Drôles de fraises !

3

fraisesOn trouve tout au long de l’année, dans les rayons fruits et légumes des grandes surfaces des produits « hors saison » et nous finissons par trouver normal de manger des fraises toute l’année par exemple. Ces fraises-là, parlons-en !

La majorité des fraises « hors saison » que nous consommons en France, sont des fruits en provenance du sud de l’Espagne. D’une taille largement supérieure aux fraises françaises elles sont très souvent nommées : fraises-tomates. Ce nom n’est d’ailleurs pas du vol, non seulement pour leur taille mais aussi pour leur goût. Quel goût ? Aucun ou si peu et dans tous les cas pas un goût de bonnes fraises sucrées et fondantes à souhait dans la bouche. Quant à leur couleur, le nom de tomate est tout aussi mérité car c’est un dégradé du rouge en bas du fruit au blanc à mi-hauteur et parfois même au vert près de la queue.

L’aspect et le goût ne sont déjà pas très engageants mais si de plus on sait qu’elles ont parcourus des milliers de kilomètres en camion pour venir du sud de l’Espagne à chez nous, on image les gaz d’échappement qui ont pollué la planète. Ajoutons à cela leur mode de culture : en Andalousie les plantations de ces fraisiers couvrent environ 6.000 hectares dont une partie a été prise sur un parc national sensé protéger la nature de cette zone, fait surprenant s’il en est, mais sur lequel tout le monde ferme les yeux pour des questions de profits.

Enfin là encore pour des raisons de rentabilité, de nouveaux plants de fraisiers sont mis installés chaque année. D’où viennent ces plants ? D’un sol artificiel d’une part et d’un frigo pour les maintenir en attente de plantation d’autre part car ceci active leur départ de production ! Et lorsque l’on parle de planter des pieds de fraisiers pour les faire produire, le terme « planter » est là encore un euphémisme. La terre de cette zone espagnole est sableuse et riche d’une intense micro-faune. Ce sol ne permet pas de cultiver les fraisiers dans les meilleures conditions pour les producteurs. Donc ils « assainissent » ces surfaces en les arrosant de véritables poisons qui détruisent tout. Ensuite ils les inondent d’engrais chimiques, les recouvrent de films plastiques noirs pour chauffer encore davantage au soleil et éviter toute autre pousse de végétation. Enfin ils plantent les pieds qui produiront durant une année et seront arrachés pour être remplacés par d’autres l’année suivante après avoir à nouveau « préparé » le sol.

Dernier détail : les employés de ces plantations, souvent main-d’œuvre d’origine marocaine ou plus généralement africaine, travaillent et vivent dans des conditions plus proches de celles des esclaves d’antan des plantations de canne à sucre, que du minimum nécessaire au respect humain.

Alors la fraise d’Espagne hors-saison, ça vous tente encore ! Eh bien bon appétit !

Sinon, mangez des fraises françaises à la saison des fraises et vous vous régalerez d’autant plus (et votre porte-monnaie aussi) si vous allez les cueillir chez le producteur.

 

You might also like

Comments are closed.