés, ils seront du plus bel effet dans votre lieu de stockage.

Identifier ses pots sans étiquette

Le plus simple est d’identifier les couvercles mais cela s’avère peu pratique si vous superposer vos pots.

Certains ménages préfèrent confectionner des étiquettes et les coller avec de la colle naturelle à base de farine. Si ces étiquettes s’enlèvent facilement elles ont tout de même le désavantage d’être sensibles à l’humidité.

Si vous en avez beaucoup et que vous vous sentez l’âme artistique vous pouvez également investir dans un pyrograveur pour identifier vos bocaux. Il ne restera que la question de la date de fabrication ou de péremption.

2, – Entreposer  ses fruits et légumes

Quand on se lance dans une démarche zéro-déchet, on s’oriente assez naturellement vers des producteurs locaux. La proximité et la fraicheur des marchandises font que les achats se réalisent plus régulièrement.   Vos légumes se conserveront facilement plusieurs jours dans le bac du réfrigérateur ou simplement à la cave.

Certains légumes, comme les carottes, les courgettes et les concombres, ont tendance à devenir mous,  un contenant rectangulaire en verre Pyrex avec couvercle devrait faire l’affaire.

Une autre alternative à l’utilisation de contenants en verre est d’utiliser un torchon humide pour envelopper vos légumes. Cela fonctionne particulièrement bien pour les gros articles comme les bottes de céleri ou les légumes-feuilles qui ne tiennent pas dans des contenants.

Les enveloppes de cire d’abeille sont également utiles si vous n’êtes pas végétalien (bee-wraps).  Ce sont des carrés de tissu sur lesquels de la cire d’abeille est fondue pour créer une enveloppe imperméable. Ils sont très faciles à faire soi-même et en les faisant vous-même,  vous pouvez choisir les tailles qui conviennent à vos besoins.

Pour les fruits, une simple corbeille suffit, veillez simplement à mettre une moustiquaire ou un tissu pour éviter les drosophiles (mouches à vinaigre l’été).

3, – La boite à pain

La pain peut facilement être conservé dans un sac en tissu à l’intérieur d’une boîte à pain en bois. Le sac en tissu aide à absorber l’humidité qui pourrait faire moisir le pain. Avec le temps, s’il commence à durcir, ou en fonction de votre consommation, vous pouvez le congeler.

4, – Conserver les restes alimentaires

Pour le stockage des restes, il existe plusieurs solutions. Les enveloppes de cire d’abeille peuvent aussi être utilisées pour cela. Les bocaux en verre sont une excellente option pour conserver de petites quantités de restes.  Parfois, il suffit des les conserver dans la casserole, d’ouvrir le couvercle et de les mettre dans le réfrigérateur.

5, – Congeler les aliments dans du verre

La plupart des aliments peuvent se congeler dans des bocaux en verre. Si  les bocaux sont d’une grande taille pour une ou deux portions, et ils remplissent bien l’espace. La congélation dans du verre est parfaitement sûre, à conditions de suivre certaines règles.

  • Tout d’abord, choisissez des pots de bonne qualité, avec du verre épais. Les bocaux réutilisés sont très bien. Prenez  de préférence ceux qui contiennent de la confiture ou de la sauce tomate, car ils résisteront aux changements de température. L’achat de pots de mauvaise qualité dans des ateliers de rebut entraînera probablement des bris.
  • Les bocaux plus larges fonctionnent mieux et évitent ceux qui se rétrécissent vers l’intérieur par le haut. Lorsque vous remplissez le pot, ne le remplissez jamais jusqu’en haut – assurez-vous que les aliments se trouvent à l’endroit le plus large du pot. Ne pas visser le couvercle tant que le contenu n’est pas complètement gelé. Les aliments se dilatent lorsqu’ils sont congelés – plus la teneur en eau est élevée, plus ils se dilatent – alors laissez de la place pour que cela se produise. Une fois qu’il est congelé, vous pouvez le visser sur le couvercle.
  • Ne mettez jamais de bocaux chauds au congélateur et essayez de les réfrigérer avant de les congeler. C’est important si ce que vous congelez a une forte teneur en eau, comme le bouillon. Pour les aliments comme les pois chiches, qui n’ont pas une teneur élevée en eau, la congélation à température ambiante fonctionne bien.
  • Si vous craignez de geler dans des bocaux, vous pouvez aussi utiliser du Pyrex ou des contenants en acier inoxydable qui ne se cassent pas.
  • Le bac à glaçons est idéal pour congeler les liquides et aussi les herbes fraîches.

6, – Congeler les petits fruits

Pour éviter de congeler une grosse masse de fruits,  on peut utiliser un plateau. Une fois congelé, on peut transvaser les fruits dans un contenant. Cela permet d’utiliser une poignée à la fois, plutôt que d’avoir à décongeler le tout.

7, – Les boites à tartines et les gourdes

Pour vos repas de midi et pour la route , privilégiez les boites en acier inoxydable. L’aluminium est très répandu mais il est sujet à controverse en matière de santé.

Choisir ses contenants en fonction de son mode de vie

Quoi que vous décidiez d’utiliser, sachez qu’il n’est pas nécessaire de vous précipiter immédiatement pour acheter de nouvelles choses. Les bocaux en verre sont évidents au départ, et ils sont gratuits. Il est possible de trouver du verre, des boîtes de conserve et même du Pyrex de bonne qualité dans les magasins de seconde main.

Lorsque vous choisissez des contenants, pensez à la façon dont vous les utiliserez. Si vous cherchez une boîte à lunch, pensez à ce que vous mangez à midi. Quelle taille et quelle forme seront les plus utiles ?

Les emballages en tissu et les sacs à sandwich réutilisables pourraient être une meilleure solution de rechange. Il est possible d’acheter des emballages alimentaires rechargeables. Pensez à vos besoins et choisissez les produits qui vous conviennent.

Il est possible de conserver les aliments à la maison sans utiliser de plastique, et vous pouvez les rendre aussi simples ou aussi compliqués (ou aussi bon marché ou coûteux) que vous le souhaitez. Le plus important est de faire des choix conscients. Examinez vos options et décidez de ce qui est pratique et dans les limites de votre budget. Il n’est pas nécessaire d’acheter de nouvelles choses tout de suite.

Prenez votre temps. Choisissez bien.

 

You might also like

Comments are closed.