L’huile de palme biologique ou durable et la consommation de produits bio

20

huile-palme-biologiqueLes produits bio intègrent également de l’huile de palme durable ou issue de l’agriculture biologique.

Est-ce que l’huile de palme bio ou durable est une alternative satisfaisante à la production classique ?

L’huile de palme durable

Le distributeur suisse Migros en partenariat avec le WWF ont établit des critères garantissant la production d’une huile de palme durable permettant de protéger les forêts tropicales, leur faune et leur flore.

250 acteurs importants de l’industrie de l’huile de palme ont créé, en collaboration avec le WWF, la RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil), une organisation s’engageant à promouvoir l’huile de palme de production durable et à sauvegarder la forêt tropicale.

Des huiles labellisées

Un label, nommé CSPO (Certification for Sustainable Palm Oil) distingue les produits utilisant de l’huile certifiée, issue d’une production durable. Les critères de ce label s’appuient largement sur ceux de l’agriculture biologique, du commerce équitable (Max Havelaar) et de la gestion forestière durable (FSC). Une culture durable de palmier à huile signifie principalement une culture sur des terres dégradées déjà cultivées plutôt que de défricher des forêts primaires.

La recherche d’un consensus au sein du groupe RSPO a permis de faire avancer le sujet en créant ce label qui empêche la commercialisation d’huile de palme durable produite à partir de zone de forêt primaire convertie en plantation après novembre 2005. Par contre, ce consensus laisse de larges failles dans cette certification concernant les conditions sociales, car elle ne remet pas en cause le modèle agricole favorable aux multinationales au détriment des petits paysans locaux et ne permet surtout pas d’éviter la déforestation des forêts secondaires ou des forêts sur sols tourbeux (contribuant à l’augmentation des gaz à effet de serre par le méthane). En effet, ces deux milieux font l’objet d’une simple recommandation et non d’une interdiction dans le cahier des charges du label.

Les huiles sont-elles équitables ?

Tous les aspects sociaux ne sont donc pas pris en compte dans ce label : les compagnies exploitant les palmeraies peuvent faire venir de la main d’œuvre bon marché de l’étranger et ne pas fournir d’emplois et de revenus à la population locale.

Par ailleurs, la certification ne s’étend pas au processus de raffinage. Ce processus n’est pas le plus critique en matière de destruction de l’environnement, mais un produit réellement bio devrait pouvoir l’être tout au long des étapes de sa fabrication.

Il existe donc un label permettant de certifier que l’huile de palme respecte un cahier des charges assurant une certaine préservation de l’environnement et des droits sociaux universels, mais est largement perfectible.

Mais l’huile de palme durable ne représente que 5% de l’offre totale. Pour juger de l’engagement des industriels et des supermarchés pour une huile de palme « plus respectueuse de l’environnement », le WWF a initié fin octobre 2009 la première Palm Oil Buyers’ Scorecard : un classement qui compare la durabilité de la politique d’achat de quelques grands utilisateurs européens d’huile de palme. Cette étude sera réalisée tous les 2 ans.

Les résultats sont médiocres : seul 19% de l’huile de palme certifiée disponible est achetée.

Alors qu’une offre en huile de palme existe et est disponible, seulement 10 des 59 entreprises évaluées tiennent leurs engagements à acheter et à utiliser de l’huile de palme durable.

10 entreprises françaises apparaissent dans ce classement mais seules 2 entreprises françaises (The Body Shop et L’Oréal) utilisent aujourd’hui de la CSPO.

L’huile de palme biologique

L’huile de palme biologique est une huile dont la production a été certifiée selon le cahier des charges de l’agriculture biologique propre à chaque pays, il s’agit d’Ecocert en France.

L’huile de palme biologique provient principalement de Colombie où une plantation est certifiée biologique et équitable.

Le cahier des charges des huiles de palme bio colombienne est plus contraignant que le simple cahier des charges de RSPO et bénéficie de certifications équitables et biologiques issues de cahiers de charges de l’UE, suisse, américains et japonais.

Les organismes ayant participé à cette certifications sont les suivants : Ecocert France (bio et commerce équitable), WWF Colombie, KSA Kosher, BioSuisse Suisse et ProForest UK.

L’huile de palme biologique produite en Colombie et commercialisée par Brochenin en France est notamment présente dans les supermarchés Biocoop et dans les magasins The Body Shop.

Cette huile de palme présente donc une certaine garantie de respect de l’environnement.

L’inconvénient de cette certification est que son cahier des charges ne mentionne pas explicitement l’absence de déforestation pour la culture du produit bio.

Toutefois, il semblerait que cette plantation ne respecte pas tout à fait les conditions de vie des ethnies autochtones puisqu’elles auraient été expulsées pour pouvoir étendre ces plantations.

Par ailleurs certains produits bio ne peuvent contenir d’huile de palme végétale et sont donc une garantie. C’est le cas du chocolat.

Depuis 2003, la commission européenne autorise l’emploi d’autres matières grasses végétales (inférieure à 5 %) que le beurre de cacao dans le chocolat. Cette matière grasse végétale est bien souvent de l’huile de palme.

Par cahier des charges, le chocolat bio ne contient pas d’autre matière grasse que le beurre de cacao

Une alternative ?

Il existe désormais un label indépendant se nommant SOS planète qui garantit l’absence d’impact des produits sur la forêt vierge. Malheureusement ce label est très peu répandu.

Est-ce qu’il faut consommer de l’huile de palme durable ou bio ? Voir notre article sur l’impact de l’huile de palme.

You might also like

Comments are closed.