Modes de transports

transports-embouteillage

Des transports plus propres

Depuis 20 ans, la pollution due aux transports a augmenté de 30%. Et ce sont les automobilistes qui sont en grande partie responsables de cet accroissement, avec 62% du bilan énergétique des transports en milieu urbain dus aux voitures des particuliers. En France, pas moins de 25% des émissions de gaz à effet de serre proviennent des transports.

Pourtant, avec de la volonté et des investissements, on peut développer des modes de transport plus propres.

Les transports en commun

Plus de personnes sont transportées, plus l’impact carbone est divisé. Si cette réflexion a ses limites, par exemple avec l’avion, qui reste un moyen de transport très polluant même lorsqu’il est plein, elle reste valable pour les transports urbains. En ville, les bus, cars, tramways et métros permettent de réduire l’impact écologique de nos déplacements. D’autant que ces modes de transport peuvent facilement être rendus écologiques, grâce à l’énergie électrique et solaire notamment. Encore faut-il que les réseaux soient suffisamment bien développés et les horaires bien conçus pour inciter la population à délaisser la voiture.

Le covoiturage

Lorsque les transports en commun ne permettent pas d’effectuer le trajet souhaité, le covoiturage peut prendre le relais. Que ce soit pour un trajet quotidien, pour un départ en week-end ou un retour de vacances, les différents sites de covoiturage permettent de trouver un chauffeur ou des passagers. C’est plus écologique, ça revient moins cher et cela permet de rencontrer de nouvelles personnes. A noter que de plus en plus de villes mettent en place des aires de covoiturage aux endroits stratégiques pour faciliter ce mode de transport. Si vous faites le même trajet aux mêmes heures tous les jours, il est fort probable qu’au moins une personne fasse le même. Cela vaut souvent le coup de discuter avec ses voisins ou avec ses collègues pour trouver un arrangement.

Le vélo, classique ou électrique ?

Pour de courts trajets en ville, lorsque les transports en commun ne permettent pas d’assurer le déplacement, le vélo est une bonne solution. Cela permet de prendre l’air, de faire un peu de sport et de se déplacer sans polluer. Si vous roulez majoritairement sur du plat, un vélo classique suffit. Et pas besoin de dépenser plusieurs centaines d’euros pour un vélo neuf. On en trouve en très bon état d’occasion, pour seulement quelques dizaines d’euros. Si votre trajet comporte un grand dénivelé, peut-être faudra-t-il opter pour un vélo électrique. C’est un investissement mais c’est bien meilleur pour la planète. A noter que certaines entreprises et municipalités proposent de prendre en charge une partie du prix de votre vélo si vous l’utilisez pour vos déplacements logement-lieu de travail. Aussi, de plus en plus de villes proposent des vélos en libre-service ou à la location, à la semaine ou au mois.

Quand la voiture se veut écologique

A l’heure du Dieselgate, « voiture écologique » peut sembler être un oxymore. Et il est en effet difficile, voire impossible, de trouver une voiture écologique. Mais lorsque l’on doit souvent se déplacer en voiture, mieux vaut rechercher le véhicule le moins polluant possible. Et cela dépend surtout de l’utilisation qui en est faite. Pour de courts trajets en ville, mieux vaut une voiture essence. Pour de longs trajets sur l’autoroute, le diesel sera moins polluant.

Une voiture électrique, à l’heure actuelle, pourra surtout être utilisée pour des trajets de moins de 80 km, car les stations de rechargement sont encore rares. Ces voitures sont moins polluantes dans le sens où les rejets sont moins importants mais il faut savoir que la production des batteries est, elle, très polluante. On protège donc notre environnement proche mais la pollution est déplacée.

Une bonne solution peut alors être un véhicule au GPL : moins de CO2 au km qu’avec un véhicule essence, moins de monoxyde d’azote et presque pas de particules fines. En plus, ce carburant est bien moins cher à la pompe (moins de 80 centimes le litre) et la carte grise ne coûte quasiment rien puisque le véhicule est écologique.

Découvrez nos articles sur les modes de transports

Nos autres rubriques sur les transports