Choisir les bons oeufs : voici le « Guide du consommateur dur à cuire »

5

choisir-bon-oeufEn observant la coquille d’un œuf, on peut connaître la vie de la poule qui l’a pondu : c’est le message que souhaite diffuser la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) dans le cadre de sa campagne contre l’élevage en batterie des poules pondeuses. Elle vient d’éditer un dépliant permettant de distinguer les œufs issus de poules en cages de ceux de poules élevées en plein air, grâce à la lecture du code imprimé sur l’œuf.

Une traçabilité pas toujours mise en avant

Depuis le 1er janvier 2004, les œufs de consommation vendus au détail doivent porter sur la coquille un code assurant leur traçabilité. Depuis le 1er juillet 2005, cette disposition s’applique aussi aux œufs vendus en vrac sur les marchés locaux. Ainsi, à la lecture du premier chiffre du code, le consommateur dispose d’une information d’importance : le mode d’élevage des poules pondeuses.

Dans son Guide du consommateur, l’organisation de protection animale enseigne à décoder les œufs :

  • 0 = œufs de poules élevées en plein air et en l’agriculture biologique
  • 1 = œufs de poules élevées en plein air
  • 2 = œufs de poules élevées au sol
  • 3 = œufs de poules élevées en cages

« La signification de ce code est pourtant méconnue des consommateurs français, et pour cause : en France, 80% de la production d’œufs provient d’élevages intensifs de poules en cages de batterie. De plus, emballages racoleurs ou scènes champêtres désorientent le consommateur et induisent en erreur sur les conditions de vie réelles des poules. » déclare Johanne Mielcarek, chargée de campagne à la PMAF.

La PMAF rappelle que toutes les boîtes d’œufs vendus en supermarchés indiquent aussi en toutes lettres le mode d’élevage des poules. Ainsi la mention « œufs de poules élevées en cage » figure sur les emballages concernés, mais souvent en très petits caractères sur un côté de la boîte.

Le mal-être des poules en cages

La majorité des œufs vendus en France sont produits dans des élevages industriels aux conditions de production très intensives. Les poules y sont élevées dans des cages de taille si réduite que leur surface de vie ne dépasse pas la dimension d’une page de format A4. Plus de 200 000 poules s’entassent parfois au sein d’une même exploitation. Dans ce mode d’élevage, stress chronique, blessures et membres cassés constituent le quotidien de ces oiseaux qui ne verront jamais le plein air et termineront leur vie prématurément, épuisés.

L’alternative : les oeufs de plein air

Les alternatives aux œufs de batterie sont ceux issus d’élevage sans cage. Lorsque les bâtiments s’ouvrent vers un parcours extérieur, couvert de végétation, les poules gagnent en espace, en activité, et leur bien-être s’en trouve nettement amélioré. Dans cet espace d’expression libre, à la lumière du jour, les poules déploient pleinement l’ensemble des comportements typiques de l’espèce : exploration, fouille du sol, picorements, bains de poussières ; gestes essentiels à une bonne hygiène de vie et à leur équilibre comportemental.

 

You might also like

Comments are closed.